Michèle Rivasi, la reine de l’alterscience

Paris, le samedi 18 février 2017 – Finalement, tout ou presque fut annulé. Le 9 février dernier devait se tenir au Parlement européen une conférence proposée par le député européen Michèle Rivasi sur les vaccins. Si, dans un second temps, la manifestation a été présentée comme destinée à répondre à la question « Comment restaurer la confiance », le choix des intervenants laissait peu de doute sur l’inspiration anti vaccinale de cette rencontre. De fait, l’ancien médecin Andrew Wakefield faisait figure de vedette avec notamment la programmation de son film Vaxxed : from cover-up to catastrophe. Or, les liens entre celui qui a été radié par les autorités britanniques et les lobbys hostiles aux vaccins ne sont plus à démontrer. Face à la levée de boucliers provoquée par la tribune offerte à ce fraudeur notoire, notamment dans la presse anglosaxone, l’événement a été annulé, ainsi que plusieurs (mais pas toutes) des réunions "alternatives" qui avaient été programmées (une rencontre a eu lieu à Paris en l’absence d’Andrew Wakefield mais en présence du professeur Even…).

Pousser un Crii

Dont acte ? Pas tout à fait. Plusieurs blogueurs ont tenu à l’occasion de ce scandale à rappeler les états de service de Michèle Rivasi, député européen, agrégée de biologique et qui a fait des questions de santé publique l’une de ses spécialistés. Sur son blog hébergé par Mediapart, La faucille et le labo, Yann Kindo, enseignant en histoire géographie épingle l’ensemble des combats du député. « Elle a commencé sa carrière dans ce domaine en participant à la fondation de la Criirad, le principal lobby anti-nucléaire en France, qui a largement contribué à diffuser la légende urbaine selon laquelle les autorités de l’époque auraient menti à propos du passage du nuage de Tchernobyl sur l'Hexagone. Pourtant, son action avec la Criirad est encore le haut du panier de ses combats successifs, de plus en plus marqués par l’obscurantisme et la construction de ce que depuis la campagne de Trump on appelle les "alternative facts". Car avec Rivasi, on voit les "Crii" pousser de partout, avec le Criimachin et le Criichose, toujours pour mener des recherches "indépendantes". Comprenez : "indépendante" non pas de tous les lobbys, mais plutôt de la communauté scientifique qui travaille sur les sujets sur lesquels elle se penche » commence au vitriol le blogueur. Il fustige ensuite les liens entre Michèle Rivasi et le chercheur Gilles-Eric Séralini, qu’il présente comme l’auteur « d’études-hoax » sur les OGM ou encore sa complicité avec François Veillerette « président de Générations Futures, une association qui est une émanation du lobby de l’agriculture bio ». Yann Kindo n’épargne pas non plus les positions prises par Michèle Rivasi concernant la reconnaissance de l’électrosensibilité. « Rivasi se montre particulièrement odieuse sur ce terrain, puisque son action autour des dits "ElectroHypersensibles", des gens qui se croient intolérants aux ondes électromagnétiques, contribue à enfoncer ces victimes dans leur phobie, alors que toutes les expériences ont montré que leurs troubles, aussi sérieux soient-ils, étaient forcément psychosomatiques puisqu’ils ne manifestent aucune sensibilité particulière aux ondes ».

Une étape supplémentaire

Outre ses prises de position concernant des domaines qui intéressent généralement les élus écologistes, Michèle Rivasi s’est singularisée en se consacrant à plusieurs reprises aux médicaments. Ainsi, Yann Kindo évoque une fois encore sans ménagement son appel au déremboursement de certains antidépresseurs, « ce qui est la plus débile des positions possibles ». Enfin, voici Michèle Rivasi sur le terrain de la vaccination, ce qui constitue une étape supplémentaire aux yeux de beaucoup. « C’est une chose que d’asseoir sa démagogie politique sur les épouvantails pour crédules hypocondriaques que sont par exemple les ondes électromagnétiques ou le nuage de Tchernobyl. Ceux qui se laissent appâter ne prendront généralement que des décisions dont l’impact se limite à leur propre mode de vie. Dans le cas des vaccins, il y a le risque des atteintes à la santé que courent ceux qui ne sont pas vaccinés, ainsi que le risque qu’ils font courir aux autres » analyse l’auteur du blog Agriculture, alimentation, santé publique… soyons rationnels.

Coup de grâce

Si l’initiative de Michèle Rivasi est si fortement critiquée c’est notamment en raison de la personnalité d’Andrew Wakefield, dont Hervé Maisonneuve rappelle qu’il a « publié en 1988 dans The Lancet une série de douze cas d’enfants faisant évoquer un lien entre vaccination ROR (MMR) et autisme. L’article a été rétracté en 2010 et A. Wakefield a perdu son diplôme de médecin. Il est allé vivre au Texas où il donne des conférences. Cette fraude a eu des conséquences majeures : résurgence de cas de maladies infantiles, quelques décès et des centaines de millions d’euros gaspillés », résume-t-il. Pour sa défense, Michèle Rivasi, tout en mettant en garde contre les « chasses aux sorcières », a assuré qu’elle ne connaissait pas la réputation d’Andrew Wakefield (dont la notoriété n’a pourtant fait que s’accroître ces dernières semaines, à la faveur de son rapprochement avec le nouveau président des Etats-Unis).  Cette précision n’a pu que raviver les critiques virulentes lancées contre elle. Yann Kindo s’interroge : « De deux choses l'une: soit on ne la croit pas (ce qui est mon cas), et on se dit que c'est une justification assez grotesque a posteriori, pour tenter (vainement) de sauver la face face aux critiques. Ou alors, on la croit, et on gobe le fait qu'elle a organisé tout ça "sans savoir". Mais du coup, on est forcés de se demander : c'est pareil sur tous les sujets, elle pérore et organise de la "contre-information" sans savoir de quoi ou de qui elle parle ? Si ça se trouve, les deux sont vrais en même temps : elle est un peu menteuse pour arrondir les angles, et elle est surtout très incompétente et raconte n'importe quoi ».

La tentation de l’alterscience bien partagée

Cette affaire Rivasi permet en tout cas aux blogueurs de mettre en évidence que la manipulation des faits n’est pas uniquement l’apanage des hommes politiques américains ouvertement anti science et ouvertement truffés de conflits d’intérêt. On notera à cet égard l’emploi récurent de termes que l’on retrouve fréquemment pour dénoncer les contre-vérités défendues par Donald Trump. « Michèle Rivasi s’est fait une spécialité de promouvoir différentes facettes de l’alterscience » écrit Yann Kindo. « On ne peut qu'être effaré par la légèreté manifestée à l'égard de la santé publique par une biologiste de formation qui se targue d'être une grande défenseuse de la santé publique. Elle est certes en bonne compagnie pour l'alterscience, l'alterpolitique et l'alteréthique, mais il n'empêche », lit-on  en écho sur le blog Agriculture, alimentation, santé publique… soyons rationnels.

