Une appli pour ne plus oublier sa pilule

Paris, le mercredi 7 juin 2017 - Une étude citée en 2010 par l’Inspection générale des affaires sociales conduite dans trois départements avait révélé que 92 % des utilisatrices de contraception orale reconnaissaient avoir oublié de prendre leur pilule entre une cinq fois au cours des six mois précédents ! Une proportion aussi élevée confirme la nécessité de dispositifs permettant de faciliter la prise de cette contraception, afin de restreindre le nombre de grossesses non désirées. Si l’utilisation d’un rappel enregistré sur son téléphone portable est régulièrement préconisée, le Planning familial a voulu aller plus loin en développant une application spécialement dédiée à cette question. Ainsi, est née Pill’Oops, développée par l’association départementale d’Ille-et-Vilaine du Planning familial. Localement testé, le dispositif est désormais accessible dans toute la France : il peut être téléchargé gratuitement sur Android et iOs. Très simple, l’application permet de programmer un rappel quotidien à l’heure de la prise de la pilule, de bénéficier d’un suivi de son cycle et de consulter des informations sur les différents contraceptifs. « L'objectif est de renforcer l'autonomie des femmes dans leur sexualité et leur santé sexuelle, et de simplifier ce geste du quotidien effectué par des milliers de femmes », explique l'une des deux présidentes du Planning familial, Véronique Séhier. Le programme s’adresse d’abord aux femmes jeunes, qui sont tout à la fois celles qui ont le plus recours à la pilule et qui en raison de leur âge (et d’une vie amoureuse pas nécessairement toujours stable) sont les plus susceptibles d’espacer les prises.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article