Les opposants aux médecines alternatives se regroupent en association

Paris, le lundi 8 octobre 2018 - Ce samedi a eu lieu à Paris l’assemblée générale inaugurale de l’association No Fake med, un collectif de médecins qui souhaite lutter contre l’influence des médecines alternatives et notamment de l’homéopathie et défendre une médecine scientifique et rigoureuse.

Le 18 mars dernier, dans une tribune sans nuance publiée dans le Figaro, 124 professionnels de santé dénonçaient la grande tolérance des autorités envers les médecines alternatives et notamment l’homéopathie, méthodes que la tribune assimilait à du charlatanisme et dont elle rappelait le caractère non fondé scientifiquement. Six mois plus tard, les pourfendeurs des médecines alternatives ne désarment pas et certains des auteurs de la tribune viennent de fonder une association nommée No Fake med. Selon le communiqué de presse de l’association, son but est de « continuer à défendre une médecine respectueuse des données actualisées de la science en refusant l’ésotérisme et l’obscurantisme qui gagnent du terrain ».

Comme le rappelle l’association elle-même, les adversaires des médecines alternatives ont déjà remporté quelques victoires encourageantes. Rappelons ainsi que depuis cette fameuse tribune, la HAS a été saisie pour réaliser une évaluation scientifique de l’homéopathie, l’Académie de médecine a répété son opposition à la reconnaissance de l’homéopathie comme une discipline médicale et deux universités françaises, à Lille et Angers, ont suspendu voir supprimé le diplôme d’homéopathie qu’elles proposaient.

Échec des premières conciliations devant les instances ordinales

L’association souhaite également venir en aide aux médecins qui, pour avoir combattu les médecines alternatives, font l’objet de plaintes pour non-confraternité émanant de syndicats de médecins homéopathes. Ce sont au total 70 plaintes qui ont été recensées par l’association No Fake med. Lors de procédures de conciliation menées devant le conseil de l’ordre départemental du Nord, les médecins attaqués (neuf au total) ont tenté d’apaiser le conflit, précisant qu’ils avaient critiqué l’homéopathie mais non pas leurs confrères homéopathes. « Nous n’avons pas dit que les homéopathes sont des charlatans car ils s’ont d’abord des médecins » explique ainsi l’un des praticiens mis en cause. Prônant une approche plus globale, les opposants aux médecines alternatives demandent seulement aux médecins homéopathes de remettre en question leur prescription, comme tout médecin peut être amené à le faire.

Une tentative d’apaisement qui n’a pas porté ses fruits : aucune des procédures de conciliation n’a abouti et les plaintes ont été transmises à la chambre disciplinaire de l’ordre, qui devra déterminer si les pourfendeurs de l’homéopathie ont oui ou non manqué à la confraternité. Le regroupement des opposants aux médecines alternatives en association ne risque pas d’apaiser le conflit.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (9)

  • Faites confiance à vos patients

    Le 09 octobre 2018

    Pourquoi parler de charlatanisme en ce qui concerne l'homéopathie. Je suis surprise de voir tant de contradicteurs pour une médecine qui fonctionne bien selon moi...Et ne me dites pas "effets placebo", j'ai eu de nombreuses fois de bons résultats avec l'homéopathie. Pendant longtemps j'ai souffert de douleurs abdominales de type colite et si intenses qu'elles provoquaient un malaise vagal à chaque crise. Aucun des traitements proposés n'a pu en venir à bout...même le sacro saint Lexomil... puisque c'était "Dans ma tête" !?

    Heureusement pour moi j'ai vu un MEDECIN HOMEOPATHE qui m'a prescrit des granules de coloccynthis au moment des crises et un traitement de fond. J'ai eu le bonheur de voir les crises abdominales se calmer puis s'espacer et disparaître. Donc, effet placebo? NON!
    En utilisant l'homéopathie pour des nourrissons... ça marche... La phytothérapie..ça marche... pour les troubles du sommeil... ça marche... etc...

    Pourquoi tant de colère contre l'homéopathie et les médecines alternatives ? N'est-il pas plus dangereux de prescrire un certain antiepileptique aux femmes enceintes ou des médicaments potentiellement mortels dont on découvre les effets trop tard, prescrire une panoplie de médicaments dont on ne connaît plus les effets secondaires quand tout se mélange ?

    Je ne suis pas médecin , me direz vous, mais j'ai tout de même quelques notions il me semble.
    Laissez les médecines alternatives tranquilles et faites confiance à vos patients ...ils viendront toujours vous voir et vous ferons toujours confiance et peut être plus encore si vous l'ouverture d'esprit de vous intéresser à certaines alternatives plus naturelles. L'utilisation des médecines allopathiques et médecines naturelles me semble un bon compromis. Les premières ne peuvent pas tout.. les secondes non plus.
    Pour ma part j'ai la chance d'avoir un médecin à l'écoute, un quart de la guérison grâce à ça. Même s'il ne prescrit pas l'homéopathie, de phytothérapie ou aromatherapie ..il n'a rien contre l'utilisation que j'en fait à titre personnel.
    Voilà... Mesdames et Messieurs les médecins, ne soyez pas systematiquement contre toutes ces médecines... l'histoire de la médecine nous montre bien que malgré tous les contradicteurs, et pour ne donner que cet exemple, le lavage des mains est souvent vital 🤔n'est ce pas? Et pourtant combien de contradicteurs y a t-il eu pour quelque chose évident aujourd'hui? Celà non plus n'etait pas compris ni admis.

    Marie-Christine Aubertin (IDE)

  • Indécrottables

    Le 09 octobre 2018

    Le collectif n'a toujours pas compris que calomnier ses confrères et prendre les patients pour des crétins incapables de discernement, ça ne se fait pas, vraiment pas. C'est grave quand on se prétend médecin d'imposer sa loi parano sans souci du ressenti des patients.

    Dr Isabelle Gautier

  • Effet placebo

    Le 09 octobre 2018

    Un commentaire précédent nous dit "ça a marché sur moi, donc effet placebo ? non !"
    Et bien si, justement. L'effet placebo ne signifie pas que ça ne marche pas, c'est un effet réel, et il est tout a fait possible (voire très hautement probable) que le soulagement observé soit lié à cet effet.
    Un autre commentaire nous dit que le collectif calomnie ses confrères et impose sa vision de la médecine. Non, le collectif dénonce des pratiques (et non des personnes) et n'impose rien. Il n'est pas question d'interdire l'homéopathie, simplement de la dérembourser (les patient sont libres de l'utiliser mais la solidarité nationale n'a pas à prendre en charge le sucre).

    Kevin Condé

Voir toutes les réactions (9)

Réagir à cet article