Pour un regard neuf sur une vieille maladie

La maladie de Parkinson, pourtant décrite pour la première fois en 1817, continue d'être l’objet d’une perception tronquée et déformée qui favorise la stigmatisation des malades et les retards de prise en charge. Aussi, une nouvelle fois, l’objectif de la mobilisation, lors de la journée mondiale de sensibilisation qui lui sera consacrée ce 11 avril, est de faire évoluer le regard sur cette pathologie.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article