Echographie en médecine générale : comment se former ?

Les médecins urgentistes ont recours quotidiennement à l’échographie depuis plus de trente ans. La progression est plus lente chez les généralistes par manque d’information et de formation, mais ceux qui ont franchi le pas sont les premiers à reconnaître que cette technique a révolutionné leur pratique.

Le bénéfice est encore plus patent dans les zones rurales où l’accès à l’imagerie est souvent plus problématique que dans les métropoles ou les centres urbains: c’est la clé de l’amélioration du service médical rendu. Si l’on se réfère à une étude réalisée par SOS Médecins en France en 1977, 88 % des praticiens interrogés reconnaissent d’ailleurs que l’échographie améliore la communication avec les malades en rapprochant les uns et les autres. « L’échographie nous propose d’être au cœur même d’une région douloureuse, de visualiser un organe, qui interpelle sous toutes ses coutures, ses dehors et ses dedans… voir ensemble, le patient et moi… l’image est puissante… Elle nous parle, à nous être parlants et permet au patient lui-même d’approcher au plus près le diagnostic » (Pr Bourgeois). Enfin, cet acte "anodin" permet de revaloriser le statut du médecin généraliste en lui donnant plus d’autonomie dans la prise en charge du patient.

Le stéthoscope du troisième millénaire

La formation est la clé de voûte des progrès attendus et c’est là qu’intervient l’EESF (École d’Échographie Sans Frontières), association sans but lucratif créée en 2010 à Nîmes par le Professeur Bourgeois spécialiste en médecine générale et présidée par le Docteur Amy, radiologue. Elle apporte la formation nécessaire à l’intégration de l’échographie en médecine générale au travers de deux objectifs : (a) former des médecins ou du personnel paramédical spécialisé résidant hors de France ; (2) permettre à des praticiens d’atteindre un haut niveau en échographie.

L’EESF, dispense des cours d’échographie à distance pour médecins généralistes (durée deux ans) et par spécialité (durée un an). Elle propose par ailleurs un Postgraduate Diploma in Medical Ultrasound, mais aussi des formations à distance et un tutorat personnalisé avec des démonstrations vidéo quotidiennes. Les médecins peuvent échanger entre eux dans le cadre d’un forum en ligne : « L’Amphi des généralistes ». Tous les généralistes qui souhaitent enrichir et diversifier leur pratique quotidienne peuvent ainsi se former et accéder à une technique qui va devenir peu à peu le « stéthoscope du troisième millénaire ». De l’utopie à la réalité, il n’y a que des étapes… ou des obstacles… à franchir…en n’oubliant jamais que le savoir partagé est la clé du succès dans bien des domaines, la motivation étant un autre moteur essentiel.

Dr Philippe Tellier

Référence
Congrès d’échographie générale (Paris): 21-23 juin 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Chapeau bas

    Le 23 août 2019

    Je rends hommage à ce maître qui s'est fait connaître des radiologues par son journal de littérature ultrasonore (LUS). Des articles non seulement traduits mais commentés et analysés. Il a été parmi les premiers en France et le premier à Montpellier à s'intéresser au dépistage de T21 par clarté nucale. Il n'arrête jamais et jamais je n'ai eu à Paris de maître aussi attentif et amical.
    Hat off.

    Dr Pierre Castaing

Réagir à cet article