Age de départ à la retraite : quand Agnès Buzyn a tort d’avoir (peut-être) raison trop tôt

Paris, le mercredi 20 mars 2019 - Le ministre de santé, Agnès Buzyn, évoquait, dimanche, sur les ondes de RTL, la possibilité de discuter d’un « allongement de la durée de travail » et d’un recul de l’âge de départ à la retraite. Elle avait ainsi précisé ne pas être « hostile » à une telle mesure étant donné l’augmentation constante de l’espérance de vie : « est-ce qu’indéfiniment nous allons pouvoir, maintenir sur les actifs le poids des retraites qui vont augmenter en nombre et en durée ? Nous savons que cet équilibre-là va être de plus en plus difficile à tenir » a-t-elle fait, remarquer. Elle a ensuite été soutenue par un autre ministre, et pas des moindres en la matière, celui des Comptes publics, Gerald Darmanin qui a salué le "courage" d’Agnès Buzyn.

Cependant, face à la bronca des organisations syndicales, qui y ont vu une proposition pour le moins à contretemps en cette période de Grand débat et de mouvements sociaux, le ministre de la Santé a "rétropédalé" lors des questions au gouvernement.

Elle a ainsi assuré qu’« aucune modification de l’âge minimal de départ à la retraite n’est envisagée, ni sur la table des négociations que pilote le Haut commissaire à la réforme des retraites », Haut commissaire qui quelques heures plus tôt s’était déclaré surpris des déclarations d’Agnès Buzyn. En outre, elle a fait valoir que ses propos avaient été mal interprétés : le ministre avait effectivement signalé qu’elle se prononçait à titre personnel et qu’une telle idée n’était (pour l’heure) pas défendue par le Président de la République. 

Reste que l’équation qu’elle a posée sur les ondes de RTL, à savoir que le nombre d’actifs serait bientôt insuffisant pour financer les retraites, en raison de l’augmentation de l’espérance de vie, n’était pas si "sotte" comme a pu le déclarer le patron de la CGT, Philippe Martinez.  

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Une autre solution

    Le 20 mars 2019

    Madame le ministre Buzyn, n'est pas très forte en mathématiques ! Elle ne pose pas bien les équations ! Pour avoir le bon résultat à l'équation, il suffit d'augmenter le nombre d'actifs..! CQFD ! Et pour cela, rien de plus simple... diminuer le nombre d'heures de travail par semaine. Passer de 35 à 30 ou 25. Il n'y aura plus de chômeurs , il y aura plus d'actifs, et les retraites seront financées (bien sûr sans oublier d'augmenter le salaire horaire en conséquence ! ).

    Dr Roger Farenc

  • Retraites justes

    Le 21 mars 2019

    On va enfin instaurer des retraites justes qui prendront en compte le nombre de points acquis par chacun. Chaque personne pourra prendre sa retraite en fonction de nombre de points qu'elle a acquis et en fonction de la somme dont elle veut disposer pour sa retraite.

    La notion d'âge de la retraite n'a donc plus aucune valeur et elle devient du folklore pour journalistes en mal de copie...

    Il est certain qu'avec la retraite par points, de nombreuses personnes souhaiteront travailler jusqu'à 65, 67 ou 70 ans. Il faudra prévoir qu'elles pussent travailler moins à partir de l'âge de 50/60 ans, à 80,70 ou 50%.

    Et, contrairement à ce que déclarent certain syndicat, plus il y a de gens qui travaillent, plus il y a de gens qui achètent avec l'argent qu'ils gagnent et plus il y de travail pour ceux qui produisent ce que les gens achètent.

    Dr Guy Roche, ancien interniste

Réagir à cet article