Vous avez dit "lobby" ?

Cette dénonciation de la manipulation des faits par Michèle Rivasi est également l’occasion pour ces observateurs de mettre en évidence que la traque des conflits d’intérêt ne doit pas s’arrêter à ceux qui s’érigent en "lanceurs d’alertes". Yann Kindo qui se présente comme « militant d’extrême gauche » et ne doit donc pas être toujours un défenseur de l’industrie pharmaceutique fait ainsi cependant remarquer : « A noter que Michèle Rivasi, qui se présente comme un farouche opposante au lobby de l’industrie pharmaceutique, ne l’est en fait que quand cette industrie produit des pilules qui contiennent vraiment un principe actif, c'est-à-dire qui ont une chance  de pouvoir être efficaces. Au contraire, quand il s’agit de la fraction de cette industrie qui est quelque part la plus vénale, celle qui vend des pilules de vide aux gogos, Rivasi sait se faire le relais politique du lobby économique. Ainsi, elle se vante elle-même d’avoir favorisé la promotion de l’homéopathie vétérinaire au parlement européen ». Surtout, les blogueurs rappellent que c’est sous la pression d’un puissant lobby anti vaccin qu’Andrew Wakefield a agi. Ce dernier a en effet été « subventionné par un cabinet d’avocats (argent venant de lobbies anti-vaccins) » nous rappelle ainsi Hervé Maisonneuve, tandis que Yann Kindo renchérit : « Cette publication [de Wakefield dans le Lancet, ndrl) est l’archétype d’une commande d’un lobby à un scientifique qui oublie soigneusement d’indiquer son conflit d’intérêt et qui manipule les données pour prouver ce qu’on lui avait demander de prouver (Wakefield avait touché plus de 400 000 livres d’un avocat qui voulait poursuivre un laboratoire pharmaceutique en justice) » explicite le blogueur de Mediapart.

Le rôle trouble de la presse

Enfin, quelques blogueurs regrettent le long silence des médias généralistes en France concernant la conférence que s’apprêtait à animer Michèle Rivasi, silence qui n’a été que tardivement brisé. Yann Kindo note ainsi que longtemps avant les journaux français « comme souvent, on pouvait déjà voir des articles dans la presse anglo-saxonne qui témoignaient de la colère de milieux médicaux et scientifiques face à cette initiative ». Est-ce parce que les médias français se montrent régulièrement indulgents (pour ne pas dire plus) avec certaines thèses en dépit de leur faille scientifique ? Yann Kindo le suggère en relevant par exemple à propos de Générations Futures qu’elle « produit à la pelle des études biaisées qui ne prouvent rien du tout mais qui trompent les journalistes incompétents et à travers eux le public. Celui-ci va alors plus se tourner vers les produits bio, conformément à ce qu’attendent les bailleurs de fond de  Générations Futures (qui dans ses études ne regarde jamais si il y a des traces de pesticides utilisés en bio, ça évite forcément d'en retrouver dans les échantillons) ».

Ainsi, la simple colère née de la tentative d’organisation au Parlement européen d’une conférence manifestement acquise aux thèses des anti vaccins permet aux blogueurs d’élargir le champ de leur réflexion sur des sujets complexes, tels que les conflits d’intérêt ou encore le détournement des faits scientifiques. On s’en persuadera en relisant les blogs de :
Yann Kindo : https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/290117/michele-rivasi-en-croisade-contre-la-science-et-la-sante-publique
Agriculture, alimentation, santé publique… soyons rationnels : http://seppi.over-blog.com/2017/02/rivasi-apres-les-rodomontades-le-silence.html
Et Hervé Maisonneuve : http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2017/02/au-secours-wakefield-revient-.html

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (31)

  • Des pathologies sans doute liées aux perturbateurs endocrinierns

    Le 18 février 2017

    Tous les extrémismes sont dangereux, dire que "Générations Futures" exagère, soit, alors à propos des perturbateurs endocriniens (PE), suivez plutôt les communications d'un vrai scientifique, Professeur de Médecine : le Professeur Charles Sultan qui dénonce leurs effets depuis plusieurs dizaines d'années. Avec les PE, ce qui fait la toxicité, ce n'est pas la dose mais la période d'exposition : grossesse et petite enfance. Il constate tous les jours l'augmentation de pathologies sans doute liées aux PE. Faut il attendre des études chez l'homme (elles existent chez l'animal) ? Existeront elles un jour ? Qui osera donner des PE aux femmes enceintes pour vérifier les malformations des enfants ? Heureusement les études sont interdites pendant la grossesse. Ce n'est pas parce que les études n'existent pas que le risque n'existe pas. C'est l'argument de l'agro-alimentaire. Les pathologies, elles, existent bien.
    La médecine est très compliquée, sachons raison garder.

    Dr Danielle Barbotin

  • Quelle véhémence !

    Le 18 février 2017

    Je découvre Yann Kindo et son blog. Quel style paranoïaque et violent. Le questionnement sur ses certitudes est interdit. Le "progrès scientifique" est toujours une avancée pour le peuple ; un point c'est tout ! Heureusement qu'il précise qu'il est engagé à l'extrême gauche ; son cortex reproduit son mode de fonctionnement dans les différentes sphères de sa vie.

    Dr Bruno Burel

  • Article décapant !

    Le 18 février 2017

    Merci pour ces mises au point bienvenues.

  • Bon article, pas toujours vrai, pourquoi ?

    Le 18 février 2017

    Je vais devoir reprendre les chemins ouverts par Mme Aurélie Haroche.
    Mais qualifier de "légende urbaine" la contamination due à Tchernobyl, je ne pense pas que l'INRS soit entièrement composée de charlots : https://goo.gl/698fPV

    A l'époque, les responsables sécurité des diverses centrales EDF, surpris de leur comptages, se téléphonaient les un les autres pour savoir si le problème ne venait pas de chez un collègue !
    Un patient, chercheur au CNRS ou au CEA (oui je ne sais plus, mais bon, Saclay) me racontait qu'il avait fait le tour des buissons à l'Haye les roses, et que ça crépitait partout sur son compteur Geiger.

    Dr Alain Coget

  • Papier ordurier !

    Le 18 février 2017

    A Bruxelles, étaient présents d'autres scientifiques, le Nobel Luc Montagnier, un éminent immunologiste croate (discipline pas entendue en France alors qu'elle est en 1ère ligne concernant les vaccins), un médecin allemand des maladies infantiles porte-parole de 400 autres, les scientifiques italiens Montanari et Gatti, découvreurs dans tous les vaccins humains de la présence de nanoparticules métalliques toxiques et qui viennent de publier dans 2 revues scientifiques américaines, résultats dans les mains actuellement de Robert F. Kennedy JR, à la tête d'une nouvelle commission d'expertise sur l'innocuité des vaccins ... bref que des rigolos d'après votre blogueur.
    J'ai toujours eu une profonde répugnance pour ceux qui accusent gratuitement, et sans aucune vérification des arguments et surtout des faits, mais n'en suis pas surpris vu l'appartenance de l'individu au totalitarisme d'extrême gauche, qui n'a à l'évidence pas visionné le film VAXXED. Ce qui me choque le plus est que cette accusation gratuite soit reprise ici par la signataire de l'article, dans quel but ?

