Le calvaire d’une patiente aux urgences du CHU de Brest fait le buzz sur Facebook

Brest, le jeudi 3 mars 2016 - Le récit de Vanessa Douguet décrivant les conditions de prise en charge de sa tante atteinte d’un cancer aux urgences du CHRU de la Cavale Blanche à Brest a été partagé 18 000 fois sur Facebook. V Douguet y évoque les dix heures d’attente et le fait que « rien n’a été proposé » dans ce délai pour soulager les douleurs et vomissement de la patiente. Vanessa Douguet raconte encore l’absence de réponse aux patients âgés appelant pour évoquer leur souffrance. Elle conclut en dénonçant l’incurie de l’administration et de l’Etat. La direction du CHRU a tenu à préciser qu’en dépit d’un temps d’attente qu’elle reconnaît encore être trop long, un taux de satisfaction de 72 % des usagers des urgences est constaté dans les enquêtes conduites par l’hôpital. « On ne peut laisser écrire que le service public laisse des personnes âgées dans la souffrance sans les aider » ajoute encore le CHRU, cité par le Télégramme de Brest. Pourtant, ce témoignage fait écho aux critiques émises par les syndicats, rappelées au lendemain du décès la semaine dernière d’une personne âgée sur un brancard aux urgences. Enfin, ce type de récit ne concerne pas uniquement le CHRU de Brest (objet d’une récente restructuration) mais d’autres services d’urgence. Sans citer le nom de sa ville, l’auteur du blog Patiente (im)patiente a ainsi raconté un de ses récents passages aux urgences et fait elle aussi mention de ces personnes âgées qui demandent une assistance (ne serait-ce que pour aller aux toilettes) et auxquelles on ne répond pas ( http://www.patienteimpatiente.fr/2016/02/bref-jai-ete-aux-urgences.html).

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Pour des urgences privées

    Le 06 mars 2016

    Il est clair que le "Service Public" est incapable d'assurer le service des urgences sans les généralistes et les cliniques privées.
    Pourquoi donc ne favorise il pas le travail des premiers et empêche t-il l'ouverture de services d'urgences dans les cliniques privées ? Est ce pour nous habituer progressivement à la médecine de type soviétique que le Ministère essaie de nous imposer ?

    Dr Bernard Maroy

  • Service public, Service du public ...

    Le 07 mars 2016

    Ne pas confondre Service public et Service du public .
    Et un jour ce sera peut-être même le "sévice public"?

    En attendant, certains semblent expérimenter une certaine forme de "maltraitance", contraire de la "bientraitance". Pour en être parfois"complice", ce que je regrette forcément, je comprends qu'il faut espérer s'améliorer.

    Dr Thierry Pourchez

Réagir à cet article