Espérance de vie : ralentissement de l'augmentation

Paris, le mercredi 13 mars 2019 – Les démographes et statisticiens prêtent une attention soutenue à la dynamique de l’espérance de vie, dont les composantes sont complexes. Aujourd’hui, certains pays occidentaux observent un ralentissement de la progression qui avait atteint autour de trois mois par an ces dernières décennies . Ainsi, entre 2017 et 2018 en France, l’espérance de vie à la naissance n’a augmenté que de 0,1 an pour atteindre 85,4 ans chez les femmes et 79,5 ans chez les hommes, soit un gain qualifié de "modeste" par le démographe Gilles Pison qui présente dans la revue Populations et Sociétés de l’Institut national d’études démographiques (INED) les derniers chiffres de l’INED.

L’âge d’or des progrès médicaux et sociaux est révolu

Cette évolution serait liée à deux phénomènes. D’une part des éléments conjoncturels : les épidémies de grippe saisonnière meurtrières de ces dernières années (en raison notamment d’une population vieillissante et donc plus vulnérable) contribuent à ralentir l’augmentation de l’espérance de vie. Par ailleurs, les progrès médiaux des années 70 concernant notamment la réduction de la mortalité vasculaire ont eu un retentissement bien plus importants que ceux plus récents concernant le cancer. De la même manière, alors que la diminution du tabagisme et de la consommation d’alcool chez les hommes a significativement influencé la mortalité par cancer chez ces derniers, la consommation accrue du tabagisme chez les femmes entre 1950 et 1980  explique aujourd’hui une stagnation du nombre de cancers mortels chez elles. Aujourd’hui « de nouveaux terrains de lutte comme les maladies neurodégénératives et des innovations médicales et sociales » doivent « prendre le relais si l’on veut que l’espérance de vie continue de progresser » estime Gilles Pison.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Espérance de vie : une notion bien vague

    Le 14 mars 2019

    N'oublions pas que les trois facteurs de l'espérance de vie à la naissance sont :
    1. la mortalité infantile
    2. l'incidence et la létalité morbide et accidentelle
    3. la longévité
    Une modification de l'espérance de vie à la naissance peut tenir à chacun de ces facteurs dans des proportions variées - c'est là l'information la plus intéressante.
    Une notion plus précise en épidémiologie est l'espérance de vie à un âge donné. On calcule volontiers l'espérance de vie à 60 ans qui est un indicateur de santé important dans les pays développés. Autre donnée pertinente, l'espérance de vie en "bonne santé" (selon des critères à définir) est évidemment intéressante.
    Mais l'espérance de vie à la naissance, donnée globalement, ne nous renseigne pas beaucoup.

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article