Le délire de persécution, vu par Albert Londres

Pour son dernier numéro de l’année 2022, The British Journal of Psychiatry évoque un extrait d’un ouvrage de 1925, Chez les fous, publié par le pionnier du journalisme d’investigation, Albert Londres (1884–1932), d’après ses articles pour le Le Petit Parisien. Malgré son nom (immédiatement associé à la capitale du Royaume-Uni), Albert Londres est de nationalité française. Il critique notamment la « bêtise du règlement » au Tour de France qu’il appelle du reste, par jeu de mots, le « tour de souffrance », vu l’intensité des efforts demandés aux participants.

Ne pas se débarrasser du fou


En usant parfois de subterfuges en cas de résistance officielle, ses projets de grand reportage le conduisent à s’intéresser aux « exclus » (comme les prostituées ou les travailleurs africains), et en particulier aux malades internés dans les asiles psychiatriques.
Dénonçant les mauvais traitements ou les carences alimentaires et sanitaires dans ces institutions, au milieu des années 1920, Albert Londres affirme qu’il ne faut pas « nous débarrasser du fou, mais débarrasser le fou de sa folie. »

Selon le commentateur du British Journal of Psychiatry, les descriptions compatissantes d’Albert Londres « sonnent juste », en particulier sa présentation « poignante » du « fou persécuté. » Aperçu : « Sa folie ne lui laisse aucun répit. Elle le saisit, le poursuit, le torture. La nuit, elle le guette, elle l’épie, elle l’insulte. » Constat particulièrement intéressant : en ce début du XXème siècle, Albert Londres note que le délire s’est modernisé : « Autrefois, c’était le diable. Le diable est détrôné. Il ne travaille que pour les paysans arriérés. » Désormais, la persécution s’enracine dans les inventions des physiciens, avec notamment « Edison, Marconi, Branly. » Leurs découvertes récentes ont « renvoyé le diable dans son enfer, le persécuteur présent, c’est le cinématographe, le phonographe, la radio, l’avion, la machine à rayons X, le haut-parleur... »

Un complot peut-être


Persécuté par tous ces nouveaux ennemis, le malade de 1925 « vit en transe, dort dans un cauchemar », ne trouvant jamais le repos. Bien qu’il « se bouche les yeux, les oreilles, le nez, en vain », il voit toujours ses persécuteurs, entend leurs menaces : « ça ne cesse de veiller sur lui, ça le frappe, ça le pince, ça le martyrise avec de l’électricité, des barres de fer, du feu, des nappes d’eau, du gaz. » On devine à quel point l’absence de traitement antipsychotique à cette époque complique le quotidien du patient délirant...

La fin de ce grand journaliste relève elle-même du scénario romanesque ! Albert Londres meurt en mai 1932 dans le naufrage du paquebot Georges Philippar le ramenant de Chine [1], alors qu’il dit rapporter de ce pays un scoop en forme de « dynamite », mais ses écrits sont perdus dans la catastrophe. Les théories du complot sur sa mort (provoquée par des « espions » ?) s’amplifient quand les seuls confidents des « informations exclusives » de sa dernière enquête, Alfred et Suzanne Lang-Willar (par ailleurs ancêtres du futur fondateur du Jim) vont eux-mêmes périr dans un accident d’avion, neuf jours après avoir survécu au naufrage du Georges Philippar...

[1]https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/autant-en-emporte-l-histoire/albert-londres-le-dernier-reportage-2282806

Dr Alain Cohen

Référence
Wilson S : The persecuted. Br J Psychiatry, 2022-12: 713.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • "Albert Londres doit disparaître"

    Le 08 décembre 2022

    Titre d'une très jolie bande dessinée chez Glénat.

    Dr P Rimbaud

  • Albert Londres & le délire

    Le 08 décembre 2022

    Merci pour pour cette découverte qui m’était aussi étrangère que prophétique.

    Dr X Bareau

  • Albert Londres et les exclus

    Le 08 décembre 2022

    Très intéressant. Merci !

    Dr A Lecrubier

  • Services ouverts

    Le 10 décembre 2022

    Je crois me souvenir que, en plus, c'est à Albert Londres qu'on doit les premiers services psychiatriques ouverts...

    Dr F Balta

  • Un très bon article

    Le 10 décembre 2022

    Merci pour ce très bon article, informatif et bien plus passionnant que l'actualité sur BFMTV.
    Qui parle d'une époque où les journalistes étaient des journalistes.

    Dr J-F Michel

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.