Vaccins obligatoires : piqûre de rappel d’Agnès Buzyn

Paris, le lundi 18 septembre 2017 - Dans un entretien accordé vendredi à la station France inter, le ministre de la santé, Agnès Buzyn est revenue sur la prochaine extension à 11 valences des vaccinations obligatoires pour les enfants.

Elle a justifié cette extension par le fait que la couverture aujourd’hui pour ces onze groupes de maladies n’atteint que 80 %. Pour elle, la problématique est de convaincre les « quelques sceptiques » (20 % de la population, tout de même…) pour éviter les épidémies, rappelant que l’on ne se vaccine pas uniquement pour se protéger, mais aussi pour protéger son entourage. 

Elle a aussi expliqué, semble-t-il pour la première fois, l’attitude que devront adopter les pédiatres quand ces immunisations seront rendues obligatoires. Elle les a ainsi appelés à un travail pédagogique soulignant que différentes études ont prouvé que ces explications concourraient à une forte augmentation de la compliance des parents. Elle a aussi promis que les médecins seraient aidés en cela par des « outils pédagogiques ». Elle a néanmoins martelé encore une fois que l’éducation ne saurait être le seul moyen d’atteindre une couverture vaccinale satisfaisante et qu’un enfant qui ne se conformera pas à la loi ne pourra être accueilli dans les collectivités.

Au total, pour elle, a contrario de nombreux observateurs y compris favorables à cette nouvelle législation, c’est la contrainte qui rendra la confiance…

F.H

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article