Médecins : protéger votre e-réputation !

Paris, le vendredi 16 juin 2017 - De plus en plus de sites Internet et moteurs de recherche proposent aux internautes de publier des avis ou de noter les médecins qu’ils ont consultés.

Plusieurs Conseils départementaux et de nombreux médecins ont fait part, ces derniers mois, au Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) de la recrudescence d’avis dépréciatifs publiés sur Internet par des patients et des difficultés rencontrées par les praticiens pour obtenir la suppression ou le déréférencement des contenus qui portent atteinte à leur réputation. Ceci alors que le médecin, lui, « est confronté à un devoir de réserve lorsqu’il s’agit d’un des patients qui l’a consulté alors même que sa réputation peut être injustement mise en cause » comme le rappelle l’Ordre qui publie une fiche-conseil à l’adresse de ces praticiens malmenés.

Celle-ci explique ainsi comment faire disparaitre des commentaires désobligeants sur Google ou obtenir la suppression ou le déréférencement de données personnelles aux termes de la récente loi « pour une République numérique » et de l’article L.111-7-2 du code de la consommation qui « impose ainsi aux personnes physiques ou morales dont l’activité consiste à collecter, modérer ou diffuser des avis en ligne provenant de consommateurs » de « délivrer aux utilisateurs une information loyale, claire et transparente sur les modalités de publication et de traitement des avis mis en ligne ».

L’Ordre signale également avoir averti la CNIL, la DGCCRF et le Ministère de la santé de ces problèmes et avoir interrogé « les principaux assureurs pour savoir si dans le cadre de la protection juridique associée à l’assurance en responsabilité civile, l’assureur propose des solutions couvrant les atteintes à la e-réputation ».

Pour en savoir plus et protéger votre « e-réputation »

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Ignorer est la meilleure attitude.

    Le 18 juin 2017

    Vouloir répondre, justifie les déviances. L'ignorance est meilleure et respecte la liberté de dire, laquelle ne dépend pas de la vérité des propos. Un peu de hauteur ne peut pas nuire, au lieu de tomber dans les égouts que peuvent véhiculer parfois les réseaux.

    Dr Christian Trape

Réagir à cet article