Traitements hors AMM contre l’autisme : l’ANSM épingle des pratiques potentiellement dangereuses

Paris, le mercredi 16 septembre 2020 - L’alerte a été lancée par Olivia Cattan, présidente de l’association SOS autisme dans Le livre noir de l’autisme. Pendant plusieurs années, une cinquantaine de médecins ont prescrit à des enfants atteints de ces troubles des antibiotiques et des antiviraux avec la promesse de les « guérir ».

Des faits qui ont conduit l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) à émettre ce 15 septembre une mise en garde quant à l’utilisation potentiellement dangereuse et en dehors de toute AMM des médicaments concernés.

5.000 enfants potentiellement touchés ?

D’après l’ANSM, les pratiques controversées reposent sur des prescriptions de longue durée d’anti-infectieux, d’antibiotiques, mais aussi d’antiparasitaires ou d’antiviraux, supposés améliorer les troubles dont souffrent les enfants. D’autres traitements indiqués normalement dans les intoxications aux métaux lourds auraient également été engagés.

L’agence rappelle que ces différents médicaments « ne sont pas recommandés dans la prise en charge des troubles du spectre de l’autisme par la HAS ». Plus encore, l’accent est mis sur les conséquences potentiellement délétères de ces prescriptions, et notamment celles d’anti-infectieux qui présentent « des risques de survenue d’effets indésirables en particulier lors d’une exposition au long cours ».

Selon Olivia Cattan, ces traitements hors AMM auraient été délivrés à près de 5000 enfants. L’idée d’une stratégie reposant sur des antibiotiques au long cours a été notamment défendue par la mouvance constituée autour de l’association Chronimed, à laquelle est liée le Pr Luc Montagnier.

La fin de l’inaction des pouvoirs publics ?

Cette mise en garde de l’ANSM intervient alors que le Livre noir de l’autisme vient justement dénoncer l’inaction des pouvoirs publics face à la prolifération des « marchands d’espoir » profitant du désespoir et du sentiment d’abandon des familles touchées par ces troubles.

Outre les antibiothérapies de longue durée et autres chélations, d’autres pratiques plus ou moins dangereuses sont dénoncées, telles que la généralisation des régimes sans gluten ou les neurofeedback. « Aujourd'hui en France on utilise des enfants autistes comme cobaye sans que ça n'émeuve personne, ça me choque énormément » a notamment dénoncé Olivia Cattan à l’antenne de RTL.

Une affaire qui pourrait avoir des suites disciplinaires et judiciaires. L’ANSM a en effet informé le conseil de l’Ordre des médecins, le conseil de l’Ordre des pharmaciens, la CNAM mais aussi le procureur de la République pour que des procédures soient engagées.

C.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article