Décès d’une fillette opérée des amygdales : deux médecins alsaciens mis en examen

Après le décès, le 3 novembre dernier, d’une fillette de quatre ans, cinq jours après une opération des amygdales, un anesthésiste et un chirurgien ORL de la polyclinique des Trois Frontières de Saint-Louis dans le Haut-Rhin ont été mis en examen pour homicide involontaire.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Quelle prise en charge post op à distance ?

    Le 12 janvier 2019

    Je remarque les mêmes circonstances (affaires de Verdun et de Tarascon récentes) : classiquement ces décès surviennent par hémorragie retardée (chute d'escarre, jusqu'à 15 j post opératoire).
    Ces affaires bien médiatisées (mort d'un enfant, "circonstances anormales", recherche de la cause, mise en cause et en examen de tels intervenants , ...) au départ ne débouchent sur rie , en tout cas rien de médiatique : indication chir bien posée, geste effectué dans les règles de l'art, mais rien sur la sous évaluation de la situation APRES !
    J'aimerais bien voir un registre de ces décès, et l'étude des prises en charge post op à distance, et que les autorités administratives réaffirment bien que ces opérations peuvent se faire en ambulatoire !
    Quelle est la position de mes confrères ORL (en particulier quelle est l'épidémiologie de ces complications dramatiques ?) , et comment la justice a-t-elle tranché quand ces affaires n'ont pas été classées sans suite ?

    Dr F Chassaing

  • La question est bien posée

    Le 14 janvier 2019

    Ou car telle est la vraie question : l'Etat n'est-il pas responsable par le raccourcissement des durées d'hospitalisation lorsque le risque s'il est réputé peu fréquent, peut néanmoins peut être mortel lorsqu'il survient ?
    On transforme les membres de la famille en garde-malade non avertis, non formés. Quelle est leur disponibilité réelle, leur capacité de comprendre des consignes de surveillance, etc ?

    Trop facile de reporter à domicile des suites d'opération, des surveillances (vous êtes seule à la maison pour cette nuit ?), des prises en charge sur la famille pour gagner des frais d'hospitalisation. Economies de bouts de chandelle. Une étude sur les complications survenues à domicile, toutes causes confondues seraient un bonne idée. Histoire de chiffrer les rechutes, complications graves ou nécessitant une ré hospitalisation, les séquelles générées...

    C. D.

Réagir à cet article