Quatre médecins face aux réseaux sociaux (vidéo)

La problématique de l’influence des réseaux sociaux sur la relation médecin/patient devient de plus en plus prégnante et s’est illustrée à de nombreuses reprises en 2017.

Que ce soient les polémiques autour de la maladie de Lyme, des "violences obstétricales", la défiance envers la contraception ou encore l’affaire du Lévothyrox beaucoup des débats de santé publique ont éclos sur les réseaux sociaux.

Pour vous faire bénéficier de différents points de vue sur la question, le JIM a compilé l’avis de quatre praticiens qu’il a interviewés sur divers thèmes. Celui du Pr Bricaire, spécialiste de la maladie de Lyme, du Dr De Reilhac présidente de la Fédération des collèges de gynécologie médicale, du Dr Yamgnane chef de la maternité de l’Hôpital Américain de Paris et enfin celui du Dr Door, député et rapporteur de la « mission flash » sur le Lévothyrox.

Vous pouvez donner votre avis sur le rôle des réseaux sociaux dans l’information médicale en participant à notre sondage.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Le droit de parole à des légions d’imbéciles

    Le 06 janvier 2018

    Les réseaux sociaux « ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles heureux qui, avant, ne parlaient qu’au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu’aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel ».

    Georges Chauveaux (IDE)

  • Sottise, irresponsabilité et histrionisme

    Le 06 janvier 2018

    En effet, dans ce cas, on conjugue la sottise, l’irresponsabilité et l'histrionisme, ce qui conduit à une forme de charlatanisme, contre laquelle il souvent difficile de réagir lors d'une consultation médicale, d'autant que la recherche du sensationnel par les médias, conforte souvent ce genre de phénomènes (nous avons pu voir récemment un confrère, spécialiste auto-proclamé en diététique, aux nombreux bouquins vous expliquant que pour être en bonne santé il ne faut pas être malade, raconter n'importe quoi à la télé, sans la moindre contradiction). Non seulement, on a supprimé l'idiot du village (reconnu et respecté en tant que tel) mais il a été remplacé par une multitude d'individus convaincus du haut intérêt de leurs élucubrations. Mort aux cons, hurlait un quidam, lors d'une manifestation politique; vaste programme avait rétorque le Général.

    Dr Claude Krieger

Réagir à cet article