    Toute cette prose n'est qu'un ramassis de calomnies infâmes et de diffamations et si j'étais M. Rivasi, j'en demanderais réparation par voie judiciaire car elle est parfaitement dans son rôle de questionnements quand l'intérêt de la Santé Publique est en jeu.
    A. Wakefield a été radié de l'Ordre pour le seul grief de n'avoir pas respecté le protocole de demande officielle pour prélever des échantillons sanguins d'enfants sains (qui ne fréquentent pas l'hôpital) pour servir de référents dans son étude. Son collègue d'étude, le Pr Smith, gastro-entérologue connu mondialement, mis aussi en cause, a été relaxé en appel par la Haute Cour de Justice Anglaise qui n'a rien trouvé à redire à l'étude publiée dans le Lancet. Wakefield n'avait ni l'argent ni le temps pour interjeter appel. Cette étude parue dans Lancet, puis retirée sous la pression du lobby pharma, a donc été réhabilitée mais aucun communiqué dans les médias. L'auteur de l'entreprise de démolition contre A. Wakefield, le journaliste Brian Deer, chien de garde du labo, avec la complicité du fils de Ruppert Murdoch, magnat de presse, et membre non exécutif du CA/ SKB/GSK et des autorités protégeant le dossier ROR s'étant tous ligués pour le seul motif qu'A. W. a été le seul expert des parties civiles victimes du vaccin ROR, (dont on avait même coupé l'aide juridictionnelle). Il fallait chèrement lui faire payer sa témérité. A.W. n'a jamais reçu aucune somme d'argent comme il est mentionné ci-dessus: c'est de la calomnie pure et simple! Il n'est pas anti-vaccinal, seul argument opposable par ceux qui sont à court d'arguments. Il a proposé aux autorités britanniques, à l'époque où il était expert, de préférer les vaccins monovalents (dont les ventes ont d'ailleurs fortement augmenté suite à ses déclarations, mais motus des autorités sur ce constat) plutôt que le ROR administré beaucoup trop tôt et responsable selon lui de l'autisme (comme de méningites démontrées quelques années auparavant par d'autres scientifiques). Réponse des Autorités à sa recommandation : suppression du marché des monovalents pour ne pas ruiner le programme ROR ! La santé des nourrissons ? Tout à fait accessoire !
    La censure du film Vaxxed en Europe, qui relate la fraude criminelle 2000/2002 du CDC d'Atlanta concernant la causalité MMR (ou ROR) avec l'autisme, a été adressée d'abord au Sénateur italien Bartolomeo Pepe organisateur de sa diffusion au Sénat par la Ministre de la Santé Beatrice Lorenzin, qui est ensuite intervenue auprès de son compatriote Antonio Tajani, Pt du Parlement Européen pour la diffusion prévue ce 9 fév. Puis censure à Paris par Anne Hidalgo pour la diffusion du 13 févr. Tout cela bien sûr sans voir le film, belle démocratie ! Le film a toutefois été diffusé partout dans des salles privées, à Rome, à Bruxelles (salle Lumen), à Paris (cinéma Elysées Biarritz - Georges V). Cette diffusion est prévue à l'échelle planétaire... donc patience....

    Ce papier à l'évidence stérile, irresponsable, émanant d'un prof d'histoire-géo inexcusable (s'il existe) est à jeter à la poubelle car imbécile et aveugle; il en arrive même à ignorer les conséquences de Tchernobyl notoirement connues ou les effets nocifs des ondes électro-magnétiques aujourd'hui démontrées par les plus grands noms de la science indépendante. S'il veut crever des effets collatéraux des différents paramètres, libre à lui, qu'il ne critique pas ceux qui veulent défendre la Santé Publique contre l'appétit vorace des multinationales.

    L'économique n'a pas à primer sur la santé.
    Quant aux anti-dépresseurs, il ne sait évidemment pas de quoi il parle; et pour les vaccins encore moins. Donc assez de papiers orduriers! Et laissez travailler les rares députés responsables de l'intérêt général et de la Santé Publique mise à mal par des politiques corrompues. Bravo et tout mon soutien à Michèle Rivasi.

    Enfin de plus en plus de journalistes s'aperçoivent des bobards et contradictions proférés par les producteurs de vaccins nourriciers de leurs porte-voix, pseudo-scientifiques sans conscience.

    Ces mêmes journalistes observent les effets collatéraux jusque dans leur propre famille. L'omerta n'en a plus pour longtemps ! La bulle va exploser, entraînant avec elle la réputation de la Médecine Académique pervertie aux intérêts des labos. Novartis en a eu le pressentiment et l'intelligence en vendant à temps sa branche vaccins à GSK.

    Serge Rader, pharmacien

  • Michele Rivasi dans une émission d'Arte

    Le 18 février 2017

    La personne en question a participé il y a quelques semaines à une emission sur ARTE (Elisabeth Quint), et confrontée à un professeur de medecine pédiatre-infectiologue, elle s'est opposée catégoriquement à la vaccination par Gardasil ...sans expliquer comment prévenir le cancer du col de l'utérus.

    Dr Bernard Langella

  • Merci d'avoir replacé la réalité au centre du débat

    Le 18 février 2017

    Très bon article. Petite précision le papier du Lancet est paru en 1998 (non en 1988) ou Wakefield exposait sa cohorte de 12 enfants autistes ! on est impressionnés par la taille de l'échantillon et donc la force de l'étude !!!!
    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9500320

  • Omerta

    Le 19 février 2017

    Ce vaccin n'a toujours rien démontré de son efficacité. Par contre on peut suivre ses effets collatéraux partout dans le monde, Vaers du CDC américain, CDC de Stockolm, au Danemark, en Irlande, en Colombie, au Chili, au Japon et même en France malgré l'omerta...
    Le cancer du col est le 12è chez la femme en France. 2810 nouveaux cas en 2011 et 800 décès. Sa mortalité a été divisée par 3 de 1950 à 2000 (donc bien avant le vaccin) et baisse de 1,3% l'an depuis grâce au dépistage par le frottis cervico-utérin mis en place dans les années 70 et l'amélioration des traitements. Malheureusement plus de 40% des femmes ne le pratiquent jamais.

    Au moment de sa mise sur le marché, le Pr Gilles Bouvenot, Président de la HAS, déclarait qu'il était prétendument efficace, qu'il n'agissait que sur les dysplasies précancéreuses susceptibles de disparaître et que son intérêt était faible pour la Santé Publique et que personnellement il était en faveur d'un plus large dépistage par frottis vaginal tout en signalant la pression imposée par Sanofi...
    Si M. Rivasi ne l'a pas dit, ou elle n'en a pas eu le temps ou on ne lui a pas posé la question car elle connaît parfaitement la question.

