Perturbateurs endocriniens : déclaration d’intention de la Commission européenne

Bruxelles, le jeudi 8 novembre 2018 - La Commission européenne annonce qu’elle va développer une « stratégie » visant à « protéger les citoyens de l’UE et l’environnement contre les produits chimiques dangereux ».

L’institution vise ici les perturbateurs endocriniens qu’elle définit comme « des substances chimiques qui altèrent le fonctionnement du système hormonal et nuisent ainsi à la santé humaine et animale ».

L’objectif annoncé de l’UE est de réduire « le plus possible l’exposition globale aux perturbateurs endocriniens, en accordant une attention particulière aux expositions subies au cours de périodes importantes du développement comme la grossesse ou la puberté ». Elle va également favoriser des programmes de recherche en particulier dans les « domaines dans lesquels les connaissances sont encore lacunaires ».

En outre, la Commission organisera un forum annuel sur les perturbateurs endocriniens et renforcera son soutien aux travaux des organisations internationales.

La Commission va également mettre sur pied « une évaluation exhaustive de la législation applicable aux perturbateurs endocriniens » afin de déterminer si elle répond aux « objectifs de protection de la santé humaine et de l’environnement ». 

La Commission actuelle, qui termine son mandat à l'automne 2019, annonce également vouloir finaliser ses travaux aussi vite que possible pour permettre à la prochaine Commission de prendre « une décision avisée ».

Au-delà de ces déclarations d’intention, il est probable que les divergences au sein de l’Union européenne sur la définition des perturbateurs endocriniens, qui a donné lieu à de multiples discussions, persistent.

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article