« Une crise jamais vue » : la Nouvelle-Calédonie frappée de plein fouet par la Covid-19

Nouméa, le jeudi 23 septembre 2021 - La digue du « zéro covid » a fini par céder. Épargnée jusqu’alors par l’épidémie, la Nouvelle Calédonie fait face pour la première fois à une vague mortelle de cas de Covid-19. En moins de 24 heures, ce territoire de plus de 287 000 habitants a recensé plus de 16 morts, portant ainsi le total des décès à 50.
La Nouvelle Calédonie traverse « une crise jamais vue dans toute son histoire » a déclaré Gilbert Tyuienon, l’un des porte-parole du gouvernement local.

Premiers cas le 6 septembre dernier

Début septembre, la découverte de trois cas « géographiquement éloignés et sans lien entre eux » de Covid-19 avait conduit le président du gouvernement, l’indépendantiste Louis Mapou, et le haut-commissaire de la République en Nouvelle Calédonie, Patrice Faure, à l’instauration d’un confinement strict de quinze jours.

Écoles, collèges, lycées, universités et commerces non essentiels ont été fermés. Les liaisons extérieures comme intérieures ont été suspendues, à l’exception des lignes réservées aux professionnels de santé.

« Le virus circule et, à cette heure, plusieurs dizaines de Calédoniennes et de Calédoniens sont probablement contaminés », avait alors averti M. Mapou.

Le nouveau variant du Sars-CoV-2, le variant Mu, identifié pour la première fois en Colombie semble également présent désormais sur l’île.

Le pic épidémique reste à franchir

Selon les autorités sanitaires, la Nouvelle-Calédonie entre dans la phase la plus dure de l’épidémie et elle pourrait durer longtemps malgré les mesures prises pour casser les chaînes de transmission.

Cinquante-deux personnes sont en réanimation et 323 font l’objet d’une hospitalisation en unité Covid. D’après la 1ère, chaîne affiliée à FranceInfo, les services de réanimation auraient atteint leurs capacités maximales. Le plus jeune patient admis en réanimation a seulement 23 ans

Une vaccination rendue obligatoire

La population néocalédonienne semble particulièrement vulnérable face à l’épidémie : 67 % de la population adulte souffre d’obésité et 10 % est atteinte de diabète.

La campagne de vaccination, rendue difficile par une terrible vague de défiance, tourne également au ralenti. Seulement 27,6 % de la population a reçu deux doses d’un vaccin contre la Covid-19.

Face à cette situation, le gouvernement avait voté le 4 septembre dernier le principe de la vaccination obligatoire pour tous. Mais le décret actant cette mesure n’est entré en vigueur que lundi. Aucune sanction n’est en outre prévue en cas de refus de se soumettre à cette obligation. Dans une conférence de presse retransmise en direct sur les radios et chaînes de télévision, Vaimu’a Muliava, membre du gouvernement d’origine wallisienne, a supplié sa communauté de se faire vacciner au plus vite : « L’heure est grave (…). On vous en supplie. Si vous ne croyez pas la parole politique, croyez en la parole du médecin qui vous soigne tous les jours ! ». Pour réveiller les consciences, le gouvernement local insiste : « autant de morts, en si peu de jours, on a jamais connu ».  

C.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Epidémie en Nouvelle Calédonie

    Le 26 septembre 2021

    Dans une tribune publié le 11 sept 2021 « A propos de la vaccination obligatoire des adultes en Nouvelle-Calédonie (https://www.jim.fr/medecin/jimplus/e-docs/a_propos_de_la_vaccination_obligatoire_des_adultes_en_nouvelle_caledonie_189112/document_edito.phtml)

    J’avais écrit que « bien que la stratégie « zéro Covid » fonctionne, avec l’arrivée du variant Delta, le gouvernement du territoire a décidé de rendre la vaccination obligatoire pour éviter une vague épidémique inéluctable et maintenir cet état de zéro-Covid »
    Cela s’est confirmé avec l’arrivée de l’épidémie due au variant delta. La stratégie zéro covid ne fonctionne avec le variant delta que si la quasi totalité de la population (adultes et adolescents) est vaccinée, ce qui n'est malheureusement pas le cas actuellement en NC.

    Pr Dominique Baudon

Réagir à cet article