Sécurité et bon usage du médicament : les lauréats du prix Vidal Hôpital 2015

Paris, le jeudi 11 février 2016 - La deuxième édition du Prix VIDAL Hôpital s’est clôturée par la remise de trois prix le jeudi 28 janvier 2016. Initié en 2014, ce prix a pour objectif de valoriser et encourager les initiatives des professionnels de santé hospitaliers sur le thème de la réalisation et/ou la mise en œuvre d’un protocole thérapeutique dans le cadre de la prise en charge d’une pathologie particulière ou d’un protocole de prévention du risque iatrogénique.

Un premier prix sur la sécurité des médicaments chez l’enfant

Le premier prix d’une valeur de 5 000 € a été attribué au Dr Kim An Nguyen, praticien hospitalier au Centre d’investigation clinique des Hospices civils de Lyon, et l’équipe EREMI, pour leur dossier sur une « Méthode de détection active des effets indésirables médicamenteux chez les enfants hospitalisés ». Plus de 10 % des enfants hospitalisés présenteraient au moins un évènement indésirable médicamenteux (EIM), dont 12 % seraient graves. Le système actuel de notification spontanée dans les services hospitaliers induit une sous-déclaration des EIMs. Le service de Pharmacotoxicologie du CHU de Lyon a développé une liste des signes d’alerte pédiatrique appelée « triggertool » comportant des signes cliniques, biologiques et des prescriptions médicamenteuses pour détecter des EIMs de façon active, ciblée, quotidienne, systématique, et moins coûteuse qu’actuellement. Cette méthode a été utilisée dans 2 études prospectives qui a permis de détecter plus de 500 EIMs sur 2 ans chez des enfants hospitalisés.

Améliorer la gestion de la douleur postopératoire

Le Dr David Cirotteau, Pharmacien praticien hospitalier au CHRU de Brest, et Yannick Legeas, directeur des systèmes d'information, ont reçu un deuxième prix mérité d’une valeur de 3 000 € pour leur dossier « Protocolisation et informatisation de la prescription post-opératoire d’anesthésie ». L’objectif de ce travail est de sécuriser les prescriptions informatisées post-opératoires réalisées par les anesthésistes. Les protocoles de prescription ont été harmonisés en s’appuyant sur les recommandations des sociétés savantes et des référentiels ainsi que sur les instances du CHRU de Brest (Commission du médicament et des dispositifs médicaux, Comité de lutte contre la douleur….) Suite à ce travail, un outil de prescription ergonomique et sécuritaire a été testé et mis en place. Celui-ci, largement utilisé, a permis d’améliorer la qualité des prescriptions.

Renforcer la formation des internes en pharmacie

Le troisième prix d’une valeur de 2 000 € va au CHU de Montpellier pour le dossier du Pr Hubert Blain (pôle Gériatrie) et du Dr Patrick Rambourg (pôle Pharmacie) « Mise en place et évaluation d’un programme visant à optimiser le bon usage des médicaments chez les sujets âgés à l’attention des prescripteurs et pharmaciens ». Prénommé « MacVia-LR » et mis en place au CHU, ce programme comprend 2 parties : la rédaction d’un guide de bon usage des médicaments chez le sujet âgé, original dans son format (de poche) et son élaboration (préconisations très pratiques en fonction du terrain), sur la base des recommandations nationales et internationales, validé par tous les pôles du CHU et publié récemment dans une revue indexée Medline. On trouve par ailleurs un programme de formations à l’attention des internes en médecine et pharmacie du CHU, permettant aux plus jeunes, via des cas cliniques, d’analyser les ordonnances avec le guide. L’analyse chez 150 internes de ce programme, qui a commencé à être répliqué dans d’autres centres, montre, via des pré- et post-tests, son efficacité à améliorer significativement les connaissances des internes sur les principales précautions d’emploi des médicaments (publication des résultats en cours).

Dominique Monnier

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article