Une réforme du RSI… post mortem !

Paris, le mercredi 26 avril 2017 - Le Régime social des indépendants (qui concerne sept millions de personnes) vit probablement ses dernières heures. Pour une fois en accord sur un point, Marine Le Pen et Emmanuel Macron préconisent en effet la suppression de ce système fortement critiqué. « Le RSI, c'est un véritable cauchemar, et cela fait dix ans que cela dure, commence-t-elle. C'est une succession de drames pour les indépendants victimes. Conséquences: des dizaines de milliers de boîtes ont mis la clé sous la porte, exclusivement à cause du RSI » assure en effet Marine Le Pen (sans préciser l’origine de ce chiffre). Aussi cette dernière souhaite en « finir avec le RSI et laisser le choix aux indépendants, soit de s'affilier au régime général, soit de conserver un système spécifique, mais sur la base de l'autodéclaration. C'est à vous de déterminer quel est le niveau que vous devez payer au fur et à mesure de l'année (vous le faites pour la TVA !). Et puis, à la fin de l'année, soit vous avez trop versé et vous récupérez le trop-perçu, soit vous n'avez pas assez versé et vous payez à ce moment-là la différence. Cette souplesse va vous donner un bol d'oxygène absolument considérable » explique la candidate du Front national.

Affiliation générale au régime général

Du côté d’Emmanuel Macron, le diagnostic est proche, même s’il est moins outré. En Marche ! a fait le constat de l’inadaptation du dispositif, souvent perçu comme un « frein à l’activité ». Sur le site du candidat, les critiques sont nombreuses : le régime souffrirait d’incompétence et d’incohérence. Aussi, Emmanuel Macron préconise la suppression du RSI afin d’évoluer vers un régime unique. La caisse sera supprimée et un guichet spécifique aux indépendants devrait être créé au sein du régime général. Ce dispositif suppose que « Les exonérations et les réductions de cotisations dont bénéficient les indépendants seront préservées. Il sera possible pour les indépendants de cotiser davantage pour bénéficier de la même couverture que les salariés. Cela permettra aux indépendants de bénéficier de la même qualité de gestion que celle du régime général, tout en leur assurant les mêmes sécurités et la pérennité de leur régime de cotisation » affirme le site d’En Marche !

La réforme inutile ?

Rares devraient être ceux qui regretteront le RSI si ces réformes promises par les deux candidats sont effectivement appliquées. Néanmoins, quelques regrets pourraient naître dans les dernières heures alors qu’un décret publié hier au Journal officiel ramène le délai de carence de sept jours pour les arrêts de travail à trois jours. « En cas d'arrêt de travail de plus de sept jours ou en cas d'hospitalisation, le point de départ de l'indemnité journalière […] est le quatrième jour à compter de la constatation de l'incapacité de travail en cas d'accident ou de maladie », précise le texte qui ne devrait cependant s’appliquer qu’à partir du 1er janvier soit à une date où le RSI sera peut-être mort !

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article