Quelque chose en lui de polémique

Le docteur Michèle Delaunay, ancienne ministre, ex députée de Gironde et cancérologue a provoqué l’ire des réseaux sociaux…et des buralistes, en associant la mort de l’idole des jeunes avec les méfaits du tabac. A qui voulait l’entendre, elle a notamment expliqué « entre d'Ormesson et Johnny Hallyday qui se sont suivis dans la mort, il y a ces 20 ans que le tabac, en moyenne, dérobe à nos vies ». Elle a aussi appelé, ceux qui combattent cette addiction, à se servir de l’exemple du chanteur…

Copyright

Réagir

Vos réactions (3)

  • Regret

    Le 11 décembre 2017

    Je regrette que Monsieur Halliday n'ait pas recommandé à ses "fans" de ne plus fumer...

    Dr Guy Ginies

  • Quelle polémique ?

    Le 11 décembre 2017

    Voilà un message simple de santé publique et de bon sens fort bien venu : il y a un prix à payer avec la cigarette, c'est tout, et ces deux morts l'illustrent très bien !
    Remember Yul Bruner : un clip vidéo était passé à la TV américaine juste après son décès ,Yul disait simplement "Don't smoke , I did".

    Dr F.chassaing

  • Le sceau de l'omerta

    Le 13 décembre 2017

    Je suis en parfait accord avec ma consœur M. Delaunay.
    Comme souvent, toujours, la question des morts par produits mortifères comme le tabac et l'alcool sont marqués du sceau de l'omerta : Gainsgourg, Villeret, Brel... Autant d'exemples qui devraient servir à alerter et qui font l'objet malheureusement d'un déni coupable tant de leurs adorateurs (il ne faudrait pas salir l'image de l'idole, et cela peut encore se comprendre) que surtout des médias. Dommage pour ces innombrables familles, amis et autres proches souffrants des 110 000 morts annuels dus au tabac et à l'alcool, de ces 1 décès sur 5 en France annuellement de ces deux produits.

    Dr Paul Kiritzé-Topor.

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.