Près de 2,2 milliards de pauvres dans le monde

Paris, le vendredi 8 août 2014 – Plus de 1,2 milliards de personnes vivent encore avec un revenu inférieur ou égal à 1,25 dollar par jour. Le Rapport 2014 des Nations unies sur le Développement humain, intitulé « Pérenniser le progrès humain : réduire les vulnérabilités et renforcer la résilience », a été rendu public à TOKYO ce 24 juillet. Il note que des vulnérabilités persistantes menacent le développement humain et avertit que sans approche politique et sociale systémique, les progrès ne seront jamais équitables ou durables.

Qui est vulnérable et pourquoi ?

Près de 1,5 milliards de personnes vivent en situation de pauvreté dans 91 pays en développement, cumulant des carences en matière de santé, d'éducation et de niveau de vie, estime ce rapport publié par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). De plus, les crises financières, les fluctuations du prix des denrées alimentaires, les catastrophes naturelles et les conflits constituent un obstacle majeur au progrès en menaçant  800 millions de personnes supplémentaires de basculer dans la pauvreté. Au total : près de 2,2 milliards de personnes sont concernées.
Dans un monde où les crises se diffusent plus rapidement et touchent davantage de personnes, bien comprendre les vulnérabilités est essentiel pour consolider les acquis et maintenir les avancées. Le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz estime que : « La réduction des vulnérabilités est une composante clé de tout programme visant à améliorer le développement humain » et suggère d’adopter une approche systémique. Ainsi, le PNUD propose un nouveau regard sur les vulnérabilités en tant qu'ensemble de risques se superposant et se renforçant mutuellement.
Les vulnérabilités structurelles, qui persistent et s'aggravent en raison des discriminations et des carences institutionnelles, touchent des groupes repérables : populations autochtones, pauvres, femmes, migrants, personnes handicapées, âgées (80 % d’entre elles n'ont pas de protection sociale).

Renforcer la résilience

Les vulnérabilités du cycle de vie sont les moments sensibles au cours desquels les chocs ont un impact plus important : les 1 000 premiers jours de vie, le passage de l’école au monde du travail, et du monde du travail à la retraite.
De plus, certains pays « cumulent » les menaces : crises financières, climatiques, conflits face auxquelles l’aide humanitaire ponctuelle n’est pas la solution. Le PNUD préconise l’action précoce, notamment dans la petite enfance, l’accès universel aux services sociaux de base ainsi qu’un renforcement des politiques sociales et de plein emploi, de façon participative. Il s’agit de consolider les acquis en matière de développement, car  « L’éradication de la pauvreté ne se limite pas à atteindre un taux de pauvreté zéro, mais à le maintenir ».  

Dr Blandine Esquerre

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Un éternel recommencement...

    Le 11 août 2014

    Il existe actuellement une "idéologie" que les médias qualifie de fanatique ou terroriste, les deux pouvant s'appliquer, qui est soutenue par des états disposant de ressources considérables. Ceux ci n'ont aucun intérêt à ce que cette pauvreté qui est synonyme d'ignorance régresse, elle constitue une "assurance" sur l'avenir et le maintien du statu quo ; Il y a quelques siècles, certaines idéologies relevant d'une autre religion, pratiquaient avec succès le même principe en occident. L'histoire est un éternel recommencement…
    A. Raynaud

Réagir à cet article