LA MOLE DE L' ANGOISSE

Mme B., âgée de 31 ans, est mère de deux enfants. Elle vient consulter au terme de 17 semaines d'aménorrhée avec une échographie mettant en évidence une grossesse arrêtée et des résidus échogènes dans la cavité utérine. Un curetage aspiratif est alors pratiqué et l'analyse anatomopathologique permet de poser le diagnostic de môle hydatiforme sans aucune suspicion de malignité. La patiente est mise sous contraception orale, et une surveillance du taux plasmatique de ßHCG est entreprise.

Le dosage hebdomadaire de ßHCG plasmatique décèle une décroissance régulière des taux qui passent de 1445 UI/l en post-curetage à 8 UI/l deux mois après l'aspiration. La surveillance, poursuivie, retrouve à plusieurs reprises, et durant quatre mois, un taux de ßHCG oscillant entre 10 et 20 UI/l en immuno-enzymologie.

Quel est votre diagnostic et quelle conduite à tenir proposez-vous ?

Copyright © http://www.jim.fr

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article