Direct 25 mai : une "étude foireuse", Raoult riposte | L'OMS suspend ses essais sur l'hydroxychloroquine

Cette veille quotidienne régulièrement réactualisée vous permet de retrouver rapidement certaines des informations brèves concernant l’épidémie actuelle. Retrouvez tous nos articles sur le Covid-19.

19 h 30 - Toujours pas de nouvelles données sur les décès en France !

Selon les dernières données du ministère de la santé, on dénombre, 16 798 personnes hospitalisées pour Covid-19 (- 387) dont 1 609 (-46) en réanimation. Aucune donnée sur les décès n'a été communiquée depuis jeudi...

19 h - L'OMS suspend ses essais sur l'hydroxychloroquine

Après l'étude du Lancet sur l'hydroxychloroquine (voir : Hydroxychloroquine dans la Covid-19 : point final ?), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique avoir suspendu "temporairement" les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine qu'elle mène avec ses partenaires dans plusieurs pays.

13 h - "Une étude foireuse"

Sur le site de l'IHU, le Pr Raout réagit, en vidéo, à l'étude parue dans le Lancet sur l'hydroxychloroquine (voir : Hydroxychloroquine dans la Covid-19 : point final ?) . A la question de savoir si ces travaux le font changer d'avis sur l'utilité et l'innocuité du médicament qu'il n'a cessé de recommander, il répond : "comment voulez-vous qu'une étude foireuse faite avec les big data change ce que nous nous avons vu". Il rappelle ainsi que 3 600 patients Covid + ont été suivis à l'IHU et que la mortalité y est de "0,5 %, la plus faible du monde". Pour lui cette publication s'explique par une "dérive des journaux de recherche médicale, comparable à la dérive des médias généralistes". Il poursuit, "s'il suffisait qu'il y ait quelqu'un qui publie une bêtise dans la littérature pour que j'oublie tout ce qu'on a fait pendant 2 mois et demi c'est que je serais devenu fou". Enfin, il interpelle ses auditeurs : "qui croyez-vous, celui qui a vu des malades et qui a traité les malades ou celui qui a analysé les données informatiques issues des hôpitaux et remplies on ne sait pas comment ?".

12 h - Appel à la grève dans les EHPAD

Les syndicats CGT, FO et SUD appellent les personnels des maisons de retraite Korian à faire grève et à se rassembler devant les établissements du groupe ce lundi. Dans son communiqué, l’intersyndicale réclame le « versement de la prime de 1 000 euros » promise par la direction de Korian à tous les personnels, « sans éléments discriminants ». Elle demande également  que la prime promise par le gouvernement soit de « 1 500 euros pour tous ». L’intersyndicale revendique aussi « une prime grand âge de 100 euros dans le secteur privé, de véritables augmentations salariales conventionnelles de 300 euros net par mois », une majoration des heures supplémentaires et la reconnaissance du Covid-19 en maladie professionnelle pour tous les salariés. « Nous refusons la division et l’opposition entre le privé et le public ou en fonction du lieu d’exercice et du temps de travail » écrivent les syndicats.

11 h 30 - La HAS veille sur les vaccins

Pour être en mesure d'évaluer les candidats vaccins contre la Covid-19 et d'élaborer rapidement des avis dès que les données seront disponibles, la Haute Autorité de santé (HAS) a mis en place une veille sur les différentes études en cours.

11 h - Le regard du CCNE sur l'après confinement

Dans un avis sur l'après Covid-19, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) suggère, en particulier, de revoir l'organisation du système de santé afin de garantir l'égalité d'accès aux soins et l'équité de l'offre sur tout le territoire.

Enjeux éthiques lors du dé-confinement

10 h - Un point épidémiologique dans le monde

Selon les données colligées par l'université John Hopkins de Baltimore, on compte, dans le monde, 5 424 718 cas de Covid-19 et 345 296 décès. Les trois pays qui ont identifié le plus de cas sont les États-Unis (1 643 499 Covid+), le Brésil (363 211 Covid +) et la Russie (353 427 Covid +). Les trois pays les plus endeuillés sont les États-Unis (97 722 décès), le Royaume-Uni (36 875 décès) et l'Italie (32 785 décès).

9 h - Dernières données en France

Selon les dernières données communiquées par le ministère de la santé, 17 185 personnes sont hospitalisées pour une infection Covid-19 (vs 19 361 il y a une semaine + 7 par rapport au 24 mai) et 121 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures (vs 152 il y a une semaine). Concernant les soins intensifs, 1 655 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont hospitalisés en réanimation (vs 2 087 il y a une semaine), dont 24 ont été admis ces dernières 24 heures (vs 24 il y a une semaine). Le solde reste négatif en réanimation, avec 10 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier, mais le nombre total de malades en réanimation toutes causes confondues reste élevé (5 600). S’agissant de la mortalité, les chiffres seront actualisés ce soir.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Lancet et l'ancêtre

    Le 25 mai 2020

    La vraie et seule question est pourquoi les décisionnaires politiques, les professionnels de la profession, de l'État et leurs conseils, comités, agences et plus si affinités cèdent si facilement aux sirènes des intérêts économiques et s'engouffrent dans une politique prudentio-précautionneuse directement ghostwritée par les mêmes, suivis par les girouettes médico-mediatiques qui se pâment maintenant des dangers terribles d'un médicament quotidiennement et abondamment utilisé depuis des lustres, dont on finira bien par dégoûter prescripteurs et patients, alarmés par une drogue si infâme.

    Finalement rien ne différentie les politiques des géants pharmaceutiques et, mettons, de l'ANSM. Cette candeur, car je ne pense pas qu'il s'agisse de corruption, ne laisse d'interroger le quidam que je suis.

    La commune faiblesse de notre esprit humain est bien dangereuse, surtout dans une épreuve soudaine et mystérieuse.

    Dr Gilles Bouquerel

  • Argumentation ?

    Le 28 mai 2020

    "Politique prudentio-précautionneuse" , "ghostwritée", "girouettes médico-mediatiques":
    Quand on est capable de mettre tout cela dans une même phrase, cela signifie en général qu'on a pas d'argument valable pour critiquer.

    Dr Eric Giblot Ducray

Réagir à cet article