Une « greffe de tête » sur des cadavres « réussie » en Chine

Pékin, le mardi 21 novembre 2017 - Les chirurgiens Xiapoing Ren et Sergio Canavero ont conduit en Chine une anastomose céphalosomatique. Cette intervention consiste à transplanter la tête d’un receveur sur le corps d’un donneur. L’intervention, conduite sur deux cadavres, a, selon un rapport interne dévoilé par Sciences et Avenir, duré 18 heures. Elle a consisté à évaluer la difficulté et la faisabilité de la reconnexion de la colonne vertébrale, des nerfs et des vaisseaux sanguins. Sur ces points, l’intervention a été considérée comme un succès. Néanmoins, des enjeux bien plus nombreux attendent les chirurgiens qui se risqueraient à tenter une telle expérience chez un patient vivant. Si les deux chirurgiens sont convaincus de la pertinence d’une telle intervention, de très nombreuses considérations techniques, immunitaires et éthiques restent à discuter.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Une greffe de corps, plutôt ?

    Le 21 novembre 2017

    Si l'individu "siège" vraiment dans son cerveau, on peut dire que c'est lui qui reçoit toutes les organes nécessaires pour continuer à vivre.
    Il parait bien difficile d'admettre que l'identité civile d'une personne est celle de son corps, même quand on l'a doté d'un autre cerveau.
    Vivement demain, qu'on s'amuse !

    PR

  • Greffe de tête ? SF!

    Le 21 novembre 2017

    Apparemment, ils se sont amusés...Et d'après le compte rendu de l'article, semblent "convaincus de la pertinence d’une telle intervention".
    Bien sûr ce serait effectivement une greffe de corps sur le cerveau...

    Mais que je sache nous sommes encore loin de savoir "rabouter" une moelle épinière sectionnée.
    Alors, à moins de créer sciemment des tétraplégiques de niveau très haut, et encore faudrait-il que par exemple le diaphragme de niveau médullaire C4, puisse fonctionner (mais, "il" serait déjà prisonnier dans ce corps, l'être d'un respirateur ne devrait pas "le" gêner) je ne vois pas l'intérêt!
    Et pourquoi pas plus simplement brancher la tête sur une machine pour oxygéner et nourrir l'encéphale? Grâce aux nerfs crâniens, encore fonctionnels, la face serait sensible, la vue et l'ouïe préservée ainsi que la motricité oculaire, et l'on pourrait même poser sur la langue des mets délicats! J'imagine déjà la visite de la famille ou des amis! Cela ressemblerait à ce que l'on présentait (encore maintenant?) dans les foires (je regrette de n'être pas allé voir l'année de mon PCEM1, je me souviens que c'était gratuit pour les étudiants en médecine, sans doute pour apporter une pseudo caution auprès des autres gogos!): un homme (ou une femme) qui n'avait que la tête !
    Rassurons-nous, les problèmes éthiques d'une telle "prouesse" ne sont pas pour demain!

    Dr Pascal Foulon

  • Une question

    Le 22 novembre 2017

    Pourquoi diffuser une telle ânerie aujourd'hui?

    Michel Hamon

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article