Utilité de la formation des infirmières sur le cancer du col dans les pays en développement

Le cancer du col utérin (KCU) est fréquent dans les pays en voie de développement et son principal facteur étiologique est l’infection par le papillomavirus (HPV), mais aussi une hygiène défectueuse, des premiers rapports précoces, la multiparité, le tabagisme, etc. Le rôle des infirmières pour les conseils d’hygiène de vie, de dépistage par les frottis vaginaux (FV) et de vaccination est primordial. Encore faut-il optimiser les connaissances desdites infirmières pour améliorer leur pratique en la matière. Le présent travail a cherché à déterminer les effets d’un tel apprentissage sur la conduite d’infirmières pakistanaises.

Différentes questions ont été abordées : tranche d’âge du KCU, quelle infection y prédispose, quel en est le traitement, comment est fait le dépistage, celui-ci doit-il concerner toutes les femmes, âge optimal du dépistage, quelles sont les femmes pour lesquelles il n’est pas conseillé,  quels sont les signes cliniques du KCU, la coexistence de douleurs et de métrorragies évoque-t-elle le diagnostic, à quel intervalle faut-il pratiquer les FV, existe-t-il un vaccin contre HPV, etc.

Amélioration des connaissances

Les scores obtenus dans les réponses à un questionnaire sur les connaissances, la pratique et le comportement vis-à-vis des patientes avant et après la formation ont été comparés

La cohorte était constituée de 129 infirmières d’âge moyen 34 ans, dont les 2/3 étaient diplômées.  Il a été constaté, après l’enseignement, une amélioration significative de la connaissance et de la pratique du sujet ; ces résultats sont retrouvés quel que soit l’âge de l’infirmière, son statut marital, son nombre de grossesses, ses années d’expérience ; en revanche, le comportement n’a que peu évolué (score passant de 2,87 à 2,95).

Le niveau d’éducation de l’infirmière jouait en revanche beaucoup, et particulièrement chez celles de moins 35 ans, mariées, chez celles ayant moins de 5 ans d’expérience, ou titulaires d’un diplôme.

On peut donc conclure que cette session d’information a porté ses fruits, entraînant une acquisition de connaissances très utiles pour les infirmières recrutées.

Dr Jean-Fred Warlin

Références
Hafeez R et coll. : Educational effect on knowledge, attitude and practice among registered nurses regarding cervical cancer, its prevention and screening in Karachi (Pakistan). J Pak Med Assoc., 2020; 70 (4):674-678. doi: 10.5455/JPMA.10254.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • L'évidence

    Le 18 septembre 2020

    il est évident que l'éducation, la connaissance sont essentielles et encore plus la formation pour le personnel soignant. Rien de neuf sous le soleil sinon qu'il est très bien et urgent d'apporter tout cela dans les pays en voie de développement. Vacciner ne suffit pas bien que le vaccin fonctionne car le problème ce n'est pas seulement l'HPV.

    Hélène D (IDE)

Réagir à cet article