Encore une voix contre l’accès partiel aux professions de santé

Paris, le vendredi 1er décembre 2017 - L’accès partiel aux professions de santé  est entrée en vigueur le 3 novembre dernier à la suite d’un décret signé par le ministre de la santé qui appliquait ainsi une directive européenne…que d’ailleurs beaucoup d’états européens ont refusé d’appliquer ! Depuis, ce zèle ne manque pas de faire réagir, notamment les infirmiers, qui apparaissent comme les premières victimes de ce nouveau dispositif qui devrait permettre à des auxiliaires médicaux partiellement formés aux soins infirmiers à l’étranger d’exercer en France.

Ainsi, le Collège infirmier français (CIF) qui réunit plus d’une vingtaine d’associations et de syndicats professionnels dénonce vivement les dangers de l'accès partiel dans un communiqué à la suite d’un conseil d’administration extraordinaire entièrement consacré à cette problématique.

De l’incohérence né le danger

Le CIF rappelle en premier lieu l’incohérence du texte.

Ainsi celui-ci autorise « à exercer une partie des activités relevant de la profession d’infirmier, d’IADE, d’IBODE ou de puéricultrice les ressortissants d’un État membre de l’Union européenne » même si « les différences entre l’activité professionnelle exercée dans l’État d’origine et la profession en France sont si importantes que l’application de mesures de compensation reviendraient à imposer au professionnel de suivre » un programme complet de formation !

Et d’égrener les dangers de cette mesure : « il serait facile d’imaginer que la problématique de la désertification médicale trouve en celle-ci une solution simpliste tendant alors, à accentuer les inégalités territoriales d’accès à la qualité des soins. Il est à craindre, comme l‘exprime le rapport du Sénat, l’arrivée de métiers sous-qualifiés qui conduirait à une paupérisation de l’accès aux soins, allant à contre sens de l’universalité de notre système de santé censé garantir un égal accès aux soins pour tous ».

Le Collège infirmier français signale en outre qu'il a demandé une audience à ce sujet au Président de la République…

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • A propos de l’accès partiel aux professions de santé...

    Le 06 décembre 2017

    Est-on vraiment obligés d'appliquer toutes les directives européennes issues du lobbying des uns et des autres.
    En matière de Santé,le principe de précaution doit parfois s'appliquer pour garantir l’application des soins appris et validés en "Institut de Formation en soins Infirmier" et pour respecter la sécurité des patients.

    En cas de" problèmes" j'espère que la ministre de Santé"sera responsable et coupable à ses frais.

    P.Renard, Infirmier

Réagir à cet article