    Serge Rader

  • Vaccin or not

    Le 19 février 2017

    Pareil, je suis surprise du ton employé dans cet article. Mettre en exergue les propos d'un blogueur peu connu...Versus Rivasi?
    Parler des lobby agriculture bio, lobby contre la vaccination... Ce papier me semble très maladroit!
    Le vrai problème c'est qu'il faudrait tous que l'on sache de quoi on parle. Danger ou non? Il faudrait un observatoire national dédié à la vaccination. Comme cela se fait dans d'autre pays
    Je suis pro vaccination mais ce genre d'article me dérange!

    Jeanne Barrere

  • Opinions et non preuves

    Le 19 février 2017

    Le billet de S Rader n'est pas substantié par des preuves, il s'agit d'opinions. Les preuves existent et font suite à l'enquête de Brian Deer, et aux 3 articles dans le BMJ (voici le premier article http://www.bmj.com/content/342/bmj.c5347 ).

    Personne ne s'étonne que ce soient un chirurgien (Wakefield) et un gastro-entérologue (Smith) qui publient sur l'autisme et le vaccin ROR ! Ni infectiologues, ni pédiatres, ni psychiatres... dans ces inepties. Il ne faut pas oublier aussi les liens entre la femme de Wakefield qui développait un test biologique contre les protéines du Chron (A Wakefield connaît) et qui avait compris qu'avec des antigènes communs au virus de la rougeole, son test aurait un marché plus grand...

    Attention les preuves du GMC (General Medical Council) sont fortes. Vous pouvez lire dans Wikipedia : Le 28 janvier 2010, un tribunal de 5 membres du GMC prouva la véracité de plus d'une trentaine des inculpations contre Wakefield, parmi lesquelles quatre inculpations pour « malhonnêteté », et douze pour abus contre enfants victimes de troubles du développement ; en allant sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Andrew_Wakefield

    Apprenez à distinguer croyances et connaissances : je respecte vos croyances, mais elles ne sont pas fondées sur des preuves.

    Dr Hervé Maisonneuve

  • Cabale menée contre Michèle Rivasi

    Le 19 février 2017

    Depuis quand est-ce que les positions d'un simple blogueur pro OGM, simple professeur d’histoire géographie, se retrouve dans un article du JIM ?
    Je me pose la question car, au-delà de la cabale menée contre Michèle Rivasi, au final assez peu pertinente car oui elle a essayé d'organiser une vraie rencontre ce qui n'a pas encore été fait rappelons le*...

    Au-delà de cela, encore une fois, c'est assez fréquent, et c'est tout de même dommageable, les propos tenus par madame Haroche montre juste qu'elle n'était pas présente à la journée à Bruxelles, ni à celle de Paris et qu'elle ne peut donc pas relater les propos tenus ce jour-là. Ce qui est dommage, c'est justement de dénoncer des faits qui ne sont pas connus.

    Est-ce réellement là, la preuve d'un esprit scientifique ouvert, capable de regarder la controverse, de l'étudier et d'en tirer ses propres conclusions? Car rappelons le, la médecine s'est construite non sur le dogme de "je suis médecin, je sais tout", mais sur de multiples tâtonnements et sur énormément de recherches scientifiques, de mise en place d'hypothèses, vérifiées, vérifiables, quelquefois, avec des biais qui ne permettent pas d'aboutir. En médecine, on ne sait encore pas grand-chose, et les médicaments que l'on utilise au quotidien pour soigner sont susceptibles d'être de vraies bombes à retardement.

    L’iatrogénie médicamenteuse provoque entre 8000 et 12 000 décès par an (L'HAS indique d'ailleurs qu'il faut lutter contre cela).

    Un vaccin est un médicament. Au même titre que n'importe lequel des produits pharmaceutiques mis sur le marché. Les risques existent.

    Nous sommes tous différents, nous avons tous un patrimoine génétique, un système HLA différent, par conséquent, il est normal que nous ne réagissions pas de la même façon à un produit X ou Y , un vaccin X ou Y.

    Les problèmes actuels sont:

    1. Le déni de l'existence des victimes alors même que c'est logique de réagir différemment, et donc de développer des effets indésirables.

    2. le refus de reconnaître qu'un produit sanitaire largement utilisé puisse engendrer des effets indésirables. Cette attitude est dangereuse car elle va figer les positions des uns et des autres et va entraîner des méfiances et des défiances encore plus importantes au sein de la population envers les vaccins.

    Et pourtant outre-manche des chercheurs, de vrais scientifiques eux, pas des professeurs d'histoire géo, démontrent entre autre les risques aluminium/ maladie d'Alzheimer: http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0946672X16303777

    Quant au Gardasil, Madame Rivasi avait sans aucun doute entendu parlé de ces médecins danois qui dénonçaient l'agence européenne du médicament d'avoir biaisé une expertise concernant ce vaccin: http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/12/09/papillomavirus-les-autorites-europeennes-dans-la-tourmente_5046054_3244.html
    http://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/vaccin-contre-le-papillomavirus-des-medecins-danois-portent-plainte-contre-lagence-europeenne-des-medicaments_1960961.html

    En outre, aux USA, concernant le Gardasil, le Vaers avait comptabilisé, en mars 2015, pas moins de 226 décès de jeunes filles, 1311 infirmes; 597 frottis anormaux; 265 dysplasies du col; 12429 visites aux urgences; 4009 hospitalisations; 685 pronostic vital engagé; 267 séjours hospitaliers prolongés; 38829 effets secondaires; 5418 effets secondaires graves.....

    C.Gaches

    *La campagne organisée par Marisol Touraine a été biaisée, complètement et l'association E3M qui a pris la peine d'analyser entièrement les débats a démontré que les résultats donné par le professeur Fischer étaient complètement contraires à ce qui avait été écrit dit à la fois par les comités officiels, et dans les forums. https://www.vaccinssansaluminium.org/rapport-e3m-vaccination/)

  • Perturbateurs endocriniens d'origine naturelle

    Le 20 février 2017

    Pourquoi la définition des perturbateurs endocriniens est elle limitée aux seules molécules synthétiques ?

    Comme si des phytooestrogènes ou d'autres substances parfaitement naturelles ne pouvaient pas avoir d'influence sur notre système endocrinien?

    On a beaucoup moins entendu Mme Rivasi lors de la crise des graines germées biologiques en Allemagne (50 morts et des centaines de dialysés passés sous omerta médiatico-scientifique)... un hasard sans doute, je vous laisse imaginé si elle avait pu prouver un mort suite à la consommation d'OGMs!

