Mais où sont passés mes testicules ?

N.CHABERT,

Paris

 

Octobre 2007, service de cardiologie de l’hôpital de Westmead, Nouvelles Galles du Sud (Australie). Un homme de 42 ans consulte pour une douleur d’allure pleurale. L’interrogatoire permet rapidement d’évoquer une embolie pulmonaire (EP) puisque les symptômes sont les mêmes que ceux dont il s’est plaint lors de plusieurs épisodes d’EP dans les années précédentes. Lors du bilan étiologique de ces thromboses, une thrombophilie liée à un déficit hétérozygote en facteur V Leiden avait été mise en évidence et un traitement par anti-vitamines K (AVK) au long cours prescrit. Celui-ci est mal suivi par le patient, puisque c’est à la suite de son interruption volontaire qu’une EP est survenue en juillet 2006 et que son INR lors de sa consultation n’est qu’à 1,8. 

Si le diagnostic d’EP ne pose pas de problème, il n’en va pas de même de celui de la cause d’autres symptômes ayant débuté depuis un an. Le patient se plaint en effet d’une gynécomastie bilatérale et douloureuse, d’une douleur testiculaire sourde, d’une baisse de la libido et d’une dysfonction érectile. Ces signes se sont accompagnés d’une diminution de volume progressive des testicules à tel point que le patient n’arrive plus à les palper. A l’examen on met en évidence une dépilation importante de la face et du corps (y compris de la région pubienne), une fonte musculaire et des testicules quasiment impalpables. Chez ce malade, ni fumeur, ni buveur, on ne retrouve aucun signe endocrinien en dehors de ceux évoquant une insuffisance en androgènes. Le bilan biologique confirme un hypogonadisme primaire avec une FSH et une LH élevées et une testostérone sérique basse.

Un examen va permettre de rapporter cet hypogonadisme à son étiologie la plus probable.


Quel est votre diagnostic ?

Copyright © http://www.jim.fr

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions (1)

  • Doute

    Le 08 février 2016

    Comment expliquer la gynécomastie importante et douloureuse ? La chute de la testostérone, ne donne jamais une aromatisation assez importante pour donner une gynécomastie.

    Dr Jean Doremieux

Réagir à cet article