Menaces sur la santé : les dérives sectaires explosent

Paris, le samedi 5 mars 2016 – Au fil des ans, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a vu son action dans le domaine de la santé nettement progresser. Médecin et président de la Miviludes, Serge Blisko souhaite insister sur le fait que ces dérives sectaires ne sont pas toujours le fait de faux thérapeutes. Sans revenir sur les raisons qui favorisent l’infiltration des sectes dans le domaine sanitaire (rôle d’internet, dénigrement de la médecine classique à la faveur de scandales sanitaires, technicisation de la médecine qui entraîne une certaine distance avec le patient), il rappelle pour le JIM des chiffres saisissants et appelle l’ensemble des praticiens à la vigilance.

Par le docteur Serge Blisko, président de la Miviludes

Au sein de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) nous constatons l’inquiétante montée en puissance des dérives sectaires dans le domaine de la santé. Sur les 2500 à 3000 signalements qui nous sont faits chaque année, 40% concernent désormais le domaine de la santé, une proportion qui a doublé en trois ans.
C’est d’autant plus préoccupant que par essence, nous n’avons qu’une vision partielle du phénomène, beaucoup de victimes se sentant trop honteuses pour en parler.

Cela va de la charlatanerie, qui surfe sur l’engouement pour les médecines naturelles, aux véritables gourous, avec emprise mentale, financière et parfois sexuelle.

Les secteurs les plus concernés par cette explosion sont : le cancer, les troubles de l’enfance et toutes les pathologies liées à la santé psychique.

Des signalements concernant des médecins, infirmiers ou kinésithérapeutes

Outre le nombre croissant de « thérapeutes ou dérapeutes » auto-proclamés, un phénomène inquiétant auquel nous assistons est le glissement opéré par des professionnels de la santé entre l’introduction de nouvelles thérapies et la revendication d’une autre médecine. La Miviludes reçoit régulièrement des signalements mettant en cause des praticiens, des infirmiers, des kinésithérapeutes. Il fallait donc mettre en place une action coordonnée entre la Mission et les ordres des professionnels de santé : à ce jour, trois conventions ont été signées avec l’Ordre des médecins, avec l’Ordre des infirmiers et l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Par ailleurs, la Miviludes a mis en place avec l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) une formation spécifique afin d’expliciter le processus d’emprise mentale et d’être en capacité d’identifier, dans l’exercice professionnel, les victimes et les traumatismes qu’elles ont subis.

Que faire si vous êtes confrontés à une dérive sectaire ?

Vous pouvez dénoncer le pseudo thérapeute à l’Ordre des médecins pour exercice illégal de la médecine. Et en ce qui concerne la victime, vous pouvez l’orienter vers la Miviludes (http://www.derives-sectes.gouv.fr/).


Les intertitres sont de la rédaction du JIM.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (15)

  • Pas tout dans le même sac

    Le 05 mars 2016

    Le sujet est intéressant mais il est présenté de façon à faire peur. Il manque des détails sur quelles pratiques, quel type de praticien, la différence entre faux praticien et vrai praticien criminel, y a t il plus de cas parce qu'on commence tout juste à les connaître? Et oui, on a envie d'une autre Médecine, on recherche des vrais praticiens avec d'autres pratiques complémentaires, non exclusives, qui ne sont pas sectaires (hypnose, phytothérapie, ostéopathie). Il est grand temps que les Professeurs d'université se penchent sur ce fait et incluent dans les études ce tournant demandé par les patients et les praticiens et se l'approprient pour de bon, sous peine de voir le terrain occupé par des charlatans aux pratiques différentes.
    Ne pas mettre tout dans le même sac SVP.

    Dr Michel Grand-Jean

  • Méthodologie à revoir

    Le 05 mars 2016

    Le grand problème que soulève toute déclaration de la Miviludes et de son président le Docteur Blisko est qu'elle a pour caractère essentiel d'exposer une grande généralité. Dans un domaine médical qui souhaite s'ajuster à la rigueur scientifique, ceci est on seulement une défaillance ou une erreur, c'est un constat de non-existence.

