Un Collectif dédié aux Femmes de Santé : pour quoi faire ?

Paris le samedi 4 décembre 2021 - Le Collectif Femmes de Santé tient la semaine prochaine ses Etats généraux sous le parrainage d’Olivier Véran. Dans un contexte global où interroger la place des femmes est désormais incontournable, nous avons voulu en savoir plus sur l’origine de ce groupe et ses objectifs. Nous faisons le point avec Alice de Maixmy qui en est la fondatrice.

JIM.fr : Quel est votre parcours personnel ?

Alice de Maximy - J’ai originellement une double formation scientifique (en biologie moléculaire à l’ENS, Curie et Pasteur) et marketing (master HEC) mais j’ai toujours eu le souci de l’intérêt général. Après trois ans de conseil, j’ai rejoint l’INPES (actuelle Santé Publique France) où j’ai coordonné la mise en œuvre et la communication de programmes nationaux de prévention-santé (canicule, pandémie H5N1…) puis j’ai monté et dirigé le département communication de l’ARS Ile-de-France
J’ai par la suite passé quelques années à l’étranger comme enseignante (Émirats Arabes Unis et Luxembourg) avant de rejoindre la Commission Européenne puis de rentrer en France pour créer la start-up hkind. Il s’agit d’une plateforme digitale collaborative destinée au partage gratuit des initiatives de santé : projets, protocoles et savoir-faire à disposition de tous (patients, aidants, professionnels, bénévoles...).

JIM.fr : Comment avez-vous eu l’idée du collectif Femmes de Santé ?

Alice de Maximy - C’est en travaillant sur hkind app que j’ai pris conscience que les femmes ne mettent pas leurs initiatives en avant dans le domaine de la santé et qu’elles sont pénalisées au cours de leur cursus : par exemple près d'un tiers des médecins considère que les grossesses ont entravé leur carrière. Nous avons observé d'autres inégalités de genre : seul un expert de santé sur cinq passant à la télévision est une femme comme nous avons pu largement l’observer pendant la pandémie de COVID.
Nous avons donc décidé de mettre en lumière 13 femmes par an qui ont réalisé des initiatives de santé utiles et humaines. Devant le succès de cette opération, nous avons alors proposé de créer un collectif nommé Femmes de Santé.

JIM.fr : Quels sont les principaux objectifs du collectif ?

Alice de Maximy - Femmes de Santé est le premier collectif pluriprofessionnel de femmes qui ont une activité dans le secteur de la santé. Il compte plus de 1350 membres. Les femmes et hommes du collectif viennent de tous les secteurs de la santé : du public, du privé, du milieu associatif, administratif, des hôpitaux, des entreprises… Elles sont médecins, infirmières, dirigeantes, aidantes, étudiantes, start-uppeuses, pharmaciennes, consultantes ou psychologues... Le collectif repose sur un comité d'organisation.
Les principaux objectifs du collectif sont de :
•    valoriser et développer l'humain au cœur du système de santé,
•    promouvoir l’expertise et les actions initiées par les femmes dans le secteur de la santé.
Par ailleurs, le collectif invite les médias et autres sociétés à s’engager en faveur d’une meilleure visibilité des femmes expertes en signant une « charte d’engagement » et publie une liste d’expertes prêtes à intervenir sur les plateaux audiovisuels et dans les tables rondes sur les sujets de santé. Les signataires s’engagent à mettre en place toutes les actions nécessaires pour tendre vers une égalité de la représentation des genres dans les événements, tables-rondes ou colloques, ainsi que dans les médias lorsque des sujets “santé ou médico-sociaux” sont traités.

JIM.fr : Quels ont été les évènements 2021 les plus marquants pour le collectif Femmes de santé ?

Alice de Maximy - Plusieurs rencontres et événements marquants ont jalonné l’année 2021. Les « Tips des Femmes de Santé » ont beaucoup de succès : il s’agit de trucs et astuces délivrés par une femme du collectif, dans un format virtuel court de 30 minutes. Les sujets traités cette année ont été, par exemple : la place de l'excuse dans l'erreur médicale, les 10 commandements du manager en santé ou la coordination territoriale.
Nous avons également eu la chance d'accueillir Madame la députée Sandrine Josso, initiatrice et rapporteure de l’enquête sur l'évaluation des politiques publiques de santé environnementale, lors de notre dernier « Café Gourmand », organisé en partenariat avec 1Healthmedia. Les 13 Femmes de Santé 2021 ont été désignées et révélées en septembre. Il s’agit de Claudie Kulak (La compagnie des Aidants), Ghada Hatem (La Maison des Femmes de Saint-Denis), Claire Mounier-Vehier (Agir pour le cœur des Femmes), Dominique Thirry (Juris Santé), Fanny Jacq (Mon Sherpa), Catherine Deneux-Tharaux (Enquête Nationale sur les morts maternelles), Élise Cabanes (Epoca), Laure Guéroult-Accolas (Patients en réseau), Anne-Sophie Joly (Collectif National des Associations d'Obèses), Florence Herry (Libheros), Catherine Cornibert (Association Soins aux Professionnels de Santé), Luz d'Ans (CmyNewMe) et Christelle Galvez (Art 51 : suivi à domicile des patients atteints d'un cancer et traités par immunothérapie). Vous pouvez les découvrir en détail ici https://youtu.be/_bZXK_4VnVo.
Nous avons mené cet automne, et vous l’avez peut-être vue, une grande campagne de communication pour promouvoir l’expertise des femmes et nous en sommes très fières ! Nous avons aussi lancé une nouvelle application d'échange privée, réservée aux Femmes de Santé, et nos échanges quotidiens vont bon train !

Zaynab Riet, déléguée générale de la Fédération Hospitalière de France a signé sur le salon SANTEXPO la charte d’engagement Femmes de Santé pour une meilleure visibilité des femmes expertes dans le secteur de la santé.

Enfin, un évènement majeur reste à venir et nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous le 9 décembre pour les premiers États Généraux des Femmes de Santé sous le parrainage d’Olivier Véran et le haut-marrainage d’Élisabeth Moreno ! Cette année ils seront consacrés au sujet de la place de la femme dans le secteur professionnel de la santé. Nous invitons tous les lecteurs intéressés à nous rejoindre à cette occasion ; le lien d’inscription est le suivant :

https://www.eventbrite.fr/e/billets-etats-generaux-de-la-place-professionnelle-de-la-femme-dans-la-sante-186628550017

JIM.fr : Quels seront les projets phares pour 2022 ?

Alice de Maximy - Notre ambition dans le collectif est de favoriser l’arrivée des professionnelles (et professionnels !) de santé libérales pour travailler avec elles sur leurs besoins et des projets qui pourraient leur convenir…c’est pourquoi je remercie et suis ravie de l’aide du JIM pour pouvoir communiquer vers elles aujourd’hui.
Nous établions questionnaire pour les membres du collectif pour savoir vers quelles thématiques elles souhaitent que l’on se dirige dorénavant. La thématique de la santé de la femme semble souvent évoquée ; nous devons préciser cela…En 2022, nous prévoyons également un événement pour la Journée Internationale pour les Droits des Femmes le 8 mars et de nouveaux États Généraux à l’automne.

JIM.fr : Comment intégrer le collectif Femmes de santé ?

Alice de Maximy - La candidature pour faire partie du collectif Femmes de santé se fait sur le lien FDS - candidature (femmesdesante.fr). Vous devez en principe être marrainé.e/parrainé.e pour entrer dans le collectif et votre candidature sera étudiée par un comité de sélection. Si vous n'avez pas de marraine, cela n'empêche bien sûr pas une candidature spontanée.

Interview réalisée par le Dr Catherine Azoulay

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Pathétique

    Le 04 décembre 2021

    "Vous devez en principe être marrainé.e/parrainé.e"! NO COMMENT é,ée
    nous avons découvert un nouveau Blob ,le féminisme d'état!!
    J'ai pas connaissance d' une seule association de type : agir pour le cœur des femmes.
    D'un certain coté , les hommes n'ont pas de cœur donc il n y a rien à soigner !
    J'en peux plus !

    Patrick Biancolli (IDE)

  • Bien tendance !

    Le 04 décembre 2021

    Presque caricatural. Tout y est , dans un clivage fort " genré " au confins des opportunismes fournis par l'actualité.
    Un parcours très communiquant, la caution de la formation inaugurale en biologie moléculaire, le conseil, les EAU, le Luxembourg, l'Europe, la HAS et bien sur la start-up. Bien loin du Soin.
    Le café gourmand (puis thé dansant ?) a une note de dames patronnesses !
    La caution de Mr Véran pourra être perçue comme une valorisation ou un handicap en fonction des vécus de l'activité de soin, si vécu il y a.

    Mon propos, trés à contre courant je sais, est celui d'un PH qui partage depuis 30ans sa vie privée comme professionnelle non "genrée" avec une IDE hospitalière que ces " initiatives " agacent autant que moi.

    Viser le collectif en contribuant à acutiser les corporatismes professionnels ou idéologiques ?

    Dr JP Bonnet (61ans PH)

  • A contre-courant ?

    Le 11 décembre 2021

    A contre-courant ? Vous en êtes sûre ?
    Moi je n'en suis pas certaine du tout... Posez la question autour de vous, en dehors évidemment des médias et des politiques, toujours d'accord pour relayer l'académisme du moment !

    Posez la question autour de vous et vous verrez : nous en avons presque tous (et toutes... puisqu'il faut préciser aujourd'hui, évidemment !) plus qu'assez de cette chasse aux hommes et de cette sanctification des femmes : un nouveau "racisme" est en train de naître.

    Suis-je assez idiote pour qu'on s'oblige à me seriner : Françaises, Français... Comme si les femmes étaient incapables de comprendre qu'elles font partie des français, un point c'est tout, avec ou sans e !
    Nous sommes certainement beaucoup plus nombreux qu'on ne le croit à se trouver gavés du fémininement correct !

    Dr Dominique-Henriette Géraud

Réagir à cet article