Urgent : 3 cas d’infections à coronavirus 2019-nCoV diagnostiqués en France

Paris, le samedi 25 janvier 2020 –L’épidémie va plus vite que l’information. Alors que dans nos éditions d’hier 14 heures nous annoncions qu’on dénombrait 840 cas d’infections à coronavirus 2019-nCoV confirmés biologiquement en Chine dont 23 mortels, ce matin le bilan s’est nettement alourdi avec 1 300 cas recensés en Chine dont 237 dans un état critique et 41 morts selon l’Agence Chine nouvelle. 

Cette propagation exponentielle en Chine s’est accompagnée d’une diffusion internationale de l’épidémie avec quelques infections confirmées ce samedi par séquençage dans plusieurs pays asiatiques (Corée du Sud, Japon, Népal, Singapour, Taïwan, Thaïlande, Vietnam, Hongkong et Macao). Il faut souligner que tous ces cas concernaient jusqu’ici des patients ayant séjourné dans la région de Wuhan et qu’aucune observation de contamination en dehors de la Chine n’a jusqu’ici était confirmée.

Au-delà de l’Asie, quelques cas ont été diagnostiqués en Australie (n = 1), aux Etats-Unis (n = 2) et depuis hier dans la soirée en Europe avec 3 observations en France annoncées par Agnès Buzyn lors d’un point presse. Là encore ces 3 malades semblent avoir été contaminés en Chine. Ils ont présenté leurs premiers symptômes d’infection respiratoire à Bordeaux pour le premier et en région parisienne pour les deux suivants avant d’être hospitalisés à l’isolement à l’Hôpital Pellegrin de Bordeaux et à l’Hôpital Bichat à Paris. La ministre et la Direction Générale de la Santé dans un communiqué urgent diffusé par mail aux professionnels de santé ont rappelé à cette occasion les modalités de prise en charge des patients suspects d’infection à coronavirus 2019-nCoV (transport par le SAMU sans passage aux Urgences, isolement dans un service d’infectiologie disposant du personnel et du matériel adapté, protection des soignants [https://www.coreb.infectiologie.com/UserFiles/File/procedures/2019-ncov-fichesoignants22janv-vf.pdf].  

Quarantaine pour plus de 50 millions d’habitants !

Dans le même temps la Chine a pris des mesures exceptionnelles : quarantaine pour 56 millions d’habitants (!) construction prévue en 10 jours d’un hôpital de 1 000 lits à Wuhan destiné uniquement à recevoir et à isoler les nouveaux malades, envoi sur place de milliers de personnels sanitaires de l’armée chinoise…

Il semble donc que, contrairement à l’épidémie de SRAS en 2002-2003, les autorités chinoises ont pris la mesure de l’importance du risque sanitaire (même si on ne peut être certain d’une transparence totale dans leur communication).  

Nous reviendrons bien sûr sur l’évolution de cette épidémie maintenant mondiale, sur la caractérisation clinique et biologique de la maladie, sur sa létalité, sa contagiosité et sur les possibilités thérapeutiques dans nos prochaines éditions.

Dr Nicolas Chabert

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article