    Face à un intitulé dramatisant qui dénoncent une "explosion", nous sommes en droit de recueillir des données concrètes et fiables : d'où viennent les signalements, que s'est-il passé exactement, dans quel secteur, quels facteurs démontrés permettent de nommer quel fait précis "charlatanerie", quelle définition et réalité donne-t-on à la notion d'emprise mentale, etc. Il est habituel à la Miviludes de lancer des alarmes extrêmes qui ne reposent que sur de "grandes généralités". Le monde médical doit apprendre à se méfier de telles pratiques.

  • La médecine basée sur les preuves n'est pas tout

    Le 06 mars 2016

    Cette alerte part d'une bonne intention mais je rejoins mes confrères dans leurs critiques : elle est beaucoup trop généraliste et donc ne nous aide pas. A partir de quand dit-on qu'une médecine est sectaire ? Comment faire le tri entre les soignants, dont je suis, qui cherche à enrichir leurs propositions thérapeutiques par des techniques non médicamenteuses (hypnose, TCC, méditation..) et qui se sont formés pour cela et les autres ? Les soignants anti-vaccins sont-ils sectaires ? Pour moi oui.
    Donc l'analyse est vraiment à affiner pour éclaircir et déminer le terrain.

    Dr Christine Lamarche Arene

  • Un marketting très élaboré

    Le 06 mars 2016

    Quand on ne croit plus à rien, on est prêt à croire à n'importe quoi...l'absence de qualité relationnelle dans la pratique médicale actuelle est en partie responsable de ces dérives. Il est vrai que nos pauvres confrères sont trop occupé à répondre aux exigences administratives (sans parler des contraintes des "reco", du risque de procédure pénale, du manque de temps ...) pour faire autre chose qu'une médecine "rationnelle" basée sur les examens complémentaires et des prescriptions "parapluie".

    Ouvrons les yeux, certaines activités dites "patamédicales" sont basées sur un marketting très élaboré où l'on flatte le malade, on le conforte, on l'enferme dans des diagnostics abusifs, où au nom de la "nature", on lui fait "avaler" n'importe quoi ...

    Je pense qu'il serait bon de former les médecins à connaître ces pratiques afin de s'en préserver et d'en préserver leurs patients bien entendu.
    Le charlatanisme a toujours existé mais il est présenté aujourd'hui comme une façon originale de se traiter (médecine alternative...) et les moyens de communication dont disposent nos "dérapeutes" ne font qu'aggraver le manque de sens critique d'une bonne partie de l'opinion publique.

    Les enjeux financiers de ces pratiques sont énormes et notre bonne volonté ne pèse pas grand chose en face de gens qui n'ont pas la moindre vocation à soulager véritablement leurs patients

    Dr PR

  • La Miviludes trop sectaire...

    Le 07 mars 2016

    Je rejoins mes confrères qui s’interrogent sur la probité de la Miviludes. Un article de 2013 (dans Nexus je crois) avait fait mention de la visite de l’évêque orthodoxe Konstantin Bendas, alors vice-président de l'Union des chrétiens évangéliques de Russie qui avait fait été d'un "haut degré de paranoïa" après sa visite à la Miviludes...

    Dr Jérôme Louvin

  • A lire ou relire...

    Le 08 mars 2016

    "La foi qui guérit" de JM Charcot, auquel on rajoutera "Etudes sur l'hystérie" (Freud et Breuer)...
    Ainsi que les contributions des grands auteurs français de la fin du XIXe siècle sur le pouvoir de la suggestion (école de Nancy en particulier).

    Dr YD

  • Je me lève du pied droit

    Le 11 mars 2016

    Et avant Freud et Charcot, Messmer pour l'hypnose et la méthode Coué. Je me lève du pied droit, il va faire beau, mes patients n'oublieront pas leur porte monnaie et leur carte vitale, n'auront rien de létal, ne tourneront pas autour du pot pour me dire des symptômes...ai-je payé ma taxe pro ou m'ont ils oublié...etc etc...

