Une fièvre des quartiers chauds

M. D., 32 ans, Français d'origine camerounaise, fait de fréquents séjours dans son pays d'origine. De ce fait il a décidé de ne prendre aucune chimioprophylaxie antipaludique.
Il est retourné de son dernier voyage il y a cinq mois. Il consulte pour les symptômes suivants évoluant depuis un mois : maux de tête, sensations de fièvre avec quelques frissons et sueurs, perte de poids et diminution de l'appétit, fatigue croissante.
A l'examen, le médecin généraliste constate une fièvre à 38°2 C, peut-être une légère splénomégalie, un état d'abattement évident et une perte de poids d'environ 5 kg ; rien d'autre.
Se préparant à effectuer un bilan sanguin, il hésite à prescrire un frottis à la recherche d'hématozoaires puisque le retour date de cinq mois, ce qui est a priori incompatible avec la survie normale de P. falciparum. Le frottis est néanmoins fait, le médecin ne souhaitant pas passer à côté d'une autre forme plasmodiale.
Résultats : formule sanguine « d'allure virale », avec 4% de lymphocytes hyperbasophiles ; 55.000 plaquettes/mm3 ; VS 35/52 ; présence de P. falciparum avec 2% d'hématies parasitées. Le biologiste est formel : il s'agit bien de P. falciparum.

Un seul des examens suivants est susceptible d'apporter en urgence la raison du caractère atypique de cet accès : lequel ?
A. Marqueurs des Epstein-Barr virus
B. Sérologie VIH
C. IgM hépatite A
D. Examen parasitologique des selles
E. Hémocultures

Copyright © http://www.jim.fr

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article