Un interrrogatoire trompeur

G. AYOUB, J.-D. LAREDO,
Hôpital Lariboisière, Paris

L'histoire est celle d’un jeune homme de 24 ans, sportif professionnel pratiquant le kick-boxing.
Suite à un accident de la voie publique, des radiographies standards sont réalisées, et mettent en évidence une sorte d’excroissance osseuse de la diaphyse fémorale gauche associée à des ossifications des parties molles en regard, et située approximativement au tiers inférieur du fémur (figures 1 et 2).

 

  De gauche à droite, figure 1 et 2.
Figure 1. Radiographie standard montrant l'ossification collée à la surface latérale
de la diaphyse fémorale gauche. L'aspect radiographique n'est pas très
inquiétant, et aurait pu faire évoquer une lésion post-traumatique.
Figure 2. « Zoom » sur la lésion montrant bien les ossifications des
parties molles en regard.



L’interrogatoire ne retrouve pas d’antécédents particuliers hormis des traumatismes répétés de la cuisse gauche dans le cadre de la pratique de son sport. L’examen clinique corrobore l’anomalie radiologique et retrouve une tumé- faction postéro-externe du tiers distal du fémur, sensible à la palpation. Le scanner montre que la masse prolonge effectivement la corticale osseuse avec des limites floues, ainsi que les ossifications des parties molles en regard (figures 3 à 5).

 

  De gauche à droite figure 3,4 et 5.
Figure 3. Scanner confirmant que la lésion se situe dans le prolongement
de la corticale osseuse, avec des limites floues.
Figure 4. Coupe scannographique montrant les ossifications des
parties molles en regard de la lésion.
Figure 5. Autre coupe scannographique passant par les ossifications,
et montrant qu'elles ont une corticale bien visible.



L’IRM met en évidence une prise de contraste au gadolinium des parties molles en regard, notamment du muscle vaste latéral (figures 6 à 10).

 

 De gauche à droite figure 6 et 7. 
Figure 6. Coupe axiale IRM T1 montrant la lésion en hyposignal.
Figure 7. Coupe coronale IRM T1 au gadolinium passant par la tumeur
et son prolongement osseux.



 

  De gauche à droite figure 8,9 et 10
Figure 8. Coupe coronale IRM T1 au gadolinium montrant la prise de
contraste de la masse développée dans le muscle vaste latéral.
Figure 9. Coupe axiale IRM T1 au gadolinium montrant la prise de contraste des parties molles.
Figure 10. Coupe axiale IRM T1 au gadolinium passant par la lésion et les parties molles.



 

Quel est votre diagnostic ?

Copyright © LEN Medical, Rhumatologie Pratique, Octobre 2007

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article