MG France prêche contre les déserts. Une interview vidéo du Dr Claude Leicher

La « désertification médicale » est l’un des problèmes les plus difficiles à appréhender de la politique de santé.

Beaucoup de solutions ont été tenté, avec un succès très relatif, des maisons de santé aux incitations financières, en passant par l’augmentation du numerus clausus.

C’est pour connaître les pistes de réflexion et les propositions en la matière du premier syndicat chez les médecins généralistes que le JIM s’est entretenu avec le président de MG France, le Dr Claude Leicher, qui, en plus de son activité syndicale est lui-même praticien libéral dans une petite ville de la Drôme.

De la pratique avancée infirmière à la suppression du numerus clausus, du doublement du nombre de maisons de santé, présenté comme une panacée par le nouveau Président de la République, aux recours aux médecins étrangers, de l’élargissement du secteur 2 à la réforme du zonage,  le JIM s’est efforcé de n’éluder aucune question avec cet interlocuteur.

  •  Quels critères pour définir les déserts médicaux ? - 00:06
  •  Les zonages actuels sont-ils pertinents ? - 01:06
  • Supprimer le numerus clausus pour redensifier les déserts ? - 01:50
  • Médecins à diplôme étranger : une solution pérenne ? - 02:27
  •  Les déserts médicaux entraîneront-ils la fin de l’exercice libéral individuel ? - 03:37
  • Quelle place pour la pratique avancée infirmière ? - 04:15
  •  Incitations financières : la clef du problème ? - 05:26
  • Ouvrir le secteur 2 aux praticiens qui s’installent dans les déserts : une bonne idée ? - 06:18
  •  Les contours d’un plan réussi pour MG France… - 06:48

Interview réalisée par Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article