Quand tous les internes d’un service s’arrêtent pour burn-out…

Strasbourg, le mardi 19 octobre 2021 – Selon une récente enquête publiée il y a quelques jours, la santé mentale des internes s’est encore détériorée ces dernières années, et, désormais, 75 % déclarent souffrir d’anxiété et 39 % de dépression. A Strasbourg, le service d’hépato-gastroentérologie illustre ce phénomène préoccupant.

Ainsi, le Syndicat autonome des internes d’Alsace (SAIA), soutenu par l’ISNI (Intersyndicale nationale des internes) alerte : depuis le 11 octobre, « l'ensemble des internes » de ce service du CHU Hautepierre de Strasbourg « ont été arrêtés par leurs médecins traitants en raison d’un syndrome d’épuisement professionnel ».

En cause selon l’organisation : « une situation dramatique au sein même d’un grand CHU strasbourgeois » qui fait suite à de nombreux « dysfonctionnements » dénoncés à la direction et au doyen depuis deux ans par le syndicat. Malgré ces alarmes « aucune action concrète n’a pu être entreprise, conduisant à la situation actuelle de burn-out des internes » rapporte le SAIA. Ces dysfonctionnements ont pour nom une charge de travail « très conséquente », un « défaut d’encadrement trop fréquent », et un « manque cruel de pédagogie ».

Il y a six mois déjà, l’ensemble des futurs gastro-entérologues avait refusé de choisir des postes au CHU d’Hautepierre, « craignant pour leur santé et leur formation ». Les internes avaient finalement été désignés par l’Agence régionale de santé qui avait promis des améliorations aux jeunes médecins…

Le SAIA espère maintenant dans la fusion/réorganisation des services de HGE du CHU Hautepierre et de l’Hôpital Civil de Strasbourg, mais, pour l’heure, « aucune action concrète n’a pu être entreprise ».  

G.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Désert hospitalier

    Le 19 octobre 2021

    Hospitalisé dans un service d'endocrinologie d'un CHU du sud de la France je n'ai vu que l'Interne du vendredi midi au mardi midi. Aucun PH n'est passé!

    Dr Lucien Duclaud

Réagir à cet article