Les semaines précédentes

Bon genre

Si l’on compte en France quelques hommes exerçant la profession de sage-femme, au Québec il a fallu attendre ce printemps pour qu’un homme obtienne pour la première fois le diplôme de maïeuticienne de l’Université du Québec à Trois Rivières. Pour saluer cette première, un documentaire a été réalisé sur le parcours de Louis Maltais, qui aime à rappeler que le mot anglais « midwife » signifiait originellement « avec la femme ».

Ne plus fermer les yeux

Le ministère de la Santé a lancé la semaine dernière une nouvelle campagne de sensibilisation vis-à-vis des violences subies par les enfants dans le cadre familial. Le spot rappelle les différentes violences existant : physiques, psychologiques, sexuelles ainsi que les négligences. Il insiste sur le fait que tout le monde peut être concerné et que dans le doute chacun doit agir.

Hippocrate contre hypocrites ?

La National Rifle Association (NRA) a récemment reproché aux médecins américains (qui dénoncent la dangerosité des armes à feu et appellent à un renforcement des contrôles) de se préoccuper de ce qui ne les concerne pas. Les praticiens ont riposté sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter en signalant que la prise en charge des victimes des armes faisait partie de leur pratique quotidienne et était donc pour eux une préoccupation légitime.

Une autre forme de planification

Ce 13 novembre est organisée la journée mondiale de la vasectomie. Pratique rare en France, elle est plus largement répandue aux Etats-Unis, tandis que certaines organisations défendent en Afrique (comme ici au Kenya ou au Rwanda) les mérites de cette méthode de maîtrise des naissances, dans des pays où l’accès à la contraception classique est difficile.

Aux grands chirurgiens…

Le traumatisme des gueules cassées a symbolisé aux yeux de tous les ravages de la première guerre mondiale. Il est cependant également un symbole des progrès réalisés par la chirurgie réparatrice, qui a su mettre au point de nouvelles méthodes (dont cet appareil) pour offrir une reconstruction acceptable aux poilus défigurés et jeter les bases d’une discipline qui a récemment connu avec les greffes de visage de nouvelles étapes majeures.

A bouche que veux-tu ?

Santé Publique France propose une campagne "osée" sur la sexualité des adolescents et jeunes adultes. Elle rappelle que le dialogue et le consentement sont essentiels et ne sauraient être tabou, en faisant allusion à d’autres types de pratique qui peuvent pour leur part alimenter les conversations. Avec ses codes peu habituels dans les campagnes officielles, cette campagne vise directement à son cœur de cible.

Publicités fumeuses

Le Canada est devenu la semaine dernière le deuxième pays à légaliser l’usage du cannabis à des fins récréatives. L’application de cette règle est cependant différente en fonction des provinces. Ainsi, le site internet du Nouveau-Brunswick dédié à la légalisation du cannabis détonne par rapport à ceux des autres provinces. Les images et messages très positifs pourraient contrevenir à la réglementation nationale qui prohibe les discours promotionnels. Ainsi, Santé Canada a décidé un examen plus approfondi de ce portail et pourrait inviter le Nouveau-Brunswick à revoir sa copie.

Et le bonheur dans tout ça ?

La Fondation Fondamental et ses partenaires proposent d’aborder la schizophrénie sous un angle peu habituel. Elle donne la parole aux patients et à leurs proches, afin qu’ils évoquent, en dépit de la maladie, leur construction du bonheur et plus humblement de leur vie sociale.

Noir sur blanc

Aux États-Unis, la cigarette électronique JUUL fait un tabac chez les adolescents et jeunes adultes, qui sans avoir expérimenté la cigarette classique s’initient à la nicotine via la cigarette électronique. Cette tendance inquiète les autorités qui ont renforcé les obligations d’avertissement. Tandis qu’en France certains redoutent l’arrivée de ce produit, tout en n’ayant pas encore envisagé de pareils messages de prévention.

Souviens-toi le siècle dernier

« La thérapie par la réminiscence » consiste à tenter de "ranimer" la mémoire des personnes atteintes de troubles cognitifs grâce à un décor évoquant leur jeunesse. Aux États-Unis, le George G. Glenner Alzheimer’s Family Center a ainsi commencé à ouvrir des centres de jour pour adultes un peu particuliers. S’étendant sur plusieurs centaines de mètres carrés, ils offrent aux personnes âgées la possibilité de déambuler dans un décor des années cinquante, de prendre un café dans un pub old fashion ou de regarder un vieux film. Selon les observations réalisées dans le premier de ces centres, installé à San Diego, l’expérience serait positive...

Assistants médicaux à la mode US

Alors que le gouvernement (français) souhaite déployer des milliers d’assistants médicaux pour décharger les médecins de leurs tâches administratives, aux États-Unis, 20 000 "scribes" financés par les centres médicaux ou les praticiens assurent déjà ces missions. Selon les premières études ces assistants médicaux permettent un réel gain de temps médical et une amélioration de la relation médecin/malade.

Chargé à bloc

Le Canada et le Québec multiplient depuis plusieurs années les campagnes de sensibilisation dédiées à la santé mentale. Avec cette image parlante, le Mouvement santé mentale du Québec sensibilise aux conditions d’une bonne santé mentale, faisant ainsi œuvre de prévention dans ce domaine sensible.

Le soleil se lève aussi

Ce 10 septembre, la journée mondiale de prévention du suicide est placée comme le montre cette affiche sous le signe de l’espoir à insuffler à ceux qui souffrent. La thématique de la manifestation insiste également sur le rôle du travail collectif pour diminuer le nombre de passages à l’acte. Enfin, de plus en plus d’organisations misent sur les nouveaux outils technologiques.

Campagne en eaux troubles

Alors que la journée mondiale de prévention du syndrome d’alcoolisation fœtale est organisée la semaine prochaine, ce poster proposé par une association Australienne, Drink Wise, suscite la polémique. Le message pour beaucoup manque de fermeté, notamment l’insinuation d’une absence de certitude sur la dangerosité de l’alcool pour le fœtus. La sponsorisation de cette organisation par des fabricants d’alcool a fini de jeter la suspicion sur une campagne dont les termes ont été finalement modifiés.

Jamais sans ma naloxone !

Le 31 août est organisée la journée mondiale contre les overdoses. Aux États-Unis où la dépendance aux opiacés continue ses ravages, la promotion de la naloxone est sans équivoque comme le révèle cette récente campagne de sensibilisation, dont l’équivalent est inexistant en France.

Toutes les images de la semaine