Pourquoi un vaccin tétravalent contre la grippe en 2018 ?

La recommandation de 2013 de l’OMS d’utiliser un vaccin quadrivalent se généralise, notamment en France pour la saison de 2018-19 : 2 souches de virus A (H1N1, H3N2) et 2 souches de virus B.

Depuis les années 70-80, deux lignages B (Victoria et Yamagata) ont évolué de manière très divergente. Ces virus B ont circulé d’abord en alternance puis de façon concomitante dès 2001, ce qui suggère des différences entre les 2 lignages, tant génétiques qu’antigéniques, et l’improbabilité d’une immunité croisée.

Par ailleurs, d’une année à l’autre, la circulation spatio-temporelle des différents sous-types A ou lignages B est très variable, avec des différences significatives d’un endroit à l’autre du globe ou parfois sur un même territoire. Dès lors, prédire le lignage B qui circulera de manière prépondérante est impossible.

Les virus A sont habituellement prépondérants. Cependant, les virus B ne sont pas négligeables pour autant. En France, sur 8 des 14 dernières saisons, le virus B représentait 10 % des cas. En particulier, en 2017/2018, le virus B/Yamagata a été retrouvé dans 46 % des cas en France et 63 % des cas en Europe, alors qu’il n’entrait pas dans la composition vaccinale.

De plus, la gravité de la grippe B n’est pas moindre : le virus B était à l’origine de 15 % des décès attribuables à la grippe entre 1990 et 1999. La surmortalité biphasique observée en France comme en Europe au cours de la saison 2017-18 était clairement un reflet de l’épidémie due au virus B/Yamagata. L’hiver dernier, il a été responsable de 49 % des décès observés en réanimation en Europe, contre seulement 1 % en 2016-2017.

La non-adéquation entre les souches B vaccinales et circulantes est à l’origine d’une moindre efficacité vaccinale, et potentiellement d’un excès de mortalité. Entre 2007 et 2018, sur 7 saisons, où les virus B ont circulé, il y avait une non-adéquation une fois sur 2. Le vaccin devait donc évoluer pour maintenir son efficacité.

L’émergence et la cocirculation des deux lignages B justifient le développement d’un vaccin quadrivalent pour les deux virus de type A et maintenant les deux virus de type B.

Dr Muriel Macé

Référence
Gaillat J : Informations sur les vaccins quadrivalents pour le GEIG (Groupe d’Expertise et d’Information pour la Grippe). 31èmes rencontres sur la grippe et sa prévention (Paris) : 29 novembre 2018.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Succès vaccinal

    Le 14 décembre 2018

    Cette année, nous allons peut-être enfin réussir notre couverture vaccinale grâce aux pharmaciens qui font un très bon travail de prévention, au vaccin tetravalent et à la vaccination en pharmacie qui permet à la population française de se coller aux critères du monde d’aujourd’hui : tout, tout de suite (vaccin + injection en 15 minutes et possiblement sans avance de frais).
    Coccorico.

    Joyce Gabbay (pharmacien)

Réagir à cet article