    Dr FL

  • Altersciences? Maha-baratin, shivaterie , ghandismo pipoterie et dalaïleries

    Le 20 février 2017

    Messages psychotiques, relayés par des hystériques, mis en place par des obsessionnels, le tout au service de "pairs-verts" et d'affairistes de la même couleur... telles sont les altersciences, mélange de pensée magico-religieuse et de superstition, le tout à coloration gouroutesque; ajoutez y une pincée d'indianisme, de shivaïsme, de gourou ensafranés, d'autarcie réac à la ghandi, de médecine quantique, de mémoire cellulaire, de grand tout, et tutti quanti à couleur sari de préférence, mélangez avec les névropathies, psychopathies et autres "ies" de certains parlementaires ...et le tout est joué

    Michele Rivasi n'en est qu'un symptôme

    Dr YD

  • Extrait du code pénal

    Le 20 février 2017

    "Une diffamation est une allégation ou imputation d'un fait non avéré qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération d'une personne. C'est-à-dire que l'auteur des propos accuse sa victime d'avoir commis tel ou tel fait précis. Le fait en question peut faire l'objet, sans difficultés, d'une vérification et d'un débat contradictoire. Il est possible de répondre par oui ou non à la question « Untel a-t-il commis le fait » ?

    Le fait en question peut être la commission d'une infraction pénale, la falsification d'un diplôme...

    Il y a diffamation même si elle est faite sous forme déguisée ou dubitative ou si elle est insinuée. Par exemple, si l'auteur emploie le conditionnel. Elle est également caractérisée si elle vise une personne non expressément nommée mais identifiable (si on donne sa fonction par exemple).

    Si l'accusation n'est pas un fait vérifiable, elle relève de l'injure.

    Différence entre diffamation et dénigrement
    Si les propos concernent une entreprise, ils relèvent de la diffamation uniquement s'ils visent un membre du personnel ou l'entreprise en elle-même.

    Une accusation sur la qualité d'un produit ou d'un service ne constitue pas forcément une diffamation. C'est le cas si une personne écrit qu'un vin contient des produits chimiques mais sans s'attaquer au vigneron lui-même. Ces propos peuvent constituer en revanche un cas de dénigrement qui est une autre infraction.


    Diffamation publique ou privée

    Diffamation publique

    La diffamation publique est une diffamation pouvant être entendue ou lue par un public étranger à l'auteur des faits à et sa victime. Dans ce cas là, n'importe qui peut avoir connaissance des propos concernés. Les personnes témoins des faits n'ont aucun lien entre elles.

    C'est le cas de propos prononcés en pleine rue, publiée dans un journal ou sur un site internet.

    Les propos tenus sur un réseau social peuvent aussi être considérés comme une diffamation publique. Selon le verrouillage choisi par le détenteur du compte, les propos tenus peuvent être accessibles à tout internaute ou à un cercle plus ou moins restreint d'"amis".

    Si les propos tenus sont diffusés sur un compte accessible à tous, il s'agit d'une diffamation publique.

    Le fait qu'une diffamation ait été prononcée dans un lieu fermé n'en fait pas forcément une diffamation non publique. Des propos criés dans une cour d'immeuble parce qu'ils peuvent être entendus par tous les occupants (qui ne se connaissent pas forcément) et leurs invités sont une diffamation publique."

    C.G

    PS: Je suis étonnée de voir que certains commentaires ne sont pas signés.

  • Au Dr Maisonneuve

    Le 21 février 2017

    Je remercie JIM de n'avoir pas publié ma précision sur la cohorte Wakefield et l'étude 2000/2002 du CDC d'Atlanta confirmant les observations d'A.W. Les résultats étaient si catastrophiques que l'étude a été falsifiée puis détruite sauf la version de W. Thompson, l'un des 3 coauteurs, trame du film Vaxxed que vous devriez visionner car c'est du concret !

    A.W. est chirurgien, gastroentérologue et chercheur. Pour les vaccins, ce sont les immunologistes qui sont en 1ère ligne, étrangement muets en France... Les porte-voix pédiatres infectiologues sont tous acoquinés avec les producteurs de vaccins (tel Infovac-R. Cohen ou Dommergues, mais aussi Floret, Sansonetti, Lina - toujours là alors qu'il porte une lourde responsabilité dans la pseudo pandémie H1N1...).

    La psychiatrie n'a rien à faire ici. Les inflammations intestinales sont récurrentes chez les autistes. Ses travaux concernait une protéine du lait éventuellement capable d'augmenter l'immunité, rien à voir avec un vaccin.
    L'avis du GMC a totalement été démonté par la Haute Cour de Justice britannique lors de l'appel Smith.

    Tout cela est une cabale montée de toutes pièces par B. Deer aux ordres, le BMJ aux ordres, GSK et les autorités (voir plus haut!). Continuez à hurler avec les loups ! mais il me semble que vous êtes aussi Editeur Médical, donc rien d'étonnant que vous soyez dans la meute. En France, l'Ordre a annoncé la radiation d'H. Joyeux : Faux ! celle de Philippe Even à compter du 1er avril: Faux ! Il s'est désinscrit lui-même voilà plus de 2 ans. C'est avec ces mensonges que fonctionnent les Institutions Officielles aux ordres, d'où leur inutilité pour la collectivité car la Justice est une et indivisible; pas besoin de tribunaux d'exceptions... Et vous voulez que la population ait confiance !

    Serge Rader

  • Blog très véhément

    Le 21 février 2017

    Mais il faut peut etre ça pour contrer la véhémence des lobbys anti vaccins et autres Rader (quand on voit ce qu'il écrit, on se demande qui est le plus haineux, lui ou Yann Kindo !)

    En tant que scientifique, je me permet, moi, de croire en l'OMS qui dit "avoir accumulé de nombreuses preuves de l'inocuité des vaccins anti HPV, et de continuer, année après année à en accumuler".
    J'aurais tendance aussi à croire les publications des australiens (dans le BMJ) qui montrent une chute de l'incidence de 90% (oui, vous avez bien lu) des infections HPV chez les moins de 20 ans, et de 75 % chez les 20-30 ans.

    Je ne suis pas haineux comme M Rader, j'ai mon avis appuyé et argumenté, et il ne me fera pas changer d'avis. Malheureusement pour les français, il peut, eux, les faire changer d'avis (ça vient de plus en plus) parce que la médecine ayant soigné quasi toutes les "vraies maladies" il ne reste plus que les maladies psychosomatiques qui peuvent encore effrayer les gens. C'est regrettable de jouer la dessus, et je ne félicite pas M Rader de cette cause.

