Trop d'étudiants, pas assez de contrôle… l'ostéopathie dans le viseur de l'Igas

Paris, le mardi 30 mai 2023 – C'est un rapport au vitriol qu'a publié l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) sur la pratique de l'ostéopathie en France. Plusieurs pistes sont proposées pour réformer aussi bien les études que la pratique.

L'ostéopathie est la « médecine alternative » préférée des Français. Pourtant, peu de gens savent qu'il n'est pas nécessaire d'être un professionnel de santé pour devenir ostéopathe. Une formation de cinq ans dans une école agréée par l'État suffit à recueillir le sésame, au désespoir des inspecteurs de l'Igas, comme ils l'expliquent dans un rapport publié le 24 mai dernier, où ils se montrent, plus généralement, assez critiques vis-à-vis de l'ostéopathie.

Des étudiants pas assez encadrés

L'un des points importants sur lequel reviennent les inspecteurs concerne les écoles de formation à l'ostéopathie qui rencontrent des difficultés à « valider certains critères pourtant essentiels touchant à la pédagogie et au niveau des compétences professionnelles acquises lors des pratiques cliniques ».

En effet, les étudiants doivent par exemple réaliser 150 consultations complètes durant la durée de la formation afin qu'un établissement puisse obtenir son agrément, celui-ci étant délivré par la commission consultative nationale d'agrément. De même, un certain nombre d'heures minimal pour des matières fondamentales doit être rempli, tout comme le recours à des enseignants ayant a minima 5 années d'expérience.

Or, l'Igas pointe que de nombreuses écoles ne remplissent pas ces conditions, mais, faute de contrôle, leur agrément n'est pas retiré. Celui-ci est d'ailleurs délivré sur simple déclaration. L'Igas exigeait déjà, dans un rapport paru en 2010, l'organisation de visites au sein des écoles.

Toujours concernant la formation, les inspecteurs font aussi remarquer que les étudiants sont « trop nombreux », avec 50 % des jeunes praticiens gagnant moins que le salaire minimum et un tiers se réorientant vers un autre métier après cinq ans de pratique à peine.

Des gestes mal connus

Un des autres éléments importants ressortant de ce rapport est que de nombreux étudiants ignorent les gestes à éviter. En effet, tout comme pour la chiropraxie, l'ostéopathie peut réaliser certaines manipulations, notamment du crâne, ou de la face, qui ne peuvent — en théorie — être réalisées qu'après un diagnostic établi par un médecin attestant l'absence de toute contre-indication. Cependant, pour les auteurs du rapport, « il ressort des auditions et des visites menées par la mission que ces référentiels ne sont pas toujours respectés, voire ne sont pas connus de certains étudiants et professionnels en exercice ».

De même, les inspecteurs s'inquiètent concernant les « dérives possibles au sein de certaines écoles aux enseignements doctrinaires, excluant la collaboration avec les autres professionnels ». Des situations qui pourraient engendrer des blessures ou des accidents chez les patients. L'Igas appelle d'ailleurs à la mise en place d'un registre des accidents graves survenus à la suite de manipulations réalisées par un ostéopathe ou un chiropraticien. Les inspecteurs souhaitent également la création d'une commission nationale en charge de décrire et d'évaluer les pratiques des ostéopathes et des chiropraticiens.

Enfin, l'Igas souligne que l'efficacité de l'ostéopathie n'a jamais été démontrée et que « plusieurs universitaires alertent sur les dangers potentiels de ces activités non contrôlées ». Les inspecteurs considèrent, pour conclure, qu'il est « primordial que l'exercice de ces professionnels puisse faire l'objet de recherches scientifiques visant à mieux connaître et évaluer la pratique ».

Raphaël Lichten

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Qu'est-ce que l'ostéopathie ?

    Le 01 juin 2023

    S'il s'agit d'un métier de soignant susceptible de recevoir directement des malades, c'est de la médecine. En l'absence de diplôme médical, il s'agit alors d'un exercice illégal. Et en l'occurrence, reposant sur une doctrine fallacieuse, c'est du charlatanisme.
    S'il s'agit d'une thérapeutique susceptible d'être délivrée sur prescription médicale, c'est un soin paramédical. En l'absence de réel statut universitaire et sanitaire, une telle profession paramédicale reste illégale. Et en l'absence d'autorisation réglementaire dans des indications précises avec des modalités validées, c'est en outre une thérapeutique non autorisée hors contexte de recherche clinique.
    Pour l'instant, il n'y a pas donc de question à se poser sur les métiers d'ostéopathe, chiropracteur et avatars, qui n'ont pas lieu d'être. Ajoutons que la marchandisation éhontée qui se développe autour de ces pratiques est déplorable et qu'il faut y mettre fin.
    Mais il reste assurément beaucoup de travail à faire dans le domaine important des thérapies manuelles (comme dans celui des thérapies relationnelles).

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.