Au lancement du CNR Santé, François Braun promet un accès universel au système de santé

Paris, le mardi 4 octobre 2022 – Ce lundi au Mans, le ministre de la Santé a insisté sur la nécessité de rétablir un égal accès à la santé pour tous.

Certains penseront sans doute que la référence est un peu excessive voire grandiloquente. Mais au moment de débuter son discours à l’occasion de la journée d’ouverture du CNR Santé, qui a débuté ce lundi au Mans, le ministre de la Santé François Braun a tenu à évoquer Jean Moulin et le véritable CNR, le Conseil National de la Résistance.

« Oui, en 1945, notre pays a fait une promesse à ses habitants : la santé sera accessible à tous, sans distinction, pour tous les citoyens de la République » a rappelé le ministre, avant de faire un constat alarmant : « près de 80 ans plus tard, cette promesse est menacée, l’accès universel à notre système de santé est fragilisé ». « Le seul et unique but que je poursuivrai en tant que ministre est de promouvoir l’accès universel à notre système de santé » a ensuite lancé l’ancien urgentiste.

Garantir à tous les Français un médecin traitant d’ici 2027


Rétablir l’accès égal de tous à la santé, alors que 87 % du territoire français est considéré comme étant une zone médicale sous-dense et que 6 millions de français n’ont pas de médecin traitant, tel sera donc l’objectif principal de ce CNR Santé, sorte de grande conférence réunissant autorités sanitaires, syndicats libéraux et représentants des patients.

La ville du Mans n’a pas été choisi au hasard pour lancer cette concertation qui doit durer jusqu’au printemps prochain : comme l’a rappelé le Dr Braun, le département Sarthe est particulièrement affecté par la pénurie de médecins, puisqu’il ne compte que 59 généralistes pour 100 000 habitants (la moyenne nationale est de 89).

Selon une dialectique très macroniste, le ministre de la Santé et la ministre de l’organisation territoriale et des professionnels de santé Agnès Firmin le Bodo ont répété à l’envie lors de cette première journée que les solutions pour sortir le système de santé de la crise seront trouvés en concertation, afin de « façonner ensemble un nouvel avenir » au niveau des territoires.

S’il est question de « refondation », il n’y aura en revanche pas de révolution du système de santé. Les pistes avancées par les deux ministres pour améliorer l’accès aux soins passent en effet essentiellement par le renforcement de dispositifs déjà existants : développement des CPTS qui devront couvrir l’ensemble du territoire d’ici la fin du quinquennat, généralisation du service d’accès aux soins (SAS) d’ici 2023, promotion de la téléconsultation…

Le ministre a également annoncé vouloir doubler le nombre d’assistants médicaux d’ici 2025, soit 10 000 agents répartis sur le territoire pour aider les médecins libéraux à gagner du temps médical. L’objectif final du Dr Braun est ambitieux : permettre à tous les Français d’avoir un médecin traitant d’ici la fin du quinquennat.

Le plus beau métier du monde


Partage de compétence entre professionnels de santé, refondation de l’hôpital mais aussi transition écologique : les sujets évoqués lors de cette journée d’ouverture du CNR Santé ont été nombreux. Mais le ministre de la Santé a également eu la volonté de rappeler que l’objectif du gouvernement était de créer un meilleur système de santé non seulement pour les usagers mais également pour les médecins, dont les difficultés ont été mises en lumière par la crise sanitaire. « Je le dis pour moi, c’est le plus beau métier du monde, celui où les actes importent autant que les paroles, celui du réel, du concret, de la vie, mais aussi de la mort ».

Les syndicats de médecins libéraux, qui participeront activement à ce CNR et en parallèle aux négociations sur la future convention, veilleront eux aussi à ce que le bien-être des médecins ne soit pas sacrifié sur l’autel d’un meilleur accès aux soins.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Le plus beau métier du monde ?

    Le 07 octobre 2022

    Rhétorique huilée démagogique et euphémismes : le Dr Braun a été bien coaché ou fait preuve de belles capacités adaptatives entretenues par son passé syndical. " L’accès universel à notre système de santé est fragilisé " : consensus assuré.
    " Le plus beau métier du monde " ? : et les banalités s'enchainent. Force est de constater que nos ancien(ne)s ministres de la Santé ont été bien peu pressé(e)s de renouer avec le plus beau métier du monde ou avec l'officine. A suivre pour le Dr Braun.
    Sur le plan strictement hospitalier, la suppression pure et simple de l'intérim - mercenariat médical serait une mesure forte et courageuse. Elle semble hors sujet, allez savoir pourquoi. Liberticide peut-être, lucratif c'est sur. La simple réglementation existante (plafonnement des rémunérations) semble impossible à faire appliquer. Attractivité à nouveau...

    Dr JP Bonnet - PH

Réagir à cet article