    Dr Eric Orvain

  • En réponse à E Orvain

    Le 22 février 2017

    Quand il y a une omerta généralisée des soi-disant sachants à la science infuse mais bourrés de conflits d'intérêts, vu les intérêts financiers énormes en jeu, et les revenus engendrés par d'autres, j'ai le courage Monsieur d'essayer d'ouvrir ce débat dans l'intérêt surtout de nos bambins. Imaginez dans votre propre famille un bambin en parfaite bonne santé et vacciné par exemple avec un ROR qui transforme totalement ses réactions et qu'on vous annonce 1 an plus tard qu'il est autiste... ou le cas de la petite Ayana doublement vacciné Hexa/Prev et qui a agonisé près de 3 mois avant d'être débranchée, ou encore les 2 décès dans les 48 H ces derniers m0is à 9 mois et 20 mois des suites du vaccin méningite C en Sicile. Les tribunaux italiens sont engorgés de cas semblables. L'AIFA (leur ANSM) dans son rapport de juillet 2015 a annoncé les vaccins comme 2è source d'effets collatéraux des médocs après les produits anticancéreux (en tête ROR, puis varicelle, puis quadrivalent RORV). Non ça ne vous remue pas les tripes, moi oui ! La multiplicité des vaccins injectés et leur composition posent des problèmes d'effets collatéraux, et fermer les yeux ne les résoudront pas. Des études d'innocuité doivent s'engager, c'est la mission récente confiée aux USA à R.F. Kennedy JR. Pas plus tard que ce matin, une correspondante d'une TV chinoise m'a contacté pour ITW car la population chinoise, pourtant très pro-vaccins jusque récemment, se pose les mêmes questions.

    Les références OMS et autres revues de prestige ne sont plus crédibles, vu l'influence des lobbies pharmaceutiques qui y règne (H1N1) et du poids des conflits d'intérêts avoués par leurs propres directions (R. Hurton du Lancet, Marcia Angell du NEJM). La situation ne peut plus durer, les labos voulant qu'on soit vacciné toute notre vie (je rappelle dans les années 50 de misère: variole à 18 mois, DT à 30 mois, BCG à 6 ans et la polio devenue obligatoire en 1964 => 1.200 cas de polio en France en 1956 puis vaccin Lépine de chez Pasteur la même année, 4.000 cas en 1957. Retrait du Sabin dans les années 90 accusé d'entraîner des polios post-vaccinales...

    Alors oui je suis en colère et je conseille les avocats des victimes post-vaccinales d'engager la responsabilité pénale systématique des médecins vaccinateurs sans précautions (c'est d'ailleurs surement pour cela qu'ils souhaiteraient qu'elle soit prise en charge par l'Etat en rallongeant encore la liste des obligations cad à contre-courant des 17 pays européens qui ont libéralisé sans conséquences.

    Serge Rader

  • La télé chinoise et M Raider

    Le 23 février 2017

    C'est bien ça le problème : vous persistez à croire que répondre à la télé aux questions de la population légitime votre propos : ce n'est pas le cas. Le battage médiatique non plus ne légitime pas une cause. Seules les études randomisées en double aveugle sur plus de 10000 cas le font (en médecine en tous cas), et vous n'en avez pas. Dommage.

    Comme disait Umberto Eco : les réseaux sociaux vous donnent la parole, et votre parole à maintenant la meme valeur que celle d'un prix Nobel. C'est regrettable (Eco était plus virulent que moi, mais je ne voudrais pas vous blesser...)

    EO

  • Oui, responsabilité pénale, parlons-en

    Le 23 février 2017

    Je m'étais pourtant promis d'arrêter de lire et de répondre aux propos accusateurs sans preuve et très haineux de Mr Rader mais là ça va trop loin. Les études scientifiques et les commissions sont indépendantes, les labos ne sont pas "intéressés pour qu'on soit vacciné" car fabriquer un vaccin coûte cher, est très long et au final peu rentable (d'où les pénuries croissantes car il y a de moins en moins de laboratoires qui ont envie de continuer). Je conseille à mon tour les avocats des victimes de la non-vaccination (ici les malades et les morts sont réels, et ça va continuer) d'engager la responsabilité pénale des personnes qui nient sciemment (car toutes les preuves scientifiques existent) les bienfaits de ces actes majeurs de santé publique.

    Et comment ne pas être choqué par les phrases méprisantes pour les femmes sur la prévention HPV, qui rappellent celles de Mr Joyeux à propos de l'hépatite B (vous n'avez qu'à pas avoir de rapports sexuels avec n'importe qui etc...). Honte à vous.

    Dr Blandine Courtot

  • "Rader m'a tuer"

    Le 23 février 2017

    M Rader ne comprend pas qu il prêche dans le vide dans le courrier du JIM.
    C'est normal, mais c'est fatigant.
    Et pour lui c'est une perte de temps.Je précise que je ne lis plus une seule de ses interventions, sur les vaccins, les ondes, les tablettes ou que sais je.
    La locomotive de sa haine roule sur les rails de mon indifférence, et je conseille à mes collègues d'arrêter de perdre leur temps à polémiquer avec lui.

    Je continue pour ma part à croire que des hommes ont vraiment marché sur la lune, et il ne me prouvera pas le contraire.
    Quant à la rédaction du JIM, je ne comprends pas qu'elle lui offre la tribune avec autant de complaisance, à moins qu'elle ne pense que c'est ce que réclame la liberté d' expression ?
    Et là, il y a confusion.

    Dr Sophie Chodez

  • Jusqu’où doit aller la modération ?

    Le 24 février 2017

    En réponse au Dr Sophie Chodez (et à de nombreux autres lecteurs) nous republions ici des extraits d'un post que nous avions mis en ligne sur ce sujet délicat en septembre 2015.

    La question de la modération des commentaires postés chaque jour sur les millions de sites internet par les lecteurs est aussi vieille que le web 2.0 (une éternité à l’aune de l’ère numérique, quelques secondes à l’échelle de l’histoire du monde). A l’origine de nombreuses réflexions (sur la liberté d’expression, le rôle du débat, l’ambiguïté des éditeurs qui tout en se montrant parfois circonspects souhaitent tout en même temps pouvoir continuer à bénéficier de l’attraction suscitée par ces discussions), le débat n’est nullement tranché et revient régulièrement (...).

    Champ légal

    Pour répondre à cette problématique, un très grand nombre de portails se sont dotés d’une charte donnant les clés de la modération (qui s’effectue souvent a posteriori). Dans la majorité des cas, il est rappelé que les contenus pouvant être sanctionnés par la loi sont à proscrire (et pourront être censurés) : il est notamment fait référence à la diffamation (injures de toutes sortes notamment), à la publicité masquée et/ou mensongère ou encore aux menaces et autres appels aux meurtres. La délimitation de ce champ permet d’écarter facilement un certain nombre de contenus (bien que même ce cadre ne facilite pas totalement la tâche du modérateur). Des questions demeurent cependant, notamment sur les sites à vocation scientifique.

