Transplantation fécale : suspension des essais par la FDA après le décès de deux patients

Washington, le mardi 18 juin 2019 – La transplantation fécale pour le traitement de certaines affections et infections intestinales (mais pas seulement intestinales) graves représente une voie thérapeutique considérée comme prometteuse par de nombreuses équipes à travers le monde.

Cependant, l’essor de cette technique est freiné par la difficile maîtrise de l’ensemble des complications éventuelles. La situation actuelle américaine témoigne que de nombreux développements sont encore nécessaires pour espérer que la transplantation fécale puisse être envisagée de manière plus large.

Résistances

La Food and Drug Administration a en effet décidé de suspendre les essais cliniques de transplantation fécale après le décès de deux patients à la suite d'une infection grave. Peu d’informations ont été données sur la survenue de ces "accidents": l’état de santé des malades n’a pas été précisé (et notamment pas les raisons de leur immunodépression), ni les protocoles au sein desquels ils ont été intégrés (la voie d’administration de la "greffe" notamment n’est pas connue). La FDA a par contre précisé qu’ils avaient reçu une transplantation issue du même donneur et que leur décès paraissait lié à la présence dans le prélèvement greffé d’Escherichia coli sécrétrices de bêta-lactamase à spectre élargi (qui peuvent être pourtant visées par les transplantations fécales).

Coup d’arrêt

La mort de ces patients doit rendre obligatoire la réalisation de tests de dépistage de ce type de bactéries dans les selles destinées à la transplantation estime la FDA qui considère qu’en l’absence de mise au point (et de réalisation) de tels tests, les essais doivent être suspendus.

L’organisme de régulation estime également que les patients doivent pouvoir exprimer leur consentement de façon éclairé et être donc mieux avertis des différents risques associés à ce type de thérapeutique. S’il s’agit d’un réel coup d’arrêt aux recherches, la FDA assure cependant soutenir « ce domaine de découverte scientifique ».

On attend une éventuelle décision des autorités sanitaires françaises sur cette question.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Le portage de bactéries multirésistantes est systématiquement dépisté chez les donneurs en France

    Le 19 juin 2019

    Il faut noter que la recherche de BMR n'avait pas été réalisé chez le donneur contrairement à ce qui se fait en France de manière systématique.
    https://www.gftf.fr/actualite-90-communique-de-presse-du-gftf.html

    Dr Alexis Mosca (GFTF)

  • Technique débutante

    Le 19 juin 2019

    Comme une transfusion sanguine, l'amélioration bactériologique, virale de produits humains ne fera pas un risque réduit à zéro; mais la probabilité de l'apport bénéfique des greffes, est grande et encore minimisée. Nous n'en sommes qu'au début avec les balbutiement classiques et les risques.

    Dr Christian Trape

  • Et au Canada

    Le 23 juin 2019

    Qu'en est-il au Canada où la médecine n'est pas confiée à des cliniques privées contrairement au USA.

    Dr Guy Roche, ancien interniste

Réagir à cet article