    Dr Alain Souede

  • Menaces sur la mivilude

    Le 12 mars 2016

    L'emprise des nouvelles thérapies sur le monde de la santé est telle que c'est à la mivilude de faire la preuve de son sérieux.

    Dr Pierre Castaing

  • Charlatanisme

    Le 12 mars 2016

    Il existe un charlatanisme bien connu et nous en côtoyons continuellement des adeptes. Il s'agit des homéopathes, des acupuncteurs et de toutes une série d'autres pratiques tout aussi folkloriques. Le problème avec ces charlatans, c'est qu'ils ne connaissent plus rien en médecine et qu'ils seraient bien incapables de passer un examen clinique de dernière année. Si, par ailleurs, les patients voient de vrais médecin, la chose n'est pas trop grave. Mais si ce n'est pas le cas, bonjour les dégâts.

    Je n'ai pas réussi à rattraper deux jeunes "soignées" par homéopathie l'une pour un Crohn et l'autre pour un diabète de type 1.

    Dr Guy Roche

  • Dérives sectaires et sectarisme en tous genres....

    Le 13 mars 2016

    Le sectarisme ne s'identifie t-il pas à l’intolérance, l’étroitesse d'esprit ?
    Certaines réactions ci dessus me semblent tout à fait illustrer le sectarisme...
    Certains de ces médecins qui semblent se prendre pour des dieux tout puissants incarnant le principe de vérité, se prétendant seuls dépositaires de la santé de leurs patients!
    Est ce que le fait d'avoir étudié la médecine leur octroie cette toute puissance sur le salut de leur prochain ?
    Je devine dans certains propos la dictature de la pensée unique érigée en science exacte...
    Les sciences sont en constantes évolutions, et les dernières avancées en physique quantique pourraient remettre en question bien des certitudes ? Avec des implications évidentes en médecine.....
    Et notre société compte de plus en plus de maladies et de malades. Il semblerait d'ailleurs que les dernières données de la courbe de l'espérance de vie tendent à le confirmer...
    Est-il bien raisonnable de juger tout d'un bloc, sans nuance, tous ceux qui soignent avec des méthodes autre que la médecine classique ? Juger sur des préjugés !
    La médecine classique n'a t-elle pas ses lacunes ? Ses échecs ? voire ses incompétents ?
    Les pays du Nord de l'Europe, la Suisse , la Belgique, les États-Unis... utilisent grand nombre de médecines alternatives en complément de la médecine classique, sont-ils des illuminés pour autant ?

    Peut être serait il utile de se demander pourquoi en France on refuse d'évoluer?
    Est ce que l'immobilisme ne condamne pas ceux qui le pratique à une mort certaine ?

    Et comment peut-on être certain de ne pas rencontrer des "dérives sectaires dangereuses " dans la médecine classique ?
    Le sectarisme c'est avant tout un état d'esprit,c'est dangereux et on peut le rencontrer dans tous les milieux.
    Faut-il pour autant voir partout "des sorcières à mettre sur le bucher", et des patients irresponsables, crédules et niais à tous les coins de rue ?

    Peut être faut il se demander pourquoi les patients se dirigent vers d'autres façons de se soigner, vers d'autres professionnels qui prennent soin d'eux .
    Ne serait il pas utile de créer un organisme qui repense la médecine et qui redéfinisse les pratiques, en recentrant les soins sur l’être humain dans son ensemble, et en considérant toutes ses dimensions...
    Alors peut être, les pratiques du charlatanisme s'éteindront d'elles mêmes, et la Miviludes n'aura plus sa raison d'exister...

    Joelle Pous


  • Dissoudre la Miviludes

    Le 13 mars 2016

    On ne trouve rien sur leur site officiel à ce sujet. Rapport exhaustif et argumenté à venir ?
    J'ai hâte de le lire.