    Un équilibre particulièrement délicat à trouver

    Que faire, sur ces portails, des contenus qui semblent aller totalement à l’encontre du consensus établi et qui s’appuient sur une argumentation qui ne paraît nullement scientifiquement étayée ? Une question que la rédaction du JIM s'est bien sûr posée à de multiples reprises. La difficulté tient au fait que l’on s’écarte ici totalement du champ de la loi et de la réglementation, mais que l’on se place plus certainement du côté "moral". Par ailleurs, quand l’appréciation d’une déclaration raciste ou diffamatoire apparaît si non simple tout au moins possible, la détermination de ce qui apparaît comme admissible scientifiquement suppose que l’on s’érige en poseur de dogme. Or, la science est précisément ce lieu où l’on discute sans cesse les règles établies, où l’on bouscule la doxa, pour faire évoluer et avancer la connaissance. Dans ce contexte, comment se ranger derrière l’idée que certains détiendraient la vérité, contre d’autres ? Cependant, accepter que toutes les idées méritent d’être pareillement défendues, c’est risquer de favoriser la diffusion d’opinions que l’on sait dangereuses (à défaut de pouvoir les considérer comme absolument fausses). Incidemment, c’est également exposer le site d’information à des critiques et au discrédit (tant il est impossible, en dépit des messages d’avertissements, de différencier parfaitement les contenus diffusés expressément par un portail de ceux livrés par ses lecteurs). Trouver ici une modération éclairée, qui offrirait tout à la fois une tribune à l’expression de points de vue divers sans pour autant laisser libre cours aux positions les plus pernicieuses, une modération qui ne serait pas en outre systématiquement perçue comme une censure dogmatique et une violation de la liberté d’expression apparaît particulièrement complexe.

    La température monte

    Le dilemme interpelle quotidiennement le modérateur d’un site internet scientifique ou médical comme le JIM avec des réponses diverses. Certains, comme le site Futura Sciences, ont décidé purement et simplement de fermer leur forum sur le climat (...). Dans une optique similaire, on se souvient comment, le site américain du célèbre journal de vulgarisation scientifique Popular Science a décidé de fermer les commentaires ouverts sous ses articles. Une même raison sous-tendait ce choix : la rédaction refusait que sous son "enseigne" soient diffusés des messages manifestement dangereux et contraires aux consensus scientifiques.

    Mauvaise foi

    D’autres sites n’ont pas fait ce choix, n’ont pas voulu imposer leur optique. Le thème de la vaccination sur les sites médicaux est à ce titre riche d’enseignement. Que ce soit sur le Quotidien du médecin, sur Egora, Medscape (et bien entendu sur le JIM), les opposants à la vaccination, qui débitent à longueur de messages, leurs mêmes argumentations se voient ouvrir une tribune quasiment libre. Si la charte du Quotidien du médecin s’en tient au refus des contenus illicites et diffamatoires et recommande l’expression d’un point de vue "argumenté", Medscape va un peu plus loin en indiquant que les utilisateurs s’engagent « à ne diffuser que des informations qui sont vraies et correctes aux vues de vos connaissances et de votre expérience personnelle ». Cependant, la traque à la "mauvaise foi" est bien ardue (même si elle pourrait facilement être utilisable face à nombre de messages concernant les vaccins).

    Une réflexion inéluctable

    Et sur le JIM ? La modération y est (ce qui est rare) faite a priori, ce qui permet d’éviter les messages diffamatoires, difficilement compréhensibles ou encore apparemment sans aucun lien avec le sujet. Mais quid des contenus qui nous semblent transmettre des informations non fondées et/ou dangereuses ? Nous avons choisi pour l’heure de ne pas les soumettre, sauf exception, à cette modération, considérant que les opinions exprimées n’engageaient que leurs auteurs et non la rédaction de notre site et que la liberté d’expression devait s’imposer. Cependant, de plus en plus, nos lecteurs s’étonnent que les colonnes du JIM acceptent de se faire l’écho de ces idées dignes des plus mauvaises théories du complot en particulier en matière de vaccination (de mêmes étonnements ont pu se lire sur le site du Quotidien du médecin). D'autant que chacun sait que sur internet les "complotistes" font toujours plus de bruit que les "académiques".

    Voilà qui nous interroge plus que jamais.

    Aurélie Haroche

  • Lire avec modération !

    Le 24 février 2017

    Faites comme le Dr Sophie Chodez et beaucoup d'autres médecins !
    Quand vous voyez signé Serge Rader ou Serge Rader, pharmacien, passez votre chemin ! Vous y gagnerez en temps et en sérénité.
    Il faut savoir lire avec modération ce genre de commentaires sans qu'il soit besoin d'une modération de l'éditeur !

    Dr Michel de Guibert

  • Le prix Nobel et le blogueur

    Le 25 février 2017

    Monsieur EO déplore que la parole d'un blogueur soit autant prise en compte que celle d'un prix Nobel.
    Fort bien! Monsieur EO n'est qu'un blogueur. Luc Montagnier qui, lui, est prix Nobel est tout à fait persuadé de l'existence de l'électrohypersensibilité.

    Voir sur internet des extraits du film "Les sacrifiés des ondes".

    Dr Joël Delannoy

  • Légende urbaine ?

    Le 26 février 2017

    Donc le territoire français aurait bien été "totalement épargné par les retombées radioactives venant de Tchernobyl, et les hausses de radioactivité consécutives n'ont pas posé le moindre problème d'hygiène publique." ?
    "Il faudrait imaginer des élévations dix mille à cent mille fois plus importantes pour que commencent à se poser des problèmes significatifs d'hygiène publique".

    Ces affirmations du Pr Pierre Pellerin, scientifique éminent et représentant des autorités de contrôle du nucléaire (SCPRI), l'avaient pourtant conduit à une mise en examen pour tromperie aggravée, car il avait permis à nos autorités de s'abstenir de toutes les mesures d'hygiène publique instaurées dans le reste de l'Europe.

    Sans la CRIIRAD, nous en serions restés aux affirmations officielles et au "circulez y a rien à voir on s'occupe de tout pour vous".
    On peut avoir une opinion sans appartenir à un lobby, mais force est de constater qu'il devient de plus en difficile de la partager si elle diffère de la position officielle. Ça n'est pas vraiment rassurant...

    Catherine Harris

  • @Dr J. Delannoy

    Le 27 février 2017

    Bonjour, avez-vous le références de travaux scientifiques qui prouveraient l'existence de l'électrosensibilité ? Car un film n'est pas une preuve...

    Dr Anne-Claire Moreau

  • M. Rader et Mme Rivasi

    Le 27 février 2017

    ...ont travaillé ensemble, en ressassant les vieilles rumeurs de la SEP et de l'autisme :

    https://www.euractiv.fr/section/sante-modes-de-vie/news/la-mefiance-a-l-egard-des-vaccins-se-generalise-dans-l-ue/

    Selon internet, M. Rader est maintenant "conseiller santé" de M. Dupont Aignan...

  • Qui est M. Rader ?

