SAMU : des propositions pour éviter une nouvelle affaire Musenga

Paris, le mercredi 4 juillet 2018 – Après l’émoi provoqué par l’affaire Naomi Musenga, Agnès Buzyn avait reçu en mai les responsables de syndicats d’urgentistes et des représentants de sociétés savantes de médecine d’urgence et leur avait confié le soin d’établir des propositions rapides pour « améliorer » les Samu et notamment la régulation médicale.

Ce lundi, Samu-Urgences de France, la Société française de médecine d'urgence (SFMU),  le Conseil national de l'urgence hospitalière (CNUH) et l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) lui ont exposé un plan articulé en deux axes.

La régulation médicale a besoin d’un « contrôle qualité »

En premier lieu, ces organisations veulent mettre en place un « contrôle qualité » de la régulation médicale, et en particulier faire certifier les plateformes 15 selon les normes de management (ISO 9001), d’ici 18 à 24 mois.

Les urgentistes proposent également de sécuriser la régulation médicale par l'élaboration d'un référentiel et la mise en place du principe d'accréditation en équipe (médecins régulateurs, paramédicaux et ARM) en mobilisant un outil prévu par la Haute Autorité de santé (le programme PACTE).

Les professionnels ont aussi mis en avant la nécessité que les centres d'appels du Samu soient "certifiés" dans la nouvelle procédure de certification des établissements de santé, en cours d'élaboration, par la HAS. 

Dans ce cadre il souhaite que soit organisée la « réécoute » aléatoire de certains appels et mis en place des « indicateurs qualité ».

Assistant de régulation médicale : bientôt une profession de santé ?

Alors qu’à l’heure actuelle les assistants de régulation médicale (ARM) ont un statut administratif et que chaque Samu organise en interne leur formation, les urgentistes  proposent d’uniformiser ces cursus à l’échelle nationale et de reconnaître les ARM comme une profession de santé sanctionnée par un diplôme d’état permettant l'inscription de la discipline au code de la santé publique.

Dans un communiqué, le ministère a indiqué que ces suggestions seraient « instruites par les services du ministère, en lien avec les recommandations que l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) formulera prochainement ».

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article