Vin : Agnès Buzyn met les pieds dans le verre !

Paris, le vendredi 9 février 2018 –  Ce 7 février, lors d’un débat organisé sur France 2 intitulé « l’alcool, tabou français ? », Agnès Buzyn, ministre de la Santé, ne s’est pas perdue en circonlocutions.

Le vin n’est pas différent des autres boissons alcoolisées…

Elle a ainsi déclaré : « l'industrie du vin laisse croire aujourd'hui que le vin est différent des autres alcools. En termes de santé publique, c'est exactement la même chose de boire du vin, de la bière, de la vodka ou du whisky... il y a zéro différence ! (…) On a laissé penser à la population française que le vin serait protecteur, qu'il apporterait des bienfaits que n'apporteraient pas les autres alcools. C'est faux scientifiquement, le vin est un alcool comme un autre ».

Ces propos, inhabituels pour un membre d’un gouvernement français, n’ont pas manqué de faire réagir l’un de ses interlocuteurs, défenseur de la filière viticole, qui a alors évoqué l’existence d’un hypothétique "French paradox" qui mettrait en évidence les bienfaits de la consommation d’un ou deux verres de vin par jour. Le Dr William Lowenstein, président de l’association SOS addictions, est alors venu au secours du ministre, réclamant que cessent les fausses nouvelles en s’appuyant sur une méta-analyse récente.

Mais cette disputation ne relève peut-être pas uniquement de la joute oratoire et pourrait marquer un tournant. Ainsi, Agnès Buzyn a annoncé envisager la modification de la motion « à consommer avec modération » par « l’alcool est dangereux pour la santé », en insistant « la réalité, c’est que l’alcool n’est pas bon pour la santé dès le premier verre ».

Et alors que certains des intervenants ont pu nier l’existence d’un "lobby" alcoolier, elle a rappelé la difficulté avec lesquelles les autorités sanitaires ont tenté (pour l’instant sans succès) d’améliorer la visibilité du pictogramme destiné à alerter les femmes enceintes sur les dangers de l’alcool pendant la grossesse.

A distance, dans le quotidien Midi Libre, Dominique Granier, le président de la Chambre d'agriculture du Gard lui a rétorqué « dire ça, en ce moment est complètement irresponsable (…) Et puis, ça n'a pas de sens ! Le vin, ce n'est pas que de l'alcool, c'est aussi une culture qui est liée à notre territoire et à notre civilisation. Le vin est un vrai lubrifiant social. Il intègre la notion de partage et d'échange. Mettre le vin au même niveau que la vodka ou le whisky est une grossière erreur ! ».

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (17)

  • Enfin un discours politique clair.

    Le 09 février 2018

    Merci Madame la ministre vous dites des vérités qui permettront peut être de diminuer l'incidence des syndromes d'alcoolisation foetale chez les nouveaux nés cause de handicap vie entière.

    Dr Jean-Pierre Chabrolle

  • Rôle du resveratrol

    Le 09 février 2018

    Mme Buzyn est une excellente spécialiste. Mais ici, elle se trompe grossièrement.

    La Commission européenne ne fait que des conn... Ce sont les statistiques qu'elle a faites qui ont montré le différentiel de maladies cardio-vasculaires entre les pays de nord et ceux du sud. En allant un peu plus loin, elle a découvert le fameux régime crétois qui a entraîné d'importants changements dans notre alimentation.

    Poursuivant ses études, la Commission s'est penché sur les Italiens. Elle a découvert que parmi ceux qui ne suivaient pas de régimes méditerranéens, une partie d'entre eux avaient moins de maladies cardio-vasculaires. En poussant leur étude, elle a découvert que ceux qui avaient moins de maladies cardio-vasculaires buvaient du vin rouge...

    L'Université de Bordeaux a cherché qu'elle était la substance dans le vin entraînant un effet favorable sur les maladies cardio-vasculaires. Au bout de 2/3 ans, elle a publié ses recherches en donnant le nom de la substance bénéfique : resveratrol. Personne en France ne s'est intéressé à cette substance qui est produite en Angleterre. Elle est de la famille des tanins avec un effet anti-inflammatoire puissant, comme le thé vert.

    Il est triste qu'aucun des incompétents du Ministère de la Santé ne se soit penché sur ces résultats figurant dans de nombreuses revues sérieuses. Encore faudrait-il qu'ils les lisent !

    Dr Guy Roche, ancien interniste

  • Resveratrol mais surtout quercétine

    Le 10 février 2018

    Les deux anti-oxydants sont présents dans le vin. le resvératrol est un polyphénol présent dans le raisin (le jus aussi), les mures les cacahuètes le cacao. Il est préférable de l'éviter en cas de contexte auto-immun. Il est en quantité 100 fois moindre dans le vin que la quercétine, flavonoïde beaucoup plus anti-oxydant, présent également dans les câpres, le chocolat, les brocolis, le thé vert... c'est à la quercétine que l'on doit les maux de tête et d'estomac dûs au vin... Nous prenons tous des risques et tout ce qui est dangereux n'est pas évitable (le soleil, le radon, traverser la route etc) mais on ne peut nier la vérité : le vin malgré ses qualités reste un alcool et à ce titre un potentiel danger.

    Dr Blandine Courtot

Voir toutes les réactions (17)

Réagir à cet article