Des réactions pas gaies

Alors que le gouvernement aurait selon certaines associations hésité à diffuser largement une campagne rappelant l’importance des rapports sexuels protégés aux homosexuels, cette opération, finalement exposée aux yeux de tous, fait l’objet de caviardages et de tags ville et sur les réseaux sociaux. Des réactions qui montrent comment l’exposition publique de couples homosexuels reste un tabou à surmonter dans notre société.

Copyright

Réagir

Vos réactions (1)

  • Mais enfin quel est le but de cette campagne ?

    Le 25 novembre 2016

    J'étais en première ligne dans les années 80, quand le nombre de sidéens doublait chaque année. Je me rappelle très bien l'inquiétude dans la société civile, et pas seulement médicale ou médiatique.
    A l'époque le slogan choisi était "le SIDA ne passera pas par moi", et on voyait une main casser une certaine courbe ascensionnelle.

    J'ai pu discuter après avec des professionnels médicaux qui ont mesuré l'étude d'impact de ces campagnes : zéro !
    L'explication (en 1991, après je ne sais pas): les scandinaves avaient choisi de montrer très crûment comment on enfilait un préservatif, avec un message très simple : capote = pas de SIDA, et ceux qui étaient touchés, les basses CSP(catégories socio professionnelles), ont compris le message.
    Mais en France, la campagne n'a été comprise que par les hautes CSP...qui se protégeaient déjà ! Alors que les basses CSP n'ont rien compris et rien changé parmi ceux qui ne se protégeaient pas. En somme, la campagne a fait plaisir au ministre de l'époque mais n'a montré aucune efficacité pratique.

    La campagne actuelle peut choquer, le médecin que je suis s'en moque pourvu qu'elle serve à quelque chose. Mettre des affiches partout qui ne seront pas comprises par les concernés et choquant les non concernés c'est du gaspillage d'argent public.

    Dr F.Chassaing

Réagir à cet article