Et si les arguments économiques sauvaient l’homéopathie ?

Paris, le vendredi 31 mai 2019 – Ces dernières semaines les partisans de l’homéopathie ont mis en avant différents arguments économiques pour défendre le maintien du remboursement.

Ainsi, il y a quelques jours, plusieurs députés dont certains issus de la majorité, mettaient en avant les risques que faisaient courir le déremboursement pour la balance commerciale de la France. 

Bruno Le Maire « attentif »

Mardi, trois représentants syndicaux des laboratoires Boiron ont continué sur cette lancée en déposant symboliquement devant le palais présidentiel 2000 lettres signées par des salariés du groupe, pour exprimer leurs craintes quant à l’avenir de leurs emplois. La fin de la prise en charge de l’homéopathie par la collectivité nationale serait « un non-sens économique pour la France » et génèrerait pour les salariés de Boiron « une perte de pouvoir d'achat et une grande précarité » arguent les signataires de ces courriers. En effet, alors que les ventes du leader du secteur, les laboratoires Boiron, subissent déjà une sérieuse érosion ces derniers mois, la direction de la firme lyonnaise fait valoir que le déremboursement les contraindrait à se séparer de la moitié de ses 2 600 employés français.

Si cette action symbolique qui « n’est pas téléguidée » par la direction du groupe assure l’intersyndicale n’a pas abouti à une rencontre avec un conseiller du Président, l’argument économique semble faire mouche auprès de certains membres du gouvernement.

Dans un courrier que s’est procuré l’AFP, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, répondant aux salariés du site de Reims, dit rester « attentif aux impacts possibles pour l'entreprise » d'un éventuel déremboursement et précise même qu'à l'issue de la procédure en cours conduite par la HAS (qui semble s’acheminer vers un avis en faveur du déremboursement), le ministère de la Santé pourrait « éventuellement » opter pour une modulation du taux de remboursement de l'homéopathie (actuellement fixé à 30%), plutôt qu’à une suppression complète.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (10)

  • B Lemaire et Boiron

    Le 01 juin 2019

    Dr.JPL,j'avais cru comprendre que le déremboursement allait bouster les granules de sucre!Les PRO vont nous expliquer maintenant qu'il faut sauver Boiron.

    Dr Jean-Pierre Lamagnere

  • Aucune vertu thérapeutique spécifique...mais à rembourser

    Le 01 juin 2019

    Je suis de ceux qui pensent que l’homéopathie n’a aucune vertu thérapeutique spécifique mais je ne suis pas pourtant favorable à son déremboursement car mieux vaut un placebo inoffensif qu’un produit potentiellement dangereux, plus onéreux et pas forcément plus actif…

    Dr Serge Brisson

  • Si efficace, même pas remboursé ça se vendrait, non ?

    Le 02 juin 2019

    Si, comme le martèlent les partisans de l'homéopathie, celle-ci est efficace, les gens devraient continuer à l'utiliser même non remboursée ? D'autant plus que ce n'est pas cher.
    Regardez le tabac. On a beau augmenter sans fin les prix, les consommateurs acceptent de payer plus cher pour quelque chose qu'ils apprécient.
    Donc, déremboursons ... A défaut d'étude clinique prouvant l'efficacité des granules homéopathiques, le déremboursement constituerait un excellent test diagnostic. Si l'usage perdure, c'est que cela a une utilité. Il ne restera plus qu'à démontrer laquelle.

    Dr Marion Lagneau

Voir toutes les réactions (10)

Réagir à cet article