Aller au travail à vélo est-il dangereux ?

Probablement le sujet n’est-il pas parfaitement adapté à une période où la majorité des travailleurs sont sommés de rester chez eux et peuvent tout au plus faire du vélo d’appartement ou une petite virée de 1 km avec attestation.

Mais le déconfinement étant prévu (!), la question demeure posée des risques encourus à bicyclette. (NDR)

Avec les grèves récentes (il y a eu ça aussi !) dans les transports, nombreux sont ceux qui en effet ont décidé d’opter pour le vélo pour se rendre au travail. Si l’on est tenté de se réjouir de cette augmentation de la pratique d’une activité physique, les adeptes des déplacements à vélo le disent, cet exercice n’est pas sans danger, surtout en ville. Cette opinion est largement partagée dans la population générale : le vélo est souvent considéré comme dangereux.

Pour vérifier le bien-fondé de cette opinion, une équipe du Royaume-Uni a réalisé une étude prospective portant sur plus de 230 mille personnes qui ont été comparées selon leur mode de transport (actif, c’est-à-dire à pied, vélo, ou mode mixte, versus passif, c’est-à-dire transports publics ou voiture), pendant un suivi médian de 8,9 ans. Parmi elles, 2,5 % déclarent se déplacer principalement à vélo.

Plus de blessures

L’étude confirme que la perception du caractère dangereux des déplacements à vélo est justifiée. En effet, 7 % des personnes effectuant leurs déplacements à vélo ont été blessées durant le suivi, contre 4,3 % de ceux utilisant un mode de transport « passif ». Après ajustement pour les principaux facteurs confondants (style de vie, état de santé, facteurs socio-démographiques), le fait d’aller travailler en vélo est associé à un risque de blessure supérieur de 45 %, en comparaison avec un mode de déplacement passif. La même tendance (+ 39 %) est observée chez les personnes utilisant un mode de déplacement mixte (vélo et un autre mode), mais n’existe pas pour les personnes allant travailler à pied. Le risque est supérieur pour ceux qui parcourent de longues distances à vélo, mais seulement quand il s’agit de déplacements professionnels. Les blessures aux membres, thorax, de la tête et du cou, et particulièrement de fractures sont les plus fréquentes. Les données ne varient pas selon le niveau d’entrainement physique du cycliste.

Mais moins de pathologies cardiovasculaires et de cancers

En revanche, les adeptes du vélo bénéficient d’un risque réduit de pathologies cardiovasculaires, de cancer et de décès. En admettant une relation causale, les auteurs estiment que si 1 000 personnes décident de changer leurs habitudes de transport pour adopter le vélo sur une durée de 10 ans, 26 hospitalisations supplémentaires surviendraient pour des blessures, mais aussi 15 diagnostics de cancer en moins, 4 évènements cardiovasculaires et 3 décès en moins.

Certains travaux ont montré que les voies cyclables clairement délimitées réduisent environ de moitié les accidents, mais d’autres données mènent à des résultats contradictoires. Les auteurs signalent toutefois que dans les pays disposant d’infrastructures spécifiques pour les cyclistes comme au Danemark et aux Pays-Bas, le risque de blessures pendant les déplacements à vélo est inférieur. L’article n’évoque pas l’intérêt du port du casque.

Dr Roseline Péluchon

Références
Welsch C et coll. : Association of injury related hospital admissions with commuting by bicycle in the UK: prospective population based study. BMJ 2020;368:m336.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Port du casque

    Le 04 avril 2020

    S'il est bien un accessoire qui peut faire la différence dans cette étude c'est bien le casque la seule protection vitale du cycliste sans parler des gants...

    Dr Olivier Delbarre

  • Le vélo est autorisé pour les déplaecments prof. Quid des pistes sécurisées et des trotinnettes ?

    Le 06 avril 2020

    Il serait intéressant de pousser la finesse de l'étude : les chutes ont elles eu lieu sur piste sécurisée (séparée des autres véhicules) ?
    J'aimerais connaitre les résultats d'une étude équivalente concernant les utilisateurs de trottinettes électriques et autres gyropodes risque d'être encore pire.

    Enfin, médecin et utilisateur de vélo pour la majorité des trajets, je confirme que l'usage du vélo sur trajet professionnel est autorisé, puisque j'ai été contrôlé avec carte CPS, sans aucun soucis.
    Effectivement, casque et gants ont toute leur place ici, que ce soit pour la protection contre les chutes, la pluie, le froid ou le chaud !

    Dr Cyril Bergman

Réagir à cet article