    Mais quand on lit le très officiel rapport 2015 on peut prendre peur :
    - critique du très inoffensif mouvement new age
    - critique du mouvement Colibris de Pierre Rhabi
    - critique de la pédagogie Steiner qui serait "défavorablement connue" (qui a pourtant un meilleur taux de réussite au bac et une meilleure insertion professionnelle de ses élèves et c'est là où sont scolarisés tous les enfants de la Haute dans la Silicon Vallée...)
    - remise en cause à peine voilée de la liberté sur internet.

    Bref tout ce qui est nouveau, alternatif et surtout hors pensée officielle unique suffit à se faire pister. La Miviludes est une honte pour la France.

  • Non les homéopathes ou les acupuncteurs sérieux ne sont pas des charlatans

    Le 14 mars 2016

    Trop d'imprécisions en effet dans cet article qui du coup fait plus de mal que de bien! Il suffit d'en voir les commentaires ! Non les homéopathes ou les acupuncteurs sérieux ne sont pas des charlatans. Malheureusement l'enseignement actuel de la médecine en fait une espèce en voie de disparition qui va bientôt laisser place à une série de charlatans de tout poil. Non les médecins qui demandent une meilleure fiabilité des vaccins (moins de résidus de fabrication et d'additifs) ne sont pas des sectaires...etc...Oui, il faut traquer les gourous et les incompétents...qui existent aussi chez les médecins conventionnels...

    Dr Colin

  • Réponse à "Dissoudre la Miviludes et au Dr Colin

    Le 18 mars 2016

    Admirons le courage de ceux qui ont rédigé le 1er article sans oser le signer. Cela sent à plein nez la secte "Steiner" qui refuse toute vaccination. Pour contourner le problème, leurs adeptes utilisent un moyen imparable qui consiste à faire passer les vaccins au micro-ondes avant d'aller faire vacciner les enfants. Ni vu ni connu... Quant aux résultats au bac, seule une minorité sortant de "l'enseignement Steiner" ont un niveau leur permettant de se présenter ! Ayons une pensée pour la petite fille de 3 ans qui vient de mourir de la coqueluche à Anvers.

    Quant au Dr Colin, il ne répond pas à ma réflexion, à savoir que les homéopathes et les acuponcteurs ne connaissent plus rien à la médecine, incompétence ayant entraîné la mort de deux jeunes "soignées" par homéopathie.

    Dr Guy Roche, ancien maître des stages ayant enseigné pendant 30 ans, l'anamnèse, l'examen physique et le contact avec le malade...

  • La Miviludes est-elle une secte?

    Le 19 mars 2016

    Le site de la Miviludes est vraiment intéressant. Après avoir décrit la relation sectaire, il nous propose une liste de tout ce qui, aux yeux de la Miviludes, doit être regardé comme potentiellement sectaire, passant ainsi d'un questionnement légitime sur la relation (d'exploitation financière et/ou sexuelle) à la suspicion généralisée sur tout ce qui n'a pas le label des savoirs officiels (dont pourtant la vérité n'a pas de majuscule et n'est que l'état actuel de connaissances c'est-à-dire de nos ignorances). Même la médecine ayurvédique est ainsi dénoncée!...

    Autant la Miviludes devrait se centrer sur les processus qui font la relation sectaire, autant elle devrait s'abstenir de confondre ces processus et telle ou telle approche. Knock était médecin et exploitait "sectairement" ses patients.

    Dr François Balta

  • A qui appartient la santé ?

    Le 19 mars 2016

    Pour moi le Dr Grand-Jean a bien résumé le problème. En tant qu'ostéopathe et kinésithérapeute de formation, les témoignages des patients sont limpides : une autre approche médicale ,"intégrative “ est nécessaire. il serait temps que les études de médecine soit plus inclusives concernant des approches médicales différentes de celles enseignées depuis des lustres dans les facultés. La MIVILUDE ? Une instance morale chargée de protéger les citoyens victimes de charlatans ? La chasse aux sorcières,la délation, arsenal vichyssois d'une autre époque.
    Le débat sectaire se situe-t-il à autre niveau ? L'exercice médical libre de toutes contraintes religieuses et sectaires.

    JL Belliard, ostéopathe

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.