Canicule : bas les masques ?

Paris, le mardi 11 août 2020 – Le gouvernement a permis aux préfets d’obliger leurs administrés de plus de onze ans à porter un masque dans l’espace public extérieur. Aussi, les arrêtés préfectoraux obligeant au port du masque dans les rues se sont multipliés ces derniers jours et notamment à Paris, hier. Mais, pour certains, la canicule que connaît la France depuis quelques jours remet en question ces décisions.

Ainsi, les indicateurs de Santé Publique France ou encore de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris mettent en évidence un retentissement sanitaire important de cette vague de chaleur qui pourrait provoquer environ 500 décès en 5 jours sur le territoire national selon des premières modélisations…Or, concernant le Covid-19, seuls 35 décès liés à cette pathologie ont été enregistrés entre le 6 et le 11 août.

Masques : un facteur de risque de coup de chaleur ?

Dans ce contexte, certains remettent en cause l’obligation du port du masque en extérieur et appelle à prioriser les risques de coup de chaleur plus que ceux d’une contamination par le SARS-CoV-2.

D’ailleurs, dans le monde, l’État d’Israël qui devait imposer le masque en extérieur y a renoncé face à une vague de chaleur.

Ainsi le Pr Jean-François Toussaint, qui estimait déjà qu’aucune argumentation rationnelle ne venait soutenir le port du masque en extérieur, juge sur BFM TV qu’il pourrait même être dangereux en cette période.

« On se retrouve dans un cocktail où l’on voit augmenter des risques et diminuer d’autres, il faut s’adapter à cela » explique-t-il.

Aussi, il rappelle que dans une période à risque de coup de chaleur il est nécessaire de retirer certains vêtements et en particulier ceux qui bloquent les voies aériennes supérieures, donc les masques.

Interrogé sur cette position, Anne Souyris, adjoint à la mairie de Paris chargé de la santé publique rappelle les possibles contaminations en extérieur en particulier dans les zones densément fréquentées et prône le « principe de précaution » et la réduction des risques. En outre, elle estime que le port du masque, au-delà de son utilité propre, sonne comme un rappel régulier des gestes barrières…   

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Anne Souyris....

    Le 12 août 2020

    Anne Souyris, C'est qui? Un effet politique collateral? Un médecin recyclé?
    Masque + canicule = pb potentiel en fonction des effets collatéraux relatifs à la comorbidité.
    Pas de masque = risque potentiel de Covid
    Masque = risque aggravation liée à une canicule.
    Connaissez vous beaucoup de personnes à risques par comorbidité vouloir courir par canicule avec un masque? Tous les gens ne sont pas cons...encore que!

    Canicule = apport d'eau - diurétique ou apport d'eau et sel! modifier les TT anti HTA, surtout les diurétiques! diurétiques + eau = risque d'hyponatrémie, les média n'en parlent jamais, mais les CO départementaux nous ont récemment rappelé une vague d’hyponatrémie sévère! De mémoire à ne pas afficher en salle d'attente, mais je peux me tromper...

    Dr Jean-Paul Vasse

Réagir à cet article