    Le 27 février 2017

    Quelles compétences M. Rader a-t-il en matière de vaccins ? Etre pharmacien ne suffit pas pour donner des leçons de vaccinologie ni de maladies infectieuses. Quand un journaliste demande à M. Rader (voir lien ci-dessous) quels sont ses travaux, il répond "j’ai depuis 2012 sorti plusieurs études comparatives sur le prix des médicaments en Europe notamment avec l’Italie que je connais bien" et "j’ai approfondi depuis plus de 2 ans la problématique vaccinale". C'est un peu court !
    M. Rader est "conseiller santé" de M. Dupont Aignan (si j'en crois internet) ; après de sa collaboration avec Mme Rivasi ; au nom de quelles compétences ?

    http://www.breizh-info.com/2016/03/07/39939/vacins-biotrial-industrie-pharmaceutique-serge-rader

    Dans un autre article, M. Rader ose comparer le Pr. Bégué au Dr Mengele...
    http://www.breizh-info.com/2016/02/17/39280/39280
    et y parle d'un rapport de pharmacovigilance de l'AIFA (Italie) qui irait dans son sens, alors que celle-ci promeut la vaccination comme on peut le voir ici :
    "Vaccination is the most effective medical intervention ever introduced in clinical practice: since the past centuries' discoveries, vaccination has avoided more than 3 billion diseases and 500 million dead in the world. It is expected that between 2011 and 2020, 25 million dead will be avoided, which means 2.5 million per year, 7000 per day, 300 per hour, 5 per minute."
    http://www.aifa.gov.it/en/content/vaccinations-health-protection
    (Je n'avais pas notion que l'opération Mani Pulite avait concerné l'industrie pharmaceutique. M. Rader peut-il fournir des références sur ce sujet ?)

    Contrairement à ce que M. Rader affirmait aussi dans cet article, le CDC n'a pas confirmé de lien entre vaccin et autisme :
    https://www.cdc.gov/vaccinesafety/concerns/autism.html
    pas plus qu'avec le Crohn :
    "Evidence does not support a causal association of administration of measles-containing vaccine with risk for Crohn disease, a hypothesis proposed by some researchers in the United Kingdom and Sweden (151-156). Other researchers have been unable to replicate the laboratory findings that were reported to support this hypothesized association (157,158). Concerns also have been raised about the methods used in the epidemiologic studies that suggested an association between Crohn disease and measles vaccination (159-163). Other data do not support an association between measles vaccination and risk for Crohn disease or other inflammatory bowel disease (164,165)."
    https://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/00053391.htm
    Etc., etc.....

    Que M. Rader nous fournisse les références exactes des travaux sur lesquels il appuie ses dires... Des convictions personnelles non étayées n'ont pas leur place dans un débat sérieux sur la vaccination.

    M Rader, comment s'étonner de vos propos quand on sait que vous êtes cité dans le webzine "Santé Nature innovation" (http://www.hoaxbuster.com/forum/abont-gratuit-vie-lettre-sante-jm-dupuis) (https://www.santenatureinnovation.com/la-mafia-du-medicament/), une émanation du ci-devant Dr Joyeux, un antivax notoire connu par ailleurs par ses vidéos où il laisse entendre que la propolis des abeilles diminue de 40% les métastases chez l'animal ; que le miel améliore la mucoviscidose ; que les piqûres d'abeilles peuvent guérir la SEP et la SLA (53:35), à propos d'une SEP prétendue guérie par "les produits de la ruche et de l'apipuncture" ; que le tétanos n'existe plus en France (1:00:25) ;
    https://www.youtube.com/watch?v=6A39tuwa6oc

    Dr Anne-Claire Moreau

  • @ Delannoy

    Le 27 février 2017

    Sauf erreur de ma part, il ne me semble pas que j'ai donné le moindre commentaire ou avis sur l'electrosensibilisation, Mes connaissances dans ce domaine étant proche de zéro, je ne me le permettrai pas...

    Merci toutefois de me donner l'argument du film, ce qui enrichira mon expérience personnelle. Avec un peu de chance, j'aurai un avis qui se dessinera ?

    En ce qui concerne les vaccins, et particulièrement HPV, vous me permettrez d'avoir un avis franc, documenté et argumenté, fort de quelques centaines de conisations et hystérectomies pour cancer du col... Mais peut etre cela ne pèse t il pas lourd devant les arguments de M Rader ?

    Dr Orvain

  • Reponse à Anne-Claire Moreau

    Le 04 mars 2017

    Si vous voulez des indications sur le mode d'action des ondes électromagnétiques sur les neurones, tapez simplement "Martin Pall" sur google.
    Voir aussi les travaux de Lennart Hardell, Leif Salford, Dominique Belpomme.
    Notez que Belpomme a mis au point toute une batterie de tests pour authentifier les vrais EHS.
    Et concernant les ondes, il n'y a pas que l'électrohypersensibilité. Il y a aussi la flambée des tumeurs cérébrales notamment chez l'enfant.
    http://www.robindestoits.org/Augmentation-de-50-des-tumeurs-du-cerveau-chez-les-enfants-au-Royaume-Uni-en-10-ans-40-au-Danemark-en-Finlande_a1717.html

    Pour la France, consulter les statistiques de l'Institut National de Veille Sanitaire :
    http://www.robindestoits.org/Cancers-prioritaires-a-surveiller-et-etudier-en-lien-avec-l-environnement-Synthese-de-l-INVS-Juillet-2006_a1424.html

    En France : Statistiques de l'Institut National de Veille Sanitaire : +2,25 % par an chez l'homme et +3,01% par an chez la femme.
    Les ondes ouvrent la barrière hémato-encéphalique et permettent la pénétration dans le cerveau de toutes les molécules toxiques que la chimie nous concocte.

    L'éternel argument de ceux qui ne veulent pas se poser de questions est : "On n'a jamais vécu aussi longtemps". Ils oublient une chose, c'est que ceux qui maintenant vivent vieux n'ont pas été exposés pendant leur jeunesse à tout ce à quoi nous sommes exposés maintenant. Ondes et pesticides. L'an dernier, la durée de vie a reculé.

    Dr Joël Delannoy

  • Qui est Yann Kindo ?

    Le 05 mars 2017

    Qui est ce Yann Kindo présenté ici dont vous dîtes qu'il est professeur d'histoire et géographie ? Cela est effrayant de voir que tout un article destiné à des professionnels de santé est basé sur des citations dont le style particulier en lui seul aurait dû vous alerter.
    Article indigne d'une revue médicale. C'est lamentable !

    Dr Françoise Pommier

  • Au Dr Delannoy sur les ondes

    Le 06 mars 2017

    Aussi obstiné que S Rader, mais dans le camp adverse, je tiens pour billevesées la carcinogénèse par ondes électromagnétiques radio fréquences et aux puissances absorbées faibles (de l'ordre de 1 W/kg: fréquences beaucoup trop faibles pour agir sur les liaison interatomiques et élévations thermiques de quelques centièmes de degré dans des tissus vascularisés.

    Pour les très hautes fréquences, ce sont des X et des gammas, qui tombent, eux, dans les fréquences de vibrations interatomiques (et les effets en sont connus).

    Pour les très basses fréquences (50 Hz) rien n'est observé, mais l'accumulation de "matériel" du côté extracellulaire de la membrane n'est pas impossible physiquement...à suivre du coin
    de l'œil.

    Remarque: contrairement à une légende répandue, les Ultrasons, dans les conditions de puissance et de fréquence des explorations médicales, peuvent tout à fait générer des radicaux libres (phénomène de cavitation transitoire, non linéaire).

    Dr Yves Darlas

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.