Une députée aide-soignante alerte à l’Assemblée nationale sur la vague de suicide de soignants

Paris, le lundi 24 juillet 2017 - Caroline Fiat, aide-soignante et députée de la France Insoumise, a interpellé le gouvernement à la tribune de l'Assemblée nationale sur la souffrance des soignants qui s’est manifestée ces derniers mois par une vague de suicides.

Elle a pointé comme cause de celle-ci les  « 30 ans de politiques de libéralisation qui ne cessent de détruire ce qui a été construit » et a considéré  « les lois sur la santé initiées par la présidence Sarkozy [qui] ont frappé d’austérité les établissements hospitaliers [et] transformé le patient en client »  comme l’acmé de cette tendance qu’elle juge néfaste.

« Nous, les soignants, nous portons sur nos épaules le mal-être des patients. Nous sommes dévorés par les accidents de travail provoqués par la fatigue et le stress. Certains d'entre nous abandonnent l'exercice de nos métiers et plus grave encore, certaines situations ont conduit nombre d'entre nous au suicide (…) ce sont 14 soignants qui se sont donné la mort en moins d'un an. Combien en faudra-t-il d'autres pour dire "Plus jamais ça" » s’est-elle insurgée durant son discours qu’elle prononçait à l’occasion de discussions parlementaires concernant la santé, notamment l’ouverture, en France, de l’accès aux exercices partiels.

« C’est d’ailleurs la question posée par le personnel en grève des opalines dans le jura (…) après plus de cent jours de grève (…) qu’est-ce qu’il faudrait faire maintenant ? Qu’une d’entre nous se suicide sur le parking ? » a-t-elle lancé avant d’interpeller le ministre de la santé : « en votre qualité de médecin, vous avez la possibilité de soigner notre système de santé, ne passez pas à coté de cette occasion historique ».

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article