Stigmatisation de la maladie mentale : Fort Boyard récidive

Paris, le jeudi 13 juillet 2017 - Une nouvelle épreuve du jeu Fort Boyard, baptisée l’Asile avait suscité dès le lendemain de la diffusion de l’émission, fin juin, la réprobation de plusieurs associations de défense des personnes atteintes de maladies mentales. « Dans cette cellule d'un autre âge, meublée d'une paillasse au sol, d'une cuvette de toilettes et du combiné seau-balai-serpillière, le candidat se contorsionne dans tous les sens, et marche même au plafond dans cette pièce qui tourne sur elle-même » décrivait l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (UNAFAM). Une lettre avait été adressée à France Télévisions pour demander la suppression de cette épreuve, donnant une image totalement erronée de la maladie mentale et de sa prise en charge actuelle. Cependant, la semaine dernière, elle était de nouveau présentée, à peine modifiée et rebaptisée La cellule capitonnée. Les associations ne peuvent que déplorer cet entêtement. De nombreux professionnels de santé les soutiennent. Ainsi, dans le Monde, plusieurs psychiatres signent une tribune demandant le retrait de cette séquence et les excuses publiques de France Télévisions. « Comment est-il possible que des responsables chargés de programmes de divertissement aient pu, en conscience, valider un tel scénario ? Comment un service public censé être vigilant sur les risques de discriminations, racismes et atteintes à la dignité des personnes peut-il être aussi loin de la société ? "Fort Boyard" aurait-il enfermé des candidats ayant eu une autre pathologie ou handicap ? Pourquoi conforter auprès du grand public des fantasmes de "fou ridicule" ? » s’interrogent les signataires. Ces derniers rappellent que la stigmatisation est une des premières souffrances exprimée par les patients atteints de maladie mentale et signalent combien de telles représentations favorisent le retard de prise en charge. « Quel est le message adressé aux jeunes qui n’osent pas consulter du fait des représentations désastreuses des troubles psychiques dans la société ? » questionnent-ils. La lutte contre les représentations stéréotypées de la maladie mentale dans les médias est une préoccupation importante des associations. Nous avions d’ailleurs évoqué dans ses colonnes les initiatives de certaines pour tenter de faire disparaître les utilisations trop rapides de termes comme "autiste" ou "schizophrénie". France Télévisions paraissait sensible à ces préoccupations : l’entreprise a accueilli en son sein fin juin le colloque Handicap et Médias. Pourtant, aujourd’hui, aucune voix ne s’est encore élevée au sein de France Télévisions pour dénoncer les dérives de Fort Boyard.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article