Quand Macron et Dupont-Aignan encensent le Professeur Joyeux

Paris, le lundi 27 mars 2017 – Le professeur Joyeux a bénéficié ces derniers jours de deux « soutiens » de la part des candidats à l’élection présidentielle. Rappelons que ce professeur en cancérologie aujourd’hui à la retraite a pris la tête du combat contre les vaccins hexavalents, qu’il s’est parfois aussi fait le chantre de « médecines naturelles » et que ses positions lui ont valu d’être radié de l’Ordre des médecins.

Ce samedi, en meeting sur l’île de la Réunion, Emmannuel Macron, alors qu’il était interrogé par un membre du public sur la santé et la sécurité sociale, a fait savoir que pour lui le professeur Joyeux « faisait un travail remarquable » dans le domaine des médecines non conventionnelles, qu’il proposait des solutions intéressantes et était un bon exemple de médecin non inféodé aux laboratoires pharmaceutiques…

Moins étonnant, car déjà connu pour ce genre de prise de position, Nicolas Dupont Aignan, au micro de France Inter a, ce matin, quant à lui expliqué qu’il ne recommandait pas les vaccins non obligatoires et a affirmé les dangers de ceux-ci, en qualifiant de scandale la radiation du Pr Joyeux. Il l’a ainsi présenté, lui aussi, comme un homme indépendant de l’industrie pharmaceutique, que Nicolas Dupont Aignan accuse de « payer » les « experts en vaccinologie ». Il a enfin conclu qu’il « trouve regrettable » que le journaliste Patrick Cohen relaie les "thèses" du "lobby" de l’industrie pharmaceutique…

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (29)

  • Irresponsables

    Le 27 mars 2017

    On sait au moins pour qui ne pas voter !

    Dr Michel de Guibert

  • Et ça continue !

    Le 27 mars 2017

    Voilà, c'est fait, je sais pour qui je ne voterai pas!

  • Comme disait mon Grand Père...

    Le 27 mars 2017

    " Je ne suis pas curé, je ne dis pas la messe".

    Les derniers hommes/femmes politiques n'ayant pas brillé par leur clairvoyance en matière de santé publique, ils feraient bien de choisir soigneusement leurs conseillers. On préfererai qu'ils trouvent des solutions qui tiennent la route pour l'économie de santé ou le chaos des dépistages du cancer plutot qu'ils ne s'embarquent d'emblée sur des sujets pour le moins conflictuels avec le corps soignant.

    A ma connaissance, les vaccins tuent moins que le K du poumon, de la prostate, du sein, du colon, du col utérin, tous ces cancers ayant intensément besoin d'un bon coup d'organisation tant est grand le taux d'interventions inutiles sur faux positifs (quand un dépistage est organisé correctement, ce qui n'est meme pas le cas pour tous...)

    Dr Eric Orvain

Voir toutes les réactions (29)

Réagir à cet article