Aérobic et renforcement musculaire, peut-être les clés de la longévité

Une activité physique régulière permet d’éviter la survenue de pathologies chroniques comme les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et le cancer. Elle réduit aussi la mortalité toutes causes. Les dernières recommandations américaines préconisaient, pour les adultes, la pratique d’au moins 150 minutes d’activité aérobique d’intensité modérée, ou au moins 75 minutes d’activité intense, chaque semaine. Les adultes devraient aussi pratiquer des activités de renforcement musculaire d’intensité modérée à soutenue, 2 fois par semaine. Toutefois, jusqu’à présent, il n’a pas été clairement établi que le respect de ces recommandations était réellement associé à une réduction de la mortalité ou du risque de pathologie cardiovasculaire ou de cancer.

Pour le vérifier, une étude de cohorte a été réalisée auprès de 500 000 adultes. Leur activité physique était déterminée sur la base d’une auto-déclaration et les patients étaient répartis en 4 groupes : activité insuffisante, activité aérobique seulement, renforcement musculaire seulement, et pratique conforme aux recommandations et associant les deux types d’activités.

Une réduction de 40 % de la mortalité toutes causes si l’on suit les reco

Seuls 15,9 % des patients inclus dans cette étude se placent dans ce dernier groupe. Mais les résultats encouragent à suivre leur exemple. En effet, une réduction de 40 % de la mortalité toutes causes est retrouvée pour ceux qui pratiquent à la fois une activité aérobique et du renforcement musculaire selon les recommandations. La pratique d’une activité aérobique seule ou du renforcement musculaire seul pendant les durées recommandées réduit aussi la mortalité toutes causes (29 % et 11 % de réduction respectivement). L’activité aérobique semble toutefois à privilégier, puisque, en plus de la réduction de la mortalité toutes causes, elle est associée à une réduction de la mortalité liée à 8 causes spécifiques (maladie cardiovasculaire, cancer, pathologies respiratoires chroniques, accidents, maladie d’Alzheimer, diabète, grippe ou pneumopathies, néphropathies). La pratique du renforcement musculaire, quant à elle, semble diminuer la mortalité liée à trois causes spécifiques (pathologies cardiovasculaires, cancer, pathologies respiratoires chroniques).

Au vu de ces résultats, l’on ne peut que suivre l’avis des auteurs qui estiment que les programmes de prévention devraient inclure ce type d’information et avertir des bénéfices sur la santé de l’activité physique telle qu’elle est recommandée par les guidelines.

Dr Roseline Péluchon

Références
Zhao M. et coll. : Recommended physical activity and all cause and cause specific mortality in US adults: prospective cohort study. BMJ 2020;370:m2031

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Les études sont nombreuses depuis 2000

    Le 09 juillet 2020

    Ces recos ne dont pas seulement "américaines", il existe par exemple le programme suisse Paprica déstiné aux médecins generalistes et à leur patients, c'est très complet et documenté serieusement.
    Mode de vie sain = 14 années de vie supplémentaires (=activité physique+alimentation équilibrée+pas de tabac+alcool modéré).
    La part de l'activité physique est estimée être pour moitié dans le gain de longévité...
    Allez-y voir et réfléchissez à ce que vous pourriez proposer à vos patients ;)

    Dr Stéphane Zimmermann

  • Aerobic

    Le 09 juillet 2020

    Une technique très élaborée mise au point en Californie il y a 40 ans par le Dr Cooper, physiologiste (celui du test qui porte son nom). La pratique, quand elle est sérieuse, est faite d'exercices très précis, avec pour objectif d'améliorer la consommation d'oxygène par le muscle. Une belle activité.

    Dr Bernard Hazon

Réagir à cet article