Obligation vaccinale antigrippale des soignants : cent fois sur le métier remettez votre ouvrage

Paris, le vendredi 8 février 2019 – C’est un marronnier du ministère de la santé.

Interrogée, hier, par Europe 1, Agnès Buzyn a évoqué la possibilité de rétablir l’obligation vaccinale antigrippale des soignants (qui n’a jamais été appliqué en pratique).

« Aujourd'hui, j'ai demandé un effort particulier notamment aux Ordres des médecins, des infirmiers, des kinésithérapeutes, pour qu'ils fassent une campagne pro-vaccin. Je verrai quel a été cette année le taux de couverture des soignants, j'espère qu'ils comprennent leur responsabilité. Si vraiment ça ne progresse pas, peut-être que nous en reviendrons à l'obligation » a-t-elle ainsi fait valoir. 

Rappelons, en effet, qu’en dépit des campagnes réitérées en direction des soignants, leur couverture vaccinale antigrippale stagne aux alentours de 25 % chaque année. Et toujours face à cette absence de progression, les ministres exhortent. Ainsi, début 2018, Agnès Buzyn s’exprimait dans des termes proches à l’École des Hautes Études de la Santé Publique et avant elle, Marisol Touraine, tenait le même discours.

A l’année prochaine !

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Soignants responsables ?

    Le 08 février 2019

    Ce devrait être en conscience une obligation éthique pour tous les soignants d'être vaccinés contre la grippe sans avoir besoin d'une obligation légale !

    Dr Michel de Guibert

  • Des facteurs multiplicateurs de transmission d'une pathologie grave

    Le 08 février 2019

    Comment se fait-il que le taux de vaccination des personnels de santé en France soit aussi faible ? - Les soignants ne croient-ils pas dans les données scientifiques ? Alors sur quelles bases exercent-ils leur métier ?
    Savent-ils qu'ils peuvent être les facteurs multiplicateurs de transmission d'une pathologie grave ? Même en utilisant les mesures de désinfection recommandées ? D'autant qu'il n'est pas d'usage en France en général, et dans le milieu médical en particulier de porter un masque lors des contacts avec le patient quand on est atteint d'infection ORL ou respiratoire.

    J'ai consulté mon médecin traitant récemment: pas de lavage, ni de désinfection des mains, ni avant, ni après, encore moins du stéthoscope. Il y avait un stagiaire en médecine générale, il pérennisera cette désinvolture dangereuse. Je n'ai rien dit, je suis dépassée, mais j'ai utilisé pour moi-même une lingette désinfectante après ma sortie.

    Dr Dominique Buchsenschutz

  • Désolant

    Le 09 février 2019

    C'est désolant de constater que 75 % des soignants, si l'on en croit votre article, n'aient pas plus haute idée de leur responsabilité vis-à-vis de leurs patients. Quel est le pourcentage dans le milieu enseignant, et chez les fonctionnaires en contact avec le public ?

    Dr Maxime Joussein

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article