Les semaines précédentes

Sur la scène de son nouveau combat

Très engagée dans la lutte contre le Sida et figure très appréciée des Français, Line Renaud n’hésite pas à aujourd’hui à afficher son soutien aux combats de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité en faveur d’une autorisation de l’aide active à mourir en France.

Souffrir n’est pas la règle

Après avoir longtemps été sous-estimée, l’endométriose bénéficie aujourd’hui d’une large médiatisation. Cependant, le retard de diagnostic demeure toujours, notamment en raison de la persistance d’idées reçues concernant le lien forcément systématique entre menstruations et douleurs. En Guadeloupe, l’ARS mène campagne pour inciter les femmes à consulter alors qu’était organisée ce 28 mars la journée mondiale de sensibilisation à l’endométriose.

Colère carabinée

L’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France a mené l’enquête: 40 % des étudiantes (et étudiants) ont indiqué avoir déjà été l’objet de remarques sexistes au cours d’un stage hospitalier. Pour l’organisation, l’ampleur d’un tel chiffre doit appeler à rompre avec certaines traditions qui ne doivent nullement être considérées comme inhérentes à « l’esprit carabin ».

Remettre en selle Mars bleu

Le dépistage du cancer colorectal a vu se multiplier les obstacles depuis la mise en place d’un programme national systématique, avec en point d’orgue, l’année dernière, le confinement pendant le mois de sensibilisation Mars bleu. Dans un contexte guère plus favorable cette année, les messages se multiplient pour faire progresser la participation qui oscille autour de 30 % !

Quand soigner et souffrir riment à la 1ère personne

Avec la crise sanitaire, la souffrance des internes et leur risque accru de suicide par rapport aux sujets du même âge, qui étaient déjà un sujet d’alerte des syndicats il y a un an, ont progressé. La désorganisation des services et des études médicales augmentent en effet la possibilité d’épuisement professionnel et de maltraitances institutionnelles.

Un petit pas pour un homme, un grand pas pour sa santé

Alors que se déroulera la journée mondiale contre l’obésité le 4 mars et que cette pathologie est un facteur de risque majeur de forme grave de Covid, les autorités sanitaires britanniques encouragent depuis quelques semaines les sujets de sa majesté à multiplier les petits pas pour un grand but : l’amélioration de leur santé.

A deux c’est toujours mieux ?

Pendant la campagne électorale présidentielle américaine, beaucoup avaient moqué l’habitude de Joe Biden de porter deux masques. Aujourd’hui, cette précaution du nouveau Président des Etats-Unis est recommandée à tous par les CDC pour améliorer l’efficacité du port du masque, chez les personnes qui ne parviennent pas à ajuster suffisamment bien leur équipement pour éviter fuites et bâillements.

Sans limites

Médecins du monde rappelle dans cette campagne les priorités de son action et les obstacles que ses équipes défient tous les jours pour soigner au-delà non seulement des frontières mais aussi des limites.

Jeunes âmes en peine

Dans de nombreux pays occidentaux, notamment ceux où les établissements scolaires sont fermées, la crise sanitaire entraîne une hausse des troubles psychiques des enfants, adolescents et jeunes adultes. En Grande-Bretagne, le NHS se mobilise pour répondre à cet autre enjeu de santé publique.

Pédophilie : le pari de la prévention

Une campagne inédite est lancée en France par le dispositif S.T.O.P, service téléphonique d’orientation et de prévention qui après avoir été testé dans cinq régions est devenu national. L’opération de communication met en avant des numéros que les personnes se débattant avec des pulsions sexuelles pédophiles peuvent appeler. L’objectif est le soin et la prévention du passage à l’acte. Elle pose un regard différent sur les auteurs d’acte pédophilie en insistant sur leurs souffrances psychiques.

S’y coller, c’est dépister

Une grande campagne de dépistage systématique du cancer du col de l’utérus débute aujourd’hui en Nouvelle Aquitaine. Elle repose sur l’envoi d’une invitation par courrier à toutes les femmes concernées qui pourront bénéficier d’un dépistage gratuit (par frottis avant 30 ans et par un test HPV au-delà). Ce programme régional préfigure une opération nationale alors qu’en France, 40 % des femmes concernées négligent ce dépistage.

Gare aux effets secondaires

Les autorités sanitaires britanniques organisent en ce mois de janvier une nouvelle édition de leur campagne promouvant une abstinence temporaire de toute consommation d’alcool. Sans occulter les effets secondaires (bénéfiques !) de quelques jours sans boissons alcoolisées, surtout après les possibles excès de la fin d’année… mais toujours avec une dose d’humour. Sans modération.

Communication à dessein

Le groupe américain Omega Senior Living dédié à l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées propose une campagne de promotion de la vaccination contre la Covid-19 sans aucune ambiguïté. Il est peu probable qu’en France ni le gouvernement, ni aucun groupe d’établissements hébergeant des personnes âgées ne se risque à une communication aussi piquante.

Double aveugle

En ce 4 janvier, où l’on célèbre l’invention de l’écriture braille, cette campagne irlandaise rappelle les difficultés supplémentaires engendrées par les « gestes barrière » pour les aveugles. Au-delà, cette opération de sensibilisation signale la difficulté particulière de la période actuelle pour les personnes handicapées. Enfin, certains verront dans cette image, une triste représentation des tâtonnements de nombreux gouvernements face à la pandémie.

Le King de la vaccination

Les débuts du vaccin Salk contre la poliomyélite avaient été difficiles aux Etats-Unis. D’abord, un lot défectueux, car mal inactivé, entraîne des effets secondaires graves et suscite une forte défiance au sein de la population. Ensuite, beaucoup considèrent à tort que seuls les nourrissons doivent se faire vacciner. C’est dans ce contexte que le héros de la jeunesse américaine, Elvis Presley, se fait vacciner devant les caméras de télévision le 28 octobre 1956. Le sourire de la star qui immédiatement après exécute son célèbre déhanché aurait eu un impact certain sur de nombreux jeunes américains et contribué à relancer une vaccination qui a permis en quelques années d’éradiquer la poliomyélite aux Etats-Unis et bientôt presque partout dans le monde.

Toutes les images de la semaine