Cas clinique de la semaine : Une cyphose juvénile

Une fois n’est pas coutume, pas d’énigme dans ce cas clinique mais la présentation d’un tableau de déformation rachidienne à savoir diagnostiquer. Les auteurs présentent le cas d’un patient de 17 ans qui a bénéficié d’une radiographie standard du rachis pour une hypercyphose thoracique sévère et douloureuse. La radiographie standard du rachis de profil (Figure 1) a confirmé une cyphose thoracique sévère, une déformation antérieure en « coin » de plusieurs corps vertébraux thoraciques (cunéiformisation vertébrale) présentant des irrégularités globales du plateau vertébral. 

Figure 1 :


Les résultats cliniques et radiologiques étaient en faveur d’une maladie de Scheuermann ou cyphose juvénile liée à une épiphysite vertébrale (ou, pour certains, dystrophie rachidienne de croissance), qui est une forme d'ostéochondrose juvénile de la colonne vertébrale liée à une épiphysite vertébrale (atteinte du cartilage de croissance ayant pour conséquence une altération de la plaque cartilagineuse). Cette pathologie déformante du rachis a un retentissement potentiel sur la santé, les activités quotidiennes et la qualité de vie des patients.

Les critères du diagnostic radiologique

Les critères diagnostiques radiologiques incluent : une déformation antérieure vertébrale (cunéiformisation vertébrale) supérieure ou égale à 5​ degrés affectant au moins 3 corps vertébraux adjacents à l’apex de la déformation, associée à une hypercyphose. La définition de l’hypercyphose reste imprécise, mais si on se base sur la littérature elle correspondrait à un angle de Cobb de 50° ou plus mesuré en position debout. Les autres critères diagnostiques radiologiques comportent la constatation de plateaux vertébraux feuilletés et aplatis, un pincement des espaces discaux et la présence (variable) de nodules de Schmorl. C’est la colonne thoracique qui est le plus souvent atteinte, bien que cette maladie puisse également affecter la région lombaire.

Une maladie qui se manifeste à l’adolescence

Cette pathologie est diagnostiquée le plus fréquemment chez des adolescents qui présentent une déformation posturale en apparence « bossue ». Il existe une composante héréditaire associée à cette maladie, confirmée par l'incidence plus élevée chez les jumeaux monozygotes par rapport aux jumeaux dizygotes.

Dans le cas de ce patient de 17 ans ayant une cyphose sévère symptomatique, la correction chirurgicale (par fusion vertébrale) a été envisagée. Cependant après une prise en charge en rééducation le patient s'est amélioré cliniquement.

Remarque : les auteurs ne discutent pas l’intérêt de dépister précocement cette maladie, mal connue, afin de prévenir ces formes sévères de déformations grâce à une prise en charge précoce associant de la kinésithérapie et de l’appareillage.

Dr Marie-Martine Lefèvre-Colau

Référence
Spinnato P, Novais de Carvalho A, Bazzocchi A. Scheuermann disease. J Clin Neurosci. 2023 Aug;114:62-63. doi: 10.1016/j.jocn.2023.05.022.

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (1)

  • Cyphose de l'adolescent

    Le 29 septembre 2023

    On est très surpris de voir un patient de 17 ans qui n'a pas été diagnostiqué plus tôt !
    Ce n'est pas une affection "mal connue " Tous les kinés ont appris ça à l'école !
    A-t-on sous estimé les autres symptômes ( douleurs de Scheurmann ) ou à une situation sociale particulière pour en arriver à une telle angulation ? Je pense que peu de soignants ont constaté au cours de leur carrière un tel tableau radiologique !
    L'école lyonnaise a toujours été en avance pour les traitements orthopédiques, associés à une kinésithérapie sérieuse qui ont fait leurs preuves.
    La Cnam parle d'encourager le dépistage des déformations rachidiennes ; on va peut-être palier
    à la disparition de la médecine scolaire !

    Dr J-P. Olu